Partagez | 
 

 Yievlena, Rey', Blackhorn -Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Yievlena, Rey', Blackhorn -Williams   Mar 2 Juin - 21:00

Yievlena, Reyenn, Williams -Blackhorn.

« Les Ténèbres ne sont que l'absence de Lumière. »


Genre -
♀. Féminin, bien évidement.
Âge -
Née le 7 août 1917. Âgée donc de 26 ans.
Métier -
Principalement Auror, débusquant et affrontant les mages noirs, d'un bout à l'autre du pays. C'est cependant par nécessité d'une stabilité certaine, qu'elle prendra place en tant que Professeur d'Education Physique et Magique (EPM), à Poudlard.
Lieu de résidence -
Londres même. Lieu de sa naissance.
Personnage de l'avatar -
Hana, de Caleb Thomas (dCTb).
Familier :

Topi, petite chouette aux grands yeux brillants, plumes nuance des blés, pas plus grande qu'une pomme de pain. Discrète et particulièrement intelligente, elle est d'une loyauté peu commune.
Baguette :

Sureau, plume de phénix, 34 centimètres, souple.
Patronus :

Une lionne, imposante et féroce.
Epouvantard :

Allongée sur le sol, elle se voit, pâle. Les yeux vitreux, dépourvus de toute conscience, ce n'est pourtant pas son identique reflet. Elle est sous l'emprise du sortilège de l'Imperium, vague fumée noire représentant poigne des mages noirs sur sa personne.
Amortentia :

Délicate fragrance rappelant celle-là même caractérisant si bien la menthe. Ainsi que l'arôme si particulier se manifestant lors des jours de pluie.
Taille :

Un peu plus d'un mètre 70, à peu de chose près.
Corpulence :

Mince, athlétique mais sans trop.
Cheveux :

Rappelant la nuance des blés, accordée aux reflets dorés conférés par l'astre solaire.
Yeux :

Palette variant d'une menthe fraîche, à un vert tendre -selon la luminosité environnante.
Signes distinctifs :

Son père, dans son tourbillon de folie et sa manie du sang-pur, fit graver -tatouer, « PURE », sur le flanc droit de ses côtes. S’effaçant cependant subtilement avec les années, surement dut à la médiocrité du procédé, pour l'époque.
Style vestimentaire :

De larges pulls en laine, pantalons moulants, grosses chaussures de randonnée (-style Timberland), sans oublier une large écharpe et divers bonnets en hiver. Chemisiers, débardeurs et jupes de mise, lors de l'été, et rien de bien particulier. Tout aussi sobre que ce qu'elle peut arborer dans l'enceinte de l'école, robe de sorcier en plus, évidement.
Qualités :

Calme et discrète, tout autant que réfléchie et expérimentée. Agréable et souriante, elle n'en demeure pas moins humble. Bienveillante, attentionnée. Parfois touchée d'une pointe de folie, elle se découvre drôle et pleine d'humour, de spontanéité. Un ensemble simple et chill'.
Défauts :

Autoritaire et inflexible, quand s'impose les sujets de son rôle d'Auror, et de ses cours à Poudlard. Directe, droite, intransigeante, elle a le soucis du détail, tendance perfectionniste. Plus qu'exigeante, pour le bien de tous, évidement... Exposant figure et présence effrayante, tout autant qu’impressionnante.
Préférences :

Principalement, Topi, dont elle ne se sépare, pour ainsi dire, jamais. Amoureuse de la solitude, elle profite de disparaître quelques heures dans les natures les plus brutes. Elle s'éprend également des divers arts que présente le monde, magie, comme sculpture. Et c'est dans l'originalité, la singularité et la marginalité qu'elle retrouve de l'espoir, quand elle le discerne dans le regard d'un individu. Et bien évidement, ses cigarettes dont elle ne se sépare guère, ainsi que sa ville natale, Londres; et enfin, sa maison, Poudlard.
Antipathies :

Depuis quelques temps, la politique et les affaires du Ministère la dégoûte outre mesure. Presque autant que sa connaissance des mages noirs peut lui inspirer. Egalement répugnée par traîtrise et divers vices bien connus du genre humain, c'est le manque d'honneur qui est en tête de liste. Et enfin, lui arrive de perdre contrôle de son sang-froid, face aux meurtres, à la torture, et à cette stupide manie du sang-pur.
Que pensez-vous de la situation politique actuelle ?

Il était impossible pour l'Auror de rester plus longtemps en accord avec les divers idéaux du Ministère de la Magie. Les objectifs n'étaient désormais ni les plus judicieux, ni les plus sages. L'attention n'était pas davantage concentrée sur les problèmes de premier ordre, occultant grossièrement l'essentiel. Et tandis que par delà le pays, les mages noirs se multipliaient, la scission se faisait de plus en plus profonde -nouveau parti s'opposant ouvertement au Ministre. La ferveur de jadis avait cependant définitivement quittée le Ministère de la magie. Les couloirs, les agitations. On remarquait également changements dans l'air, dans la lumière ambiante. L'endroit s'était assombri, et tout laissait à penser que personne n'était désormais plus en sécurité dans le Ministère, qu'à l'extérieur de ses murs.
Réputation :

Sa réputation la précède, lorsqu'il est sujet de ses hautes actions en tant qu'Auror. Instinctive et sans pitié, elle fut rapidement reconnue au sein de cette élite. Une vraie lionne sur le terrain, chasseresse hors pair, que ni rien, ni personne ne pourrait tenter de désamorcer. En tout temps, on lui reconnait cette tranquillité et ce sang-froid, opposant sa détermination et sa fureur.
On dit retrouver cette autorité et cette rigueur lors de ses cours. Allant droit au but et proférant enseignements concis et clairs, n'est pas né l'élève qui pourrait lui manquer de respect et déranger sa classe. Il est entendu qu'elle « prend les sorts et l'exercice de ceux-ci pour ce qu'ils sont : une arme de défense pouvant se révéler plus dangereuse que tout autre. ». Beaucoup la respect et l'admire pour ses accomplissements d'Auror.
Paradoxalement, en dehors de ses combats et de ses cours, on la dit être plus douce et agréable qu'un ange. Innocente et insouciante. À l'écoute des élèves, comme des adultes, toujours présente afin de conseiller et d'épauler. Et il semblerait que nombre d'étudiants aiment la chercher dans tout le domaine, à la poursuite de cette présence rassurante.
Projets :

Ses divers projets évoluèrent en même temps que sa personne, prenant formes et tournures à chaque virage de son existence.
Etant petite, elle ne rêvait que d'une chose : intégrer Poudlard, tout comme son père, et tout leurs ancêtres avant eux. Vint alors très tôt son ambition de devenir Auror, la suivant le long de ses études. Puis, plus grande, plus consciente, se dessina en elle l'envie de redorer l'honneur de sa famille au travers de son métier; Mais doucement, la volonté s'essouffla; à mesure qu'elle débusquait individus de sa connaissance, ou quelques rare fois, de sa propre famille, dans l'avancée des partisans. Lui vint donc le désir de retourner chez elle, à l'école. Ambition qu'elle finit par réaliser sans trop de peine.
Famille  :

Son père et sa mère furent les seuls parents proches qu'elle eut fréquentés durant sa jeunesse. Elle se savait posséder de nombreux cousins et cousines, quelques uns devenus partisans en grandissant, tout du moins penchant pour les arts de la magie noire -le reste, probablement encore à Poudlard, ou vagabonds en tout genre. Son cousin, Onyx G. Williams, vint cependant vivre quelques temps dans le Manoir principal de la famille, résidence de Yiev et de ses parents. Son géniteur devenu bien silencieux lors des dernières années, ne se prononça pas sur ses actes et positionnements au sein du conflit -celui-là même qui récemment divisa la famille, ainsi que le monde magique. Son frère cadet, père d'Onyx, se rebellant ouvertement contre les valeurs de ses parents. C'est lorsque Yievlena devint Auror, qu'elle rencontra celui-ci, sous-chef de cette même division, et tout deux devinrent rapidement proches.
Histoire :
En attente de quelques précisions d'Onyx, les passages marqués sont susceptibles de changer.

Yvana Chernyyrog, dit Blackhorn, était une sorcière Russe, issue d’une famille au sang aussi pur qu’ancestral. Suite aux événements recensés dans le monde, elle fut contrainte de quitter son pays natal, danger grandissant. Envoyée par ses parents à Londres, en Grande-Bretagne, alors promise à l‘héritier d‘une importante lignée de sorciers. Elle y fut donc accueillie par Cairn Williams, à la tête d’une famille éminente et respectée, dans la Capitale et le pays. Rapidement mariée à l’aîné des fils, Dunkan, elle s’acclimata plus que promptement à son nouvel environnement, sa nouvelle vie. Elle tomba enceinte, dans les années qui suivirent, et mit au monde une petite fille aux cheveux blonds, tout comme les siens.

Yievlena était une enfant silencieuse, discrète. Elle évoluait de façon fascinante, pleine de ressource et de malice, avec un talent peu commun pour la magie -bien évidement, nombreuses attentes pesaient sur ses maigres épaules. Son éducation était stricte, sévère. Sans répit. Elle ne sortait guère de ce sombre manoir dans lequel ils vivaient, pas plus qu’elle n’avait d’amis. Et ne souriait pas, jamais. Cependant que très proche de sa mère, lumière dans son quotidien -celle-ci était aimante, bienveillante. Protectrice. Son père, quand à lui, était exigent et froid. Intolérant et souvent violent. On l’entendait parler, dans son bureau, à longueur de nuit. Murmurer et souffler diverses complaintes, rage émanant de ses dires.

Les années passèrent, sinistres et malaisées, alors que la jeune fille atteint finalement l’âge d’entrer à Poudlard, l’école des sorciers. Son père, empli d’espoirs, n’eut de cesse de pousser sa fille à suivre son propre chemin, ses propres perceptions. « Serpentard. Les sorciers les plus puissants et les plus reconnus, ma fille, ils sont tous passés par Serpentard. ». Désireuse de rendre son géniteur des plus fières, elle s’en trouva anxieuse, face au temps nécessaire au Choixpeau pour se prononcer -avant de ne l’envoyer dans la maison de son choix. Soulagée, l’honneur et le nom de son père et de sa famille sauvegardés, c’est ainsi que commencèrent ses années d’études dans le château.

Elle n’aimait guère la présence des autres élèves, pas même ceux de sa propre maison. Solitaire et secrète, parler de la pluie et du beau temps n’était à l’époque pas ses sujets de prédilection. Souvent isolée, entre une lecture et un cours, elle montrait de nouveau ces capacités et ce talent qu’on lui connaissait plus jeune. C’est ainsi qu’elle tissa quelques liens assez forts avec les divers professeurs et le directeur de l‘époque, passant définitivement plus de temps en leurs compagnies, qu’avec ceux de son âge. Ils influèrent grandement sur ses idéaux, sa vision des choses, éclairant les zones d’ombres ne connaissant jusqu’alors ni réponses, ni explications.

C’est ainsi que lui vint l’ambition de devenir Auror, redoublant de travail et de rigueur. Sa mère, elle, était fière, encourageant sa fille de tout cœur -tandis que Dunkan, lui, était en total désaccord avec cette décision. Son frère cadet, lui-même sous-chef des Aurors, en était presque disgracié de la famille. Ce fut avant qu’il n’épouse une moldue, et ne perde totalement le respect des siens. Mais Yievlena ne se laissa guère influencer par son père, désormais assez responsable et consciente pour choisir la vie qu’elle désirait mener. C’était avant de comprendre que les membres de sa famille avaient pour habitude de rapidement se lier aux sciences occultes et à la magie noire, depuis maintenant des générations.

Lorsque Yiev eut 19 ans, son cousin, Onyx G. Williams, vint vivre au Manoir Williams. Lui et Yiev ne s’était jamais vu, en plus d’être séparés par une dizaine d’années -lui alors âgé de 11 ans seulement. En ce temps là, les désaccords se multipliaient, au sein de la famille, tout autant qu’au ministère, et dans le monde des sorciers. Yvana, d’ordinaire douce, était d’une violence peu commune, envers son époux et le père de celui-ci, fureur et colère s‘imprégnant d‘elle. Ne tolérant plus leurs manies du sang-pur et de lignée de sorciers irréprochables. Un soir que les éclats de voix s’entrechoquaient dans la demeure, plus que d’ordinaire ce ne fut, les esprits s’échauffèrent, baguettes sorties. Alarmée par les divers bruits de fracas et cries, Yievlena enfonça les portes du grand salon.

Sa mère était là, pâle, sur le marbre noir. Cairn était face à la fenêtre, baguette à la main, entouré de divers sorciers bien lugubres. Rien ne le trahissait, rien ne le perturbait. Effroyablement calme, il sourit à sa petite-fille, avant de disparaître en un nuage de fumée noire. Les yeux de la jeune femme s’inondèrent de larmes, tandis qu’elle s’approchait du corps de sa défunte mère, longeant à ses côtés plusieurs jours durant. Dunkan, quant à lui, disparu de la maison, muet et éteint. Il parti pour un foyer secondaire, dans la campagne de Londres, -information négligemment griffonnée sur un parchemin usé, destiné à sa fille. Endeuillée, Yievlena n’oublia jamais, pas plus qu’elle ne pardonna.

C'est après ce tragique événement qu'elle renia son nom, tout autant que son grand-père paternel. Elle adopta le nom de jeune fille de sa défunte mère : Chernyrog (du Russe chernyyrog, littéralement Blackhorn), se révulsant ostensiblement de son propre sang.

Les années passèrent, la jeune femme gagnant en expérience et en puissance, plus endurcie et affirmée par le poids des années. D’un bout à l’autre du pays, elle menait une lutte sans merci contre les nombreux mages noirs se manifestant -et rares étaient les Aurors aussi acharnés et efficaces qu’elle ne l’était. Travaillant désormais avec son oncle dans la plupart de ses missions, celui-là avait pour mérite -parmi tant d’autres, de lui redonner un espoir certain, en leur famille, et en leur nom. Ce qui ne fut tristement que de courte durée. Lorsque tombant nez à nez avec un groupe de partisans, un d’entre eux se révélant être un Williams, l’inattention s’éprit alors de la jeune femme, se faisant gravement blessée au combat. Plusieurs mois furent nécessaire à sa plaie, avant de ne plus être qu’une pâle cicatrice, saillante le long de ses côtes.

Vint alors les échos de l’attaque subit à Poudlard, tandis que fraîchement remise, Yievlena fut finalement envoyée sur les lieux. Étrangement, et en vue des derniers événements, il fut étonnant qu’elle y retrouva la quiétude et la sérénité dont elle avait cruellement besoin. Elle se vit ainsi prendre place, en tant que professeur d’Education Physique et Magique (EDM), suite à l’accord du Ministère, ainsi que de l’école. Désireuse de profiter de ce « temps mort » dans son rôle d’Auror, à bout de force.
Revenir en haut Aller en bas
Tom Marvolo Riddle
avatar
Fondateur  Etudiant de Serpentard
Fondateur
Etudiant de Serpentard


Date d'inscription : 12/06/2010
Messages : 841

MessageSujet: Re: Yievlena, Rey', Blackhorn -Williams   Mer 3 Juin - 21:55





Bonjour, je suis [b]Tommy/b], fondateur en charge des validations.

Abracadabraaaaaaa, touesvalidéé ! Félicitation.  Raiwbow
Bon je sais que je peux paraître exigeant, mais c'est pour ton bien après tout. =D Tu peux aller courir te chercher des liens maintenant. Moiaussij'enveuxunhéhé.




Félicitation, les portes du forum te sont désormais grandes ouvertes ! Si tu souhaites te présenter un peu plus personnellement à la communauté, n'hésite pas à te présenter en tant que joueur. Tu peux également poster ta fiche de relations et la compléter. Ne sois pas timide et demande des liens avec d'autres personnages ! Si tu cherches un partenaire pour RP pourquoi ne pas répondre à l'une des demandes ou poster la tienne dans les "recherches "? Et avant de fuir, n'oublie pas de remplir ton profil !


______________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felixdix-neuf.forumactif.org En ligne
 
Yievlena, Rey', Blackhorn -Williams
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Le Chaudron Baveur :: Poubelle :: Poubelle des personnages-
Sauter vers: