Partagez | 
 

 [Histoire] Magicae Trias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: [Histoire] Magicae Trias    Ven 25 Déc - 23:58

Coucou :'D
Toi qui vient lire mes écrits, je te présente ma nouvelle fanfiction Harry Potter, en espérant que ça te plaise. En voici un petit résumé, suivi du chapitre d'introduction :

Voldemort était aigri. Le soir de sa résurrection, alors qu'il avait enfin mis la main sur sa Némésis, il avait eu le déplaisir de la laisser s'échapper. Pour se détendre et hurler au monde de se cacher de lui, il décide d'attaquer Poudlard en juillet, afin de détruire un symbole. Il ne pensait pas y faire une telle rencontre. Et qu'elle change à ce point sa vie.
OC. UA. Slash. -18


Prologue.


Des flammes. C’était magnifique. Poudlard brûlait. L’attaque avait été rapide, mais facile. Ses espions n’avaient rien rapporté de dangereux à Poudlard, alors il avait décidé de faire un exemple. Ce sale gamin de Gryffindor lui avait magistralement échappé alors qu’il le tenait à sa merci, et il avait un peu de mal à faire passer la pillule : il était Voldemort, après tout. Pour autant, son attaque semblait passer innaperçue. Il n’y avait rien à Poudlard, s’en était désolant. Certes, il avait attaqué au début de l’été, espérant trancher dans le vif et effrayer le monde, mais il ne s’était pas attendu à ne rencontrer aucune résitance. C’était presque triste. Les barrières avaient été longues à détruire, surtout à présent qu’une grande partie de son armée croupissait dans les geôles d’Azkaban. Il était bien affaibli par cette perte, aussi innefficace puisse-t-elle être. Il était tellement déçu de ses fidèles. Ils apparaissaient n’être que des larbins comme les autres, et sa déception avait grandi à mesure qu’il ne trouvait personne pour le faire revenir. Mais tout ça, c’était du passé désormais.
Il avança au milieu des décombres, et finit par capter, au fond du couloir, la silhouette d’un vieil homme qu’il ne connaissait que trop bien. Il avança, conquérant.
«  Dumbledore. »
Le sorcier ne parut pas outre mesure surpris de son arrivée, et il lui parut alors… épuisé. C’était un vieil homme déclinant. Plus même un adversaire de valeur. Lui qui était encore fort, droit ; il serait vainqueur.
« Tu n’aurais pas dû venir ici, Tom. »
Voldemort pinça ses lèvres trop fines, et ses yeux effrayants brûlèrent de colère. Il détestait que l’homme l’appelle ainsi. Il avança, et les sorts commencèrent à fuser dans tous les sens. Alertés par le bruit, les quelques hommes qu’il avait fait venir avec lui s’empressèrent de le rejoindre, sans doute avide d’un peu d’action, compte tenu de la pauvreté de l’attaque. Avec surprise, personne n’avait rencontré qui que ce soit. Pas un professeur, pas un hibou, pas même un elfe de maison ! Dumbledore était-il la seule chose vivante à errer dans ces couloirs l’été ? L’homme fut bientôt dépassé par le nombre, car malgré les invectives de Voldemort, ses hommes voulaient en découdre. Le vieil homme s’échappa alors en profitant de cette distraction bienvenue, et malgré sa tenacité, Voldemort ne parvint pas à le rattrapper. L’homme s’était volatilisé. Le Seigneur des Ténèbres se vengea en détruisant plus encore le château, et tortura même un de ses hommes qui avait osé jeter un sort à Dumbledore, provoquant sa fuite. Puis il partit à la recherche d’éventuels survivants, pour un peu, il aurait peut-être de la chance.
Il ne fut pas déçu du voyage.

Dans un couloir en haut du château, au détour d’une salle vide, il apperçut une silhouette qui bougeait, quelque chose de vivant, et de potentiellement humain. Il s’approcha en silence, soucieux que sa proie ne se volatilise pas à nouveau. Malheureusement, ce n’était qu’un gamin. D’abord, il vit son dos, ses vêtements apparements abîmés qui avaient subi les flammes, et sa démarche, qui était hésitante. Il avait les cheveux noirs, et passablement emmêlés. Avec stupeur, il crut un instant qu’il s’agissait d’Harry Potter, quand bien même Severus lui avait affirmé que l’Elu ne restait pas à Poudlard l’été. Puis il estima à peu près la chose clopinante devant lui. Qui c’était, impossible à dire. Par contre, à présent qu’il s’approchait, il lui aurait donné la vingtaine. Trop vieux pour étudier ici. Alors qui était-il ? Il était pied nus, et après qu’il ait posé une main sur le mur, Voldemort se rendit compte de deux choses. D’abord, le gamin était blessé, et saignait. Ensuite… il était attaché, ou du moins, il l’avait été. Deux anneaux de métal serraient ses poignets, et une chaîne brisée pendaient du côté droit. Voldemort s’approcha plus encore, stupéfait.
« Tu étais si mauvais élève qu’ils t’ont enfermé dans un cachot pour tout l’été ? » lança-t-il.
Le gamin ne répondit pas, à vrai dire, il n’eut aucune réaction. Mais quand Voldemort s’approcha, il sentit en lui une profonde magie. Par Merlin, sa magie était si grande qu’elle lui donnait l’impression de suinter par ses pores, et d’inonder l’espace autour de lui. Qu’était-ce que cela ? Une nouvelle arme de Dumbledore ? Pas très coopérative s’il en jugeait son état. A moins qu’il s’agisse d’un piège ? Il le suivit. Le garçon s’approcha finalement d’une fenêtre, et posa les mains à plat dessus comme pour la pousser.
« La fumée t’indispose ? Mes excus… eh ! »
Non seulement celui-ci l’ignorait, mais en plus il s’était mis à taper avec violence sur la vitre décorée, qui commençait à se briser. En quelques coups, elle se brisa en éclats. Il y avait de la magie dans ces coups, il en aurait mis la main de Wormtail à couper. Le garçon saignait encore plus maintenant qu’il arracher quelques morceaux avec les doigts, puis il commença à essayer de grimper sur le rebord de la fenêtre.
« Tu vas mourir si tu sautes de cette hauteur. »
Le garçon tourna la tête vers lui. Ah. Enfin. S’il n’avait pas été aussi intrigué, il lui aurait probablement jeté un doloris pour avoir mis aussi longtemps à réagir. Il avait des yeux étranges, d’une couleur grise qui brillait bizarrement, comme s’ils étaient parcourus de petites paillettes argentées. Ce gamin était étonnament intéressant.
« Je ne peux pas.
- Comment ça ?
»
Voldemort aurait bien haussé un sourcil s’il en avait possédé. Le gamin avait l’air parfaitement à l’aise, discutant presque de la pluie et du beau temps au milieu d’un château en flammes, devant le Seigneur des Ténèbres en personne, qui avait toujours sa baguette en main. Il allait de surprise en surprise. Puis il se détourna et recommença son manège. Voldemort posa la main sur son épaule pour le tirer, et il se dégagea avec… dégout ? Comment ça, avec dégout ? Peur, il aurait comprit. Agacement, à la limite. Mais son expression disait clairement qu’il n’avait pas envie d’être touché par ces mains inférieures, et Voldemort n’était pas inférieur ! Il leva sa baguette, mais le gosse resta de marbre.
« Je ne peux pas mourir. »
Son doloris fut coupé dans son élan, et Voldemort referma prestement la bouche, s’interdisant de paraitre étonné, alors qu’il était littéralement assommé par ce gosse qui se disait immortel. Il allait le remettre à sa place, mais le gamin le prit de court et il assista, impuissant, au bond qui lui fit traverser la fenêtre, et à sa lente chute le long du mur du château. Un crac dégoutant l’accueillit en bas, et même Voldemort eut une expression dégoutée. Quel gosse étrange… dommage que leur rencontre fut si courte, si brève, et la fin si… brutalement définitive.

Il finit par rassembler ses hommes, puis demanda à Severus, qui l’avait rejoint, si quelqu’un d’autre que Dumbledore se trouvait à Poudlard à sa connaissance, au moment de l’attaque. L’homme lui affirma que non, mais il ne sut pas trop s’il mentait ou s’il ignorait tout de ce jeune homme étrange qu’il avait rencontré. Avait-il rêvé ? Non. Voldemort ne rêvait pas éveillé. Le Seigneur des Ténèbres n’avait pas la tête qui tourne après un incendie au point d’avoir des visions étranges. Par acquis de conscience, il retourna au pied du mur d’où le gamin s’était jeté. Il s’approcha de la forme au sol, et retint son souffle.
Merlin.
Ce gamin respirait encore.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Histoire] Magicae Trias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Le Chaudron Baveur :: Poubelle :: Poubelle administrative-
Sauter vers: