Partagez | 
 

 Juliette Houston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juliette Houston
avatar
Etudiant de Serdaigle
Etudiant de Serdaigle

Date d'inscription : 24/08/2015
Messages : 73

MessageSujet: Juliette Houston   Lun 24 Aoû - 21:50

Juliette Rosemary Houston

All I want is nothing more to hear you knocking at my door


Genre :
Féminin.
Âge :
15 ans (3 juillet 1928).
Lieu de résidence :
Londres.
Maison :
Serdaigle
Année :
5e année.
Personnage ou auteur de l'avatar :
Gou Matsuoka de Free!.

Familier :
Un Abyssin du nom de London.
Baguette :
Sycomore, crin de licorne, 26,8 cm, semi-rigide.
Patronus :
Paon.
Epouvantard :
Sa famille se transformant en ça .
Balai :
Comète 360.
Amortentia :
Jasmin – Vanille – Tabac froid.
Matières :
Astronomie, Botanique, Défense contre les forces du Mal, Histoire de la magie, Métamorphose, Potions, Sortilèges, Divination,  Soins aux créatures magiques.

Taille :
1m64
Corpulence :
Taille fine avec des courbes proportionnées.
Cheveux :
De longs cheveux roux lui allant jusqu’au milieu du dos. Elle les gardes presque toujours attachés.
Yeux :
Jades.
Signes distinctifs :
Quelques tâches de rousseur. Juliette parle très mal anglais et toujours avec un accent français très (très) prononcé. Attention messieurs : c’est une hybride (quart vélane).
Style vestimentaire :
Tout comme sa sœur, June, elle ne porte que des créations de son père.

Qualités :
Charmante – Confiante – Energique – Inventive – Passionnée – Romantique – Sincère – Sociale.
Défauts :
Boudeuse – Capricieuse – Compliquée – Désordonnée – Impatiente – Impulsive – Lunatique – Possessive – Puérile.
Préférences :
Elle aime particulièrement sa famille et ses amis. Elle se sent bien qu’avec des gens autour d’elle. Elle adore le Quiddith. Plus c’est romantique, mieux c’est : promenade sur le bord du lac, s’endormir collés devant un feu de cheminée, s’embrasser au sommet de la plus haute tour, etc. C’est une vraie pipelette. Elle adore parler. La jeune fille écrit un journal intime et y tient comme à la prunelle de ses yeux.
Antipathies :
Rien ne l’énerve plus qu’une personne qui l’ignore. Puis, ce sont les remontrances. Elle est assez grande pour savoir ce qui est bon pour elle. Ensuite, cette horrible langue anglaise. Suite à quoi, elle déteste le mauvais goût, les menteurs, la citrouille, les betteraves, les choux de Bruxelles, la pluie, …

Réputation :
À peine arrivée, Juliette à déjà une forte réputation. Que son père soit le grand George Houston ou qu’elle ait du sang de vélane ne semblent être que deux détails de sa personnalité. Elle cherche à attirer l’attention des autres afin d’oublier la perte de sa mère. Pétillante, elle déplace de l’air quand elle entre dans une pièce. Toutefois, on l’aime ou on ne l’aime pas. Il n’y a pas de zone grise. Sa forte personnalité fait grincer des dents plusieurs personnes, alors que les autres apprécie sa vivacité.
Projets :
Si sa sœur espère reprendre la place de sa mère comme mannequin et être la nouvelle égérie de leur père, Juliette aspire à suivre sa propre voie. Le journalisme l’attire et pense y faire carrière.
Famille  :
Sa mère était une sorcière à moitié vélane vivant en France. Elle a fait ses études à Beauxbaton et a ensuite démarrer une carrière de mannequin et à rencontrer George Houston, sorcier s’étant fait rapidement un nom dans le monde de la couture.
Sa grande sœur June à deux ans de plus qu’elle et est également élève à Poudlard, dans la même maison.
Histoire :
Voir plus bas.

Histoire :

13 juin 1928
J’entends ta voix qui me parle. Je ne distingue pas les mots, mais ils m’apaisent. J’aime t’entendre chanter. Parfois, c’est Père qui me parle. Il a une voix plus grave et plus réconfortante. Vous m’aimez tellement alors que je ne suis pas encore née. Puis, il y a une troisième voie enfantine. Celle-là c’est ma préférée. J’espère que tu ne m’en veux pas.

5 juillet 1928
Tout le stresse de ma naissance n’est déjà plus qu’un souvenir. Vous êtes heureux de me savoir en bonne santé. Père a certainement dû en perdre quelques cheveux. Je suis un peu en avance sur l’horaire. Vous ne m’attendiez pas avant trois semaines, mais c’était pour vous faire une surprise. Ça me semblait être une belle façon de commencer ma vie. À la maison, tu me présentes à une petite fille qui te ressemble, avec ses longs cheveux de feu et ses yeux azurés. C’est June, ma grande sœur et elle veillera sur moi quoiqu’il arrive.

8 mai 1931
Aujourd’hui, June a cinq ans. Je le regarde avec une pointe de jalousie. Elle est tellement jolie dans sa nouvelle robe. Tu me pousses pour aller lui faire un câlin, mais je ne veux pas. Je garde le petit paquet que je devais lui donner contre moi et je vais me cacher derrière les jambes de Père. Moi aussi, je veux que ce soit mon anniversaire. Je veux avoir un gâteau et des cadeaux. Tu me réprimandes un peu et pourtant tu souris ce qui s’ajoute à ma colère. Tu m’oblige a donné le paquet à June et propose que l’on passe à table. Déjà, pour Père et toi c’est du passé. Pas pour moi. Je profite d’un moment d’inattention pour sortir dans le jardin. Déjà, à presque trois ans, j’avance plutôt vite et je disparais dans le boisé derrière la maison. Je connais une cachette parfaite. Personne ne m’y retrouvera. Le temps que tu réalises ma fuite, il est trop tard.
Assise seule dans ma cachette, je commence à avoir froid. Le soleil se couche, et les ombres s’allongent. J’entends vos voix qui m’appellent. Je voudrais vous rejoindre. Vraiment. Pourtant je ne bouge pas. J’ai peur de votre réaction. Une heure passe encore. C’est là qu’une lumière aveuglante se pointe sur mon visage. Deux mains puissantes me tirent en dehors de ma cachette et je me retrouve dans les bras de Père. Automatiquement, je pleure contre son épaule. Je suis tellement désolée. J’ose à peine te regarder quand nous sommes de retour à la maison. Par caprice, j’ai ruiné l’anniversaire de June. Elle est déjà couchée dans son lit et lorsque vous me laisser seule dans le mien, je traverse la chambre pour me glisser sous les couvertures de ma sœur. Je la prends dans mes bras pour lui demander pardon. Tu nous trouveras le lendemain matin endormies dans le même lit.

3 juillet 1931
Malgré les événements de l’anniversaire de June, j’ai le droit à une journée féérique. J’ai eu le droit à un joli bouquet de fleur de la part de ma sœur, une nouvelle poupée et une jolie robe bleue. Après avoir passé la journée à jouer sous les sapins, tu m’annonces que je t’accompagne pour le défilé de ce soir. Pour l’occasion, je porte ma toute nouvelle robe. Je fais fureur au près de tes collègues. Elles sont ravies de mon sens de la curiosité et s’amusent à répondre à mes nombreuses questions. Moi, ça me fait rire. À ta dernière sortie sur le podium, tu m’invites à t’accompagner. Main dans la main, nous avançons devant tous ces gens qui sont venus pour admirer ta beauté. Je lève légèrement le menton et j’essaie de t’imiter. On nous aime tellement que les gens murmurent sur notre passage. Mon petit cœur bondit dans ma poitrine. J’adore toute cette attention sur moi.

17 février 1935
Nathalie a eu l’audace de me couper les cheveux. Prise de jalousie quand un garçon plus vieux m’a donné une fleur à la récréation, elle a pris ses ciseaux pour couper ma natte. Sous les yeux de notre professeur et de June, je l’avais giflée. On t’a alors convié à l’école et le professeur t’a expliqué les événements. Je pense que tu vas être en colère contre Nathalie. Tu nous interdisais de nous couper les cheveux. Et bien non. Tu es en colère contre moi ! Alors que je n’ai rien fait de mal. C’est complètement injuste. Sur le retour de la maison, tu commences à m’expliquer que le sang qui coule dans mes veines est un cadeau empoisonné. En vrai, je n’écoute à moitié. Je suis tellement offusquée que tu sois fâchée. Je ne comprends pas ce qu’il y a de mal à attirer le regard des garçons. Je sais que ce n’est pas de l’amour. C’est juste de l’attirance. Si c’était de l’amour, il ne s’intéresserait pas aussi à June.

24 février 1935
Nous nous promenons ensemble, June, toi et moi. Une branche dans mes doigts, je tiens la main de ma sœur et nous rigolons ensemble. Depuis quelques temps, nous t’imitons. C’est en quelque sorte notre nouveau jeu. Munies d’un bout de bois en guise de baguette, nous imaginons faire de la magie. Ce jour là, le jeu prit une autre réalité. Sous mon regard, June fit éclore une fleur. Par la seule force de sa pensée. Mais toi, tu sais ce que ça signifie. Père et toi en êtes tellement heureux. Vous en oubliez même l’histoire avec Nathalie. Mes cheveux courts n’ont plus aucune importance. Je dois être contente pour June. C’est quelque chose de merveilleux, mais je ne peux pas. Elle peut faire des choses que je ne peux pas. Je sais bien que lorsqu’on jouera ensemble, elle se forcera à ne pas utiliser sa magie. Mais ils seront là et moi, je ne pourrai pas faire comme elle.

1er septembre 1937
Je pleure en regardant June partir. Je ne veux pas qu’elle m’abandonne. Tu m’expliques que je la rejoindrai bientôt, mais deux ans, c’est trop long. J’ai encore deux ans à me coltiner les enfants moldus de notre village alors que je suis moi aussi une sorcière. J’ai des pouvoirs magiques et tu m’empêches de suivre June dans sa nouvelle école. Je refuse de vous accompagner jusqu’à la gare. Père me force à monter dans la voiture et je garde mon air boudeur jusqu’à ce que ce soit l’heure de monter dans le train. Je prends ma sœur dans mes bras et lui fait promettre de m’écrire.

1er septembre 1939
Cette fois, je pars aussi. Je ne suis pas stressée, angoissée ou apeurée. Depuis deux ans, je rêve de ce moment. June est avec moi et je sais que tout ira bien. Je suis un peu triste de vous laisser derrière moi. Je m’étais habituée à n’être qu’avec Père et toi dans la maison. Je n’avais plus à partager votre attention avec ma sœur. En même temps, je vais rencontrer de nouvelles personnes, me faire des amis, tout ça. Après un dernier câlin, je monte dans le train à la suite de June. L’effet vélane se fait déjà sentir. Les garçons nous regardent passer et je fais glisser ma main dans mes longs cheveux roux. Tu aurais désapprouvé ma conduite, mais ce n’était que le commencement.

Première année
Très rapidement, je me fais plusieurs amis. Surtout des garçons puisque les filles ne supportent pas ma beauté. Je n’y peux rien si elles sont moins jolies. Je t’écris presque toutes les semaines afin de te donner des nouvelles et j’aime lire tes réponses. Même tes petits conseils sur comment je devrais agir. J’ai échangé mon premier baiser avec Matthias. C’était un défi avec Joséphine et je l’ai relevé avec brio. Il est devenu rouge comme une pivoine et en a fait tomber ses livres. June l’a rapidement su et j’ai eu le droit à un savon. Un peu comme tu le ferais.

Deuxième année
Après avoir fait les beaux yeux au capitaine, j’intègre l’équipe de Quidditch comme poursuiveuse. Je suis douée pour mon âge, mais il hésitait entre un quatrième année et moi. T’aurais dû voir la tête du garçon ! Il n’en revenait juste pas. Des rumeurs ont circulés durant un temps. Ils s’estompèrent après la victoire de l’équipe et je réservai mon plus beau sourire à mes détracteurs. J’aime leur prouver qu’ils avaient tord.
June s’est faite larguer par Eric. Elle ne l’avait pas vu venir, mais elle aurait dû. J’essaie de lui remonter le moral, mais c’est assez difficile. Ne t’inquiète pas, nous sommes là l’une pour l’autre et je ne la laisserai pas seule avec son chagrin.

Troisième année
Retourner à l’école fut un soulagement. Tu dois me pardonner. Je ne supportais plus te voir si faible. J’essaye de garder le moral même si j’ai peur pour toi. Tout me semble une bonne raison pour ne pas y penser. Le Quidditch m’aide beaucoup et mes amis aussi. June est toutefois surchargée de devoirs et les examens de fin d’année la stressent. Même si l’envie me démange, je ne veux pas la déranger avec mes propres craintes. Prends soin de toi. S’il te plaît.

Quatrième année
On ne m’aura jamais connu aussi studieuse. Je cherche une échappatoire à cette peur qui me ronge depuis mon retour à l’école. Chaque matin, je croise les doigts pour ne pas voir le grand duc de la famille se poser devant nous. June me trouve froide et distante. Elle ne comprend pas que c’est ma façon de gérer la situation. Je ne peux pas et ne veux pas sombrer comme elle. Ma sœur devrait me montrer l’exemple. Elle a pas le droit d’agir comme elle le fait. Elle a toujours été la plus forte de nous deux. C’est injuste. Je ne suis pas prête à te laisser partir.

Cinquième année
Je suis en colère contre toi. Tu n’avais pas le droit de mourir. Tu devais vivre et vieillir. Tu ne nous verras pas grandir jusqu’à l’âge adulte, tu ne pourras plus nous conseiller, tu ne donneras pas ton avis sur nos fiancés et tu ne verras jamais tes petits-enfants. Je te déteste ! Par ta faute, je dois assister à cette maudite soirée donnée en ta gloire. June n’est même pas là. Je dois rester droite pour nous deux et faire honneur à Père. Je restais à côté de lui, le visage de marbre.
Le départ pour Poudlard est une délivrance. L’ambiance à la maison est aussi sombre qu’un ciel orageux et j’ai besoin de changé d’environnement. June s’efforce de te remplacer et tout au fond de moi, je lui en suis reconnaissante. J’aurai besoin d’elle plus que jamais dans cette nouvelle école. Je lui serre la main lorsque pour la première fois, nous passons les grandes portes du château. Mon cœur tambourine ma poitrine et j’essaie de ne pas montrer trop de bonheur. Cette nouvelle aventure me fera t’oublier. Je suis désolée, mais je ne peux pas te pardonner. Pas encore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Marvolo Riddle
avatar
Fondateur  Etudiant de Serpentard
Fondateur
Etudiant de Serpentard


Date d'inscription : 12/06/2010
Messages : 858

MessageSujet: Re: Juliette Houston   Lun 24 Aoû - 22:29





Bonjour, je suis Tom, admin en charge des validations.

Bon. Depuis le temps qu'on entendait parler c'était pas trop tôt ma p'tit Juliette. =D Allez tout est bon pour moi, file rejoindre le reste de famille qui n'attend que toi !




Félicitation, les portes du forum te sont désormais grandes ouvertes ! Si tu souhaites te présenter un peu plus personnellement à la communauté, n'hésite pas à te présenter en tant que joueur. Tu peux également poster ta fiche de relations et la compléter. Ne sois pas timide et demande des liens avec d'autres personnages ! Si tu cherches un partenaire pour RP pourquoi ne pas répondre à l'une des demandes ou poster la tienne dans les "recherches "? Et avant de fuir, n'oublie pas de remplir ton profil !


______________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felixdix-neuf.forumactif.org
 
Juliette Houston
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Département de l'immigration :: Contrôle des papiers :: Fiches validées-
Sauter vers: