Partagez | 
 

 La correspondance de Mejssa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mejssa Malefoy
avatar
Sorcière
Sorcière

Date d'inscription : 23/10/2014
Messages : 102

MessageSujet: La correspondance de Mejssa   Dim 26 Avr - 15:45




Mis à part des lettres d'insultes qu'elle reçoit de temps en temps mais moins qu'il n'y a quelque temps et qu'elle n'ouvre pas. Il arrive à Mejssa de recevoir des lettres amicales.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gillean Farquharson
avatar
d'Alchimie
d'Alchimie

Date d'inscription : 27/07/2014
Messages : 268

MessageSujet: Re: La correspondance de Mejssa   Lun 27 Avr - 11:21

Edimbourg, le 27 mai 1943.

Chère Madame Malfoy,

Je dois en premier lieu vous remercier pour votre aimable courrier ; je ne m’attendais pas à recevoir une telle lettre de votre part, non parce que je doutais de vous, mais parce qu’elle n’avait rien de nécessaire : vous n’aviez ni à vous excuser, ni à vous justifier, surtout pas auprès de moi. Quel homme serais-je si je vous avais gardé rancune de votre départ soudain, ce soir, à la réception de Caina Travers ? Je reconnais m’être longuement interrogé à ce sujet, mais jamais je ne vous en ai tenu rigueur. Au contraire, je croyais avoir moi-même commis quelque faute dont je n’avais pas su prendre conscience ! Vous comprendrez donc que votre message ait constitué un véritable soulagement !

Ceci étant dit, et toute considération personnelle mise à part, je compatis à la douleur que vous devez éprouver au souvenir du décès de votre mari. Effectivement, je dois avouer que je n’avais pas pensé à cela. Toutefois, et vous m’excuserez si mes tentatives pour vous réconforter sont un peu maladroites, voire déplacées, je ne peux que vous dire que vous n’avez à ressentir aucun malaise. Je ne suis, bien évidemment, jamais passé par le deuil d’une épouse, ni même d’une « amie », et n’ai donc pas grande compétence pour en parler (vous excuserez mon audace, si elle vous paraît trop inopportune), mais j’ai moi aussi perdu des êtres chers au cours de mes trente années de vie, et je sais combien les réactions face à ces tragédies varient selon la personne concernée. Il est difficile, pour ne pas dire franchement stupide, de juger les gens dans des situations pareilles. Je ne me permettrais donc pas de vous juger.

Je ne connaissais pas votre époux Enoch, je le regrette, il avait l’air d’un grand gentleman, mais je suis plusieurs fois allé chasser le licheur avec son frère Abraxas, quand je travaillais à Londres… Les Malfoy sont des gens fiers et susceptibles, certes, mais également intelligents, posés et ouverts à la discussion. La question que vous devez vous poser est donc : votre mari, d’un côté, et sa famille, de l’autre, vous en voudraient-ils de reprendre goût à la vie ? Vous tiendraient-ils rigueur de vos rires, de votre joie ? Les morts ne nous quittent jamais, si on les aime. Que l’on reste prostré ou que l’on continue à avancer n’y change rien : c’est l’amour qu’on leur portait de leur vivant, qui compte, pas le "soin" que l'on met à faire leur deuil.

Vous seule avez la réponse à cette interrogation, mais je peux terminer sur un petit conseil : à mon humble avis, vous n’avez pas à rougir de goûter à nouveau les joies de l’existence. Au contraire, vous devriez en être fière, cela signifie que vous savez dépasser votre douleur.

Voilà. J’espère que vous pardonnerez mon ton un peu péremptoire et pontificateur ; je tenais simplement à bien vous faire comprendre qu’à aucun moment, je n’ai mal pensé de vous et, dans la mesure de mes modestes moyens, à vous rassurer sur votre comportement dont je n’ai nullement souffert. Bien au contraire, j’ai été ravi de faire votre connaissance et de discuter avec vous, et je suis très flatté que vous ayez vu un début d’amitié dans notre conversation. De mon côté, je ne vous cacherai pas que je suis très mauvais pour repérer ce genre de choses, aussi me contenterai-je de vous croire sur parole !

J’ai pensé à vous, avant-hier, en lisant un article sur le Congrès pan-Africain de la sorcellerie. Je me demandais ce que vous, ayant vécu là-bas, pensiez de cette idée de créer un grand ministère de la magie supra-national qui chapoterait tous ceux des différents pays du continent ? Personnellement, je doute que tous ces braves gens parviennent à un niveau d’unité suffisant (vous avez vu que le ministre du Liberia a tenté de lancer un sortilège de poilenfriche sur celui de la RSA ?), mais je serais curieux de connaître votre avis sur la question : vous êtes plus au fait que je ne le suis !

Je vous prie de croire en l’assurance de mes sentiments les plus dévoués,

Gillean Ewen Farquharson.

______________________






FAIBLE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La correspondance de Mejssa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Poudlard :: Correspondance "L'envol du Hibou"-
Sauter vers: