Partagez | 
 

 [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Stephan T. Green
avatar
Capitaine de Poufsouffle
Capitaine de Poufsouffle

Date d'inscription : 06/07/2015
Messages : 219

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Mar 5 Juil - 11:10

L’étau qui lui serrait le cœur disparut comme par enchantement. Quelques mots avaient suffis pour qu’il puisse s’enlever ses idées noirs de l’esprit. Stephan en vint même à sourire de soulagement. Vraiment, il avait de la chance d’avoir des personnes comme Ethan et Monsieur Sam dans sa vie. Le garçon triturait toujours le bout de ses manches alors qu’il grommelait à l’intention de l’auror.

« J’veux bien de ton aide. »

Maintenant qu’il savait qu’Edward n’était pour rien dans l’intérêt du rouquin, le Poufsouffle pouvait accepter l’aide proposée par ce dernier. Il finit par relever les yeux et les poser sur son aîné. Moins avachi dans le fauteuil, il essaya de se montrer plus confiant. Le sujet de la conversation restait lourd, mais la confiance entre eux était revenue le rendait un peu plus aisé.

« Hum, je t’avoue que je ne veux pas retourner chez moi durant les vacances. La maison sera un peu vide sans… enfin tu comprends. Et c’est toujours leur maison, puis c’est Ed qui en héritera s’il sort de prison. Enfin je pense… non ? Peut-être qu’Ethan voudra bien m’héberger. Mais pour ça, il doit demander à ses parents. Finalement, ce n’est peut-être pas une bonne idée. Je sais qu’ils sont pas super riche, si tu le voyais avec ses pyjamas trop petits, ainsi, je n’aimerais pas être une charge supplémentaire. »

Il tenta un sourire un peu tristounet et se cacha derrière sa tasse de thé. Par Merlin que la vie était compliquée.

« Et hum, pour l’argent… Merci pour l’argent en janvier. Nova est ultra heureuse de ce que j’ai pu lui acheter. Mais peut-être que j’aurais encore besoin de retirer encore un peu du coffre familial. C’est bientôt la Saint-Valentin et j’aimerais bien acheter quelque chose à Ethan. »

Stephan parla rapidement sentant le rouge poindre déjà sur ses joues pour se répandre sur l’ensemble de son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel MacKenzie
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 381

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Mar 5 Juil - 23:53




Un bon ami vaut mieux que cent parents.

On peut vivre sans frère, mais pas sans amis


Il accepte. Je crois que ça m'enlevait un sacré poids de la conscience ça d'un coup. Je voulais vraiment pas qu'il pense que je faisais ça par charité. Je crois qu'on y arrive lentement tout les deux mine de rien. Il avait un peu plus confiance chaque jours, encore aujourd'hui il avait l'air d'accepter que je l'aide pour les vacances et pour le reste. Il voulait pas rentrer chez lui pour l'été, je pouvais comprendre. Être seule dans cette grande maison alors qu'il y avait tellement de souvenir. Et pas des bon. Je pouvais pas le laisser y aller de toute façon.. C'était horrible. Pourtant je voyais pas tellement comment trouver une solution qui lui conviendrait et dans laquelle il soit à l'aise. Ici c'était bien, mais avec les vacances il y aura forcément beaucoup de monde, c'est peut être pas l’idéal. L'idée que son amis, ou petit ami plutôt, puisse l'héberger était déjà plus envisageable, quoi qu'il avait l'air un peu trop gêné de s'imposer comme ça à ses parents alors que ceux ci semblaient avoir quelques difficulté financière. Je me sentais un peu mal à l'aise tout d'un coup quand je savais à quel point je gagnais bien ma vie en comparaisons à d'autres. Je pouvais faire quelque chose... Je pense.

J'y réfléchissais en silence jusqu'à ce qu'il me réclame de l'argent. Enfin, il en réclamais pas vraiment, il en demandais un peu, celui de son coffre, coffre qui était scellé et sous contrôle du ministère depuis des mois. Impossible d'y retirer quoi que ce soit pour le moment, mais ça il ne le savait pas.. et il avait pas besoin de le savoir. J'avais assez d'argent pour lui en donner, vraiment. Puis c'était pour un cadeau de st Valentin c'était mignon. J'essayais de ne pas trop sourire pour pas le mettre mal à l'aise. Mais vraiment, c'était adorable.

« Oui bien sur, combien tu veux ? Tu sais déjà ce que tu veux lui acheter ? De toute façon je vais t'en donner un peu plus comme ça tu peux en dépenser pour toi aussi. Enfin, pour ce que tu veux quoi. »

Je suis certain qu'il était du genre à jamais rien acheté pour lui. Je voyais mal ses parents lui donner de l'argent de poche.. Alors peut être que ça lui fera un peu de bien aussi. Il pourra même sortir à Prés au lard avec son amis s'il a envie. Ça c'est claire que ça allait lui remonter le morale. Je crois qu'il lui faisait beaucoup de bien. Ça me donnait d'ailleurs une idée.

« Tu sais, je me dis que tu pourrais venir chez moi cet été. Enfin, pas ici, mais dans mon appartement à Glasgow, je risque de beaucoup travailler mais tu auras l'appart pour toi tout seul, tu peux même demander à ton ami Ethan de venir si tu veux. Comme ça vous pourriez être tout les deux tranquille. Tu comprend ? »

Seul avec son petit ami loin de sa maison. Je vois pas ce que je pouvais faire de mieux que ça ! S'il refusais j'avoue que j'avais pas d'autre plan pour le moment et faudra que j'y réfléchisse un peu plus.. mais vraiment je vois même pas pourquoi il aurait hésité.


codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stephan T. Green
avatar
Capitaine de Poufsouffle
Capitaine de Poufsouffle

Date d'inscription : 06/07/2015
Messages : 219

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Dim 24 Juil - 1:02

Stephan avait soudainement très chaud. La nervosité qu’il ressentait à l’idée d’acheter un cadeau à Ethan chamboulait son cœur. Pour la première fois, il pourrait vraiment festoyer la Saint-Valentin avec son meilleur ami. Seuls tous les deux sans personne pour les déranger. Ethan voudrait sûrement manger en lui tenant la main même s’il n’y avait rien de pratique de ne pas pouvoir utiliser ses dix doigts. Ils pourraient s’embrasser et… Par la barbe de Merlin, le garçon devait chasser ce genre de pensées de sa tête. Depuis la conversation avec Underwood, Stephan avait l’esprit perverti par toutes ses idées impures. Il n’osait toujours pas regarder Monsieur Sam. Peut-être que l’auror aurait deviné ce qu’il avait derrière la tête.

« Je sais pas ». Il se massa l’épaule, toujours gêné. « Qu’est-ce qu’on achète à la Saint-Valentin à, heu, à la personne qu’on aime ? Ethan aime tout. Donc c’est difficile. J’aimerais trouver quelques choses qu’il y a une signification pour lui, comme pour moi. Tu crois que c’est idiot ? Peut-être que le chocolat c’est bien aussi. C’est classique. »

Ce n’était pas comme à son anniversaire ou à Noël. Là, ils célébreraient leur amour. Leur première Saint-Valentin ensemble et Stephan souhaitait faire les choses biens. Pour une fois, il aimerait organiser un diner pour Ethan. Pas que l’idée vienne du métamorphomage. L’adolescent espérait mettre la main à la pâte et aider les elfes dans les cuisines. Avoir tous les mets préférés de son amoureux. Réussir que le 14 février soit un moment mémorable pour lui. Ce serait en même temps une manière de le remercier.

« Et j’ai vraiment le droit d’acheter un truc pour moi ? Ce ne serait pas une dépense irraisonnable ? J’ai pas vraiment de grand-chose tu sais. Il y a peut-être des gants de Quidditch, mais les miens peuvent encore servir. Bref… J’aurais l’impression d’abuser de l’argent familial si je dépensais aussi pour moi. Déjà que si mes parents apprennent ce que je fais avec leur argent. »

Cette peur était un peu ridicule puisque, là où ils étaient, jamais ils ne pourraient lui faire du mal. Et ils avaient sûrement d’autre chose à penser qu’au couple de leur fils. Mais tant et aussi longtemps que le procès ne serait pas passé, une ombre menaçante le surveillait.
Monsieur Sam continua tout cet élan de générosité en lui proposant de vivre avec lui durant l’été. Stephan le fixa un moment tellement il n’en croyait pas ses oreilles. L’auror était beaucoup trop généreux. L’adolescent ne méritait pas toute cette gentillesse. Il aurait aimé refusé, mais il n’en trouvait pas la force. Ça le soulageait tellement de ne pas être seul, qu’un adulte soit là pour l’aider et qu’il ressente enfin ce que ça signifiait d’avoir un grand frère. Une boule d’émotions se forma dans le creux de sa gorge l’empêchant presque de respirer. Il batailla avec les larmes qui le menaçait.

« Tu… Tu veux bien ? Et avec Ethan ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel MacKenzie
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 381

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Dim 14 Aoû - 23:04




Un bon ami vaut mieux que cent parents.

On peut vivre sans frère, mais pas sans amis


Je crois qu'il avait l'air plutôt gêné par cette histoire de St Valentin. Ça me rappelais moi à son âge, on était tous là à ce demander quoi offrir à qui. On étai peut être un peu plus timide remarque. Mais je pouvais comprendre qu'il angoisse un peu, ou simplement qu'il cherche à trouver le cadeau parfait. Par contre j'avais aucune idée de quoi lui conseiller. Je ne connaissais pas spécialement Ethan, il n'avait pas l'être d'être un garçon difficile, je suis certain que quoi que Stephan trouve il en sera forcément content. Ça faisait plaisir de le voir comme ça, et de pouvoir lui dire qu'il pouvait prendre soin de lui et des gens qu'il aimais maintenant. Il commençait à s'y faire lentement, à accepter ce qui ce passe même s'il avait toujours tendance à prendre en compte ses parents, comme s'ils allaient avoir quelque chose à dire, ou qu'ils le réprimanderaient quand il sortirons. Mais ils ne sortirons jamais de l'enfer ou on va les enfermer et de toute manière il n'avait toujours pas accès au compte familiaux, il l'ignorait simplement. Je lui souris un peu, essayant de lui donner confiance et de le convaincre de prendre soin de lui.

« Stephan, t'as le droit de faire des truc pour toi aussi tu sais. Tes parents n'ont plus rien à dire, et ils ne le sauront probablement jamais. Je te donnerais une somme et tu en feras ce que tu veux d'accord ? A toi de voir ce que tu veux faire avec, ça regardera que toi. »

Un façon de régler le problème. Le responsabiliser un peu, lui laisser une certaine autonomie en quelque sorte. Il était seul maintenant, il n'aura personne en sortant de Poudlard  contrairement aux autres alors c'était le moment de le préparer à ça. S'il venait cet été peut être que ça pourrait le préparer à ça. La proposition avait l'air de l’intéresser même s'il avait commencé par me fixé droit dans les yeux quelques secondes. C'était pas si bizarre que ça comme proposition quand même ? Peut être un peu j'imagine, je le voyais retenir ses larme tellement il en était ému. C'était flatteur, mais un peu gênant aussi parce que j'avais pas l'impression de faire quelque chose de particulièrement extraordinaire. J'en souris, un large sourire pour lui donner une fois de plus confiance.

« Oui, toi et Ethan, enfin si ses parents veulent bien. Mais faudra vous débrouiller un peu tout seul bien sûr. Je serais la de temps en temps t'en fais pas. Vous allez vous en sortir de toute façon non ? »

J'avoue que j'étais plutôt curieux de les voir faire. Ce pouvait de toute façon pas être pire que moi. J'étais pas le meilleur exemple du monde, y'avait cas voir l'état de mon appartement pour le comprendre. Je savais pas cuisiné, je rangeais vaguement et c'était toujours ma mère qui s'occupait du reste. C'était peut être le moment de me gérer tout seul moi aussi ça me ferait pas de mal.

« Au pire on vivra comme trois vieux garçon et on ira mangé chez ma mère tout les jours. »

J'en riais un peu en imaginant la scène. Le pire c'est que je suis certain que ça n'aurait pas posé le moindre problème à mes parents de nous voir nous incruster tout les jours chez eux, ils pourraient même en être content, mais ce n'était pas le but. Je voulais que Stephan puisse vivre normalement par ses propres moyen.


codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stephan T. Green
avatar
Capitaine de Poufsouffle
Capitaine de Poufsouffle

Date d'inscription : 06/07/2015
Messages : 219

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Jeu 15 Sep - 4:59

Stephan rigola avec Monsieur Sam. Il avait retrouvé le sourire et cette petite flamme de confiance en soi qu’il n’avait quand présence d’Ethan. Avec l’auror pour prendre soin de lui, le garçon s’assurait d’être bien entouré. Il pourrait s’abreuver de leur bonheur. Il croîtrait telle une fleur sous les rayons de leur joie de vivre.

« J’ai déjà hâte à cet été. » avoua-t-il timidement.

Monsieur Sam, Ethan et lui vivant dans le même appartement ; le Poufsouffle n’aurait pu rêver mieux. Il travaillerait sur le Chemin de Traverse, gagnant quelques gallions. S’il gagnait suffisamment, il pourrait économiser un peu et peut-être, partir vivre directement dans un petit appartement avec Ethan. Ce ne serait pas suffisant pour bien longtemps. Un mois, peut-être deux, mais il travaillerait dur pour s’offrir une vie confortable avec le métamorphomage. Stephan était prêt à faire n’importe quel métier pour réaliser ce rêve. Après tout, il n’y a pas de petits emplois pour ceux qui ont de grands rêves. Chaque mornille gagné les rapprocheraient de leur maison à la campagne.

« Tu sais, nous n’aurons pas à aller chez ta mère car Ethan est très bon cuisinier. Il a fait mon gâteau d’anniversaire. Oh, mais je t’ai pas montré Nova. Attends. »

Il fouilla dans sa cape pour sortir quelques photos et trifouilla parmi elle pour en sortir une.

« Voici Nova. Elle a un peu grossi depuis. »

Les autres photographies n’étaient pas sans importance. Sa famille avant de connaître l’état de cracmol d’Edouard, sa première journée à Poudlard, son premier match de quidditch… une dizaine d’images mouvantes sur lesquelles on voyait un Stephan timide, craintif et soumis. Sauf celle chez les MacKenzie. Toute la famille réunie avec les invités, Stephan et Ethan. Un des plus beaux souvenirs du garçon. Mais voir ces photos lui donnèrent une idée.

« Hum Monsieur Sam ? T’es ami avec la sœur d’Ethan non ? Enfin, il m’a dit t’avoir vu au mariage. Je me demandais si tu pouvais lui écrire pour lui demander des photos d’Ethan. Avec sa famille et ses amis… J’aimerais bien les rassemblées dans un livre et le lui donner pour la Saint-Valentin. »

Un autre sourire timide, une main qui massa son cou.

« Mais c’est aussi peut-être très nul comme idée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel MacKenzie
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 381

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Ven 30 Sep - 19:19




Un bon ami vaut mieux que cent parents.

On peut vivre sans frère, mais pas sans amis


Au moins il avait retrouvé le sourire. Je sais pas trop dans quoi j'allais m’embarquer avec ces jeunes chez moi mais je crois que ça leurs fera le plus grand bien. Et faudra vraiment que je fasse agrandir mon taudis.. ça et faire en sorte de remplir les placards, visiblement le petit Ethan avait l'air doué en cuisine, j'étais pas certain d'assumé le fait de me faire nourrir par un ado.. mais après tout j'avoue que ça me faciliterait la vie un petit moment. Il avait l'air de tenir à son ami. Ou petit ami plutôt, j'avoue que j'étais pas tellement surpris de cette relation et j'imagine qu'il était content de pouvoir en parler librement devant un adulte sans qu'on lui dise que c'est mal. J'étais pas là pour le juger, et ils avaient l'air parfaitement heureux ensemble. Le garçon lui avait même offert un chat pour son anniversaire, je crois que Stephan n'avait jamais été aussi enthousiaste. J'observais les photos dans un sourire, elles y montrait le chaton marcher sur le lit en levant bien haut les pattes. C'était mignon et ça me rappelait assez Winch.

« Elle est super mignonne ! »

Je dois avouer que c'était plutôt une bonne idée de lui confier une petite chose pareil. Il devait retrouver confiance en lui en s'en occupant tout les jours. Il rayonnait rien que d'en parler. J'eus le temps d’apercevoir quelques autres photo qu'il tenait dans sa main. Sa famille, du moins ce qu'elle avait été avant qu'ils ne soient enfermé à Azkaban. Il n'avait pas l'air très heureux, un peu effacé sur ses photos. Voir sa famille comme ça, je sais pas mais ça avait quelque chose de sinistre et ça me rassurait au moins sur un point. J'avais bien fais de faire tout ça, au moins aujourd'hui Stephan pouvait vivre sa vie comme il l'entendait, il pouvait faire les choix qu'il voulait, aimer qui il désirait. Il était libre.

Sa question me fit sortir de mes pensées. Il voulait faire un cadeau de st Valentin à son ami, et avait eu une idée plutôt original je dois dire. Franchement je trouvais ça super qu'il y pense, même s'il avait l'air un peu gêné d'en parler. Je lui fis un grand sourire pour l’encourager et lui redonner confiance une fois de plus.

« Non ! C'est une super idée, je suis certain qu'il sera super content. Je vais écrire à sa sœur pour lui demander oui, je passerait peut être chez eux pour leurs parler de cet été aussi ce sera plus simple comme ça je pense. Tu veux.. de l'argent aussi pour ça ? Je peu t'en donner si tu veux. C'est important la st Valentin, si tu l'oubli c'est ... »

Catastrophique. Forcément, les souvenir de l'année dernière me revinrent en mémoire. J'avais oublié la st Valentin. Trop de travail. Un peu trop préoccupé par les prochaines missions, je crois que ça avait simplement été le point de rupture pour Eli. Mon regard glissa vers la pièce une seconde avant de se reporté sur le Poufsouffle à mes cotés. Un sourire un peu moins convainquant sur les lèvres.

« .. Enfin l’oubli pas quoi. »


codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stephan T. Green
avatar
Capitaine de Poufsouffle
Capitaine de Poufsouffle

Date d'inscription : 06/07/2015
Messages : 219

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Ven 11 Nov - 17:16

Il sera content peu importe ce que je lui donne. C’est Ethan.
Pensée amère qui fut atténuée par les encouragements de Monsieur Sam. Ce dernier était prêt à l’aider et Stephan retrouva le sourire. Ce que l’auror était gentil. Évidemment, le Pouffy se doutait de tout l’effort qu’il devait déployer pour se montrer toujours de bonne humeur avec lui. Patient. Avenant.

« Oh non… enfin, juste un peu quoi. J’aurai qu’à acheter un album photo et des cartons de couleurs. Je devrais faire attention à mon écriture… que ce soit lisible et sans faute d’orthographe. Je demanderai aussi l’aide à une des filles de ma maison de m’aider. Ça lui fera sûrement plaisir. Elle… enfin… son petit copain est mort et, ça été difficile. Toute l’école là su rapidement. Surtout de comment elle l’a appris. Je me demande pourquoi il y a des gens aussi insensibles ! Enfin je devrais pas juger. Vu ma famille, elle n’aurait pas mieux fait. M’enfin, on est un peu différent des autres. »

Il rigola timidement. Stephan n’avait pas l’intention de comparer Kentigern Sutherland à sa famille. Le gryffon n’avait jamais été méchant envers lui. Un peu flemmard et mou, pas très sociable non plus et avec très peu de cours ce qui permettait à Ethan d’avoir un compagnon avec qui traîner durant ses heures libres. Pas que le rouge et or devait être très loquace, mais une présence, même endormie, était toujours mieux que rien.

« Et toi… ça va ? Je veux dire... t’as l’air absent. Tracassé même. Tu souris, mais on le voit bien que t’as quelque chose derrière la tête. Si c’est moi, je te promets d’arrêter de t’importuner… Même si tu dis le contraire…  je reconnais ce sourire… j’ai développé la technique au fil des ans. Sourire pour pas inquiéter. Mais tu veux peut-être pas en parler… et peut-être pas à moi. Pardonne moi. J’aurais pas dû te poser la question. T’as sûrement plein d’amis à qui en parler. Ta famille. Bref, quelqu’un d’autre qu’un gamin de dix-sept ans. »

Stephan souffla pour se calmer. Pas de pente descendante.

« Enfin, tu m’en parles si tu veux. Je te forcerai pas, mais parfois, ça aide. Fais moi confiance sur le coup. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel MacKenzie
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 381

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Jeu 24 Nov - 1:33




Un bon ami vaut mieux que cent parents.

On peut vivre sans frère, mais pas sans amis


Stephan avait l'air vraiment emballé par ce cadeau. Je crois que c'était rassurant de l'entendre faire des projet et s’enthousiasmer à ce point pour quelqu'un ou quelque chose. Il faillait que je me dépêche de lui trouver ces photos, en plus j'étais certain qu'Ethan serait simplement ravis lui aussi. Voir les gens heureux ça me réconfortait un peu, je crois même que c'était la chose qui me manquait le plus. Sentir le bien autour de moi. M'échapper un peu de cette noirceur. Noirceur qui revint à la charge une seconde quand il mentionna la mort d'un garçon. Il parlait certainement de ce Serdaigle de la même année que mon cousin. Étrangement, sa mort semblait affecter Stephan plus que Kent. Je sais pas comment mon cousin fais pour montrer aussi peu d'empathie. J'avais soudainement un peu de peine pour la jeune fille que ce garçon avait laissé derrière lui, mais j'étais certain que Stephan et les autres jaunes étaient tous là pour elle.
C'était rassurant à imaginer en tout cas.

Mes pensées s'échappaient une seconde, perdu dans les souvenirs joyeux de mes années d'étudiant. Ces années passé avec les autres, avec Eli. J'aurais put m'y perdre encore des heures mais la vois du garçon me fit sortir de mes rêveries. J'avais l'air soucieux ? C'était si évident que ça ? L'espace d'une seconde je fus surpris de l'entendre de sa bouche. Mais après tout, il devait s'y connaître en faux semblant.. Et j'ai jamais été très bon menteur de toute manière..

« Oh non ! C'est pas toi Stephan. Bien sur que c'est pas toi quelle idée.. Non c'est .. Tu sais.. le travail.. j'ai des choses à régler.. des choses que j'arrive pas forcément à gérer et ça m’oppresse un peu.. mais c'est parce que je suis un grand stressé ! Et puis .. enfin tu sais, les procès.. la purge.. ça m'épuise un peu.. et puis y'a eu.. Enfin... »

C'est idiot mais les mots restaient coincés au fond de ma gorge, le cœur serré au fond de la poitrine. C'était ridicule, surtout aprés tout ce temps. Je me confectionnais un nouveau sourire avant de relever les yeux vers lui, masquant un peu le chagrin qui manquait de remonter.

« Y'a eu la mort d'Eli .. c'est encore un peu trop récent je crois.. »

Un aveu. C'est vrais que ça faisait du bien mais j'avais un peu honte de me laisser aller comme ça devant Stephan. J'étais supposé l'aider non ? C'est moi le réconfort dans cette histoire après tout, mais j'étais touché qu'il veille l'être également. Du haut de ses 17 ans, il était déjà bien fort malgré tout.


codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stephan T. Green
avatar
Capitaine de Poufsouffle
Capitaine de Poufsouffle

Date d'inscription : 06/07/2015
Messages : 219

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Jeu 24 Nov - 16:48

« Je peux comprendre » murmura Stephan aux explications de Monsieur Sam. « Un peu. »

Bien entendu, il n’imaginait pas totalement ce que ça devait être pour Monsieur Sam avec toutes ses responsabilités. Après tout le garçon n’était concerné que par un procès : celui de sa famille. Et c’était déjà lourd sur le moral. Puis, il y avait la mort d’Eli. Stephan ne savait pas ce qu’elle représentait exactement pour l’Auror, mais perdre une personne, même une simple connaissance, restait souvent un événement difficile à passer. Au final, ça avait plusieurs répercussions dans leur vie. Dire que Stephan y avait songé à… utiliser une solution aussi drastique.

Doucement, l’élève se leva et alla s’asseoir à côté de son aîné. Hésitant, gêné et maladroit, il le prit dans ses bras et le relâcha lorsqu’il sentit le moment un peu trop bizarre.

« Désolé… c’est ce… c’est ce qu’Ethan fait toujours pour… réconforter. Enfin, il est plus doué que moi pour… pour ce genre de chose. Il t’aurait dit que tu es fort et que t’es gentil. Il t’aurais encouragé en disant que ça va aller. Qu’il y aura toujours des gens pour t’aider… Enfin, je suis là, moi. C’est pas beaucoup, mais c’est déjà ça. Bref… enfin… Je, hum, vais retourner sur mon fauteuil si c’est trop bizarre pour toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel MacKenzie
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 381

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Mar 29 Nov - 8:38




Un bon ami vaut mieux que cent parents.

On peut vivre sans frère, mais pas sans amis


Stephan devait certainement comprendre la pression que tout ça impliquait, après tout il était l'un des premiers concerné même si le Ministère avait la décence de ne pas le mettre en première ligne. Il avait déjà assez dégusté avec toute cette histoire. Un sourire bienveillant accompagna ses gestes alors qu'il se levait de son fauteuil pour venir s’asseoir à coté de moi et me prendre dans ses bras. Le geste m'avait surpris. Il était spontané et plutôt sincère. Stephan n'était pas le garçon le plus démonstratif du monde, mais avec le temps, il finissait par se montrer plus affectif. Juste un peu plus naturel et chaleureux, comme devrait l'être tout gamin de son âge.

Ma main tapota son dos quelques secondes alors qu'il s'excusait de la maladresse de son geste. Son ami semblait avoir un effet bénéfique sur lui et ça me motivait d'autant plus à l'encourager avec le garçon.

« Merci.. Tu le dis avec sincérité tu sais c'est ce qui compte, et puis tu commence à bien te débrouiller tu sais ! Tu va voir qu'avec le temps, tout deviendra plus simple d'accord ? Toi non plus tu n'es pas seul. »

Ma main ce perdit dans ses cheveux pour les ébouriffer une seconde d'un geste affectif.  Il ne valait peut être pas abuser des marques d'affections pour le moment, il était encore un peu trop gêné par moment mais j'appréciais l'initiative.
Mon regard ce braqua sur l’horloge magique qui gravitait dans le salon, le temps filait lentement mais je sentais que ce rendez vous nous faisait du bien à tout les deux. J'avais certainement autant besoin de lui qu'il n'avait besoin de moi en réalité. J'avais besoin de sentir que quelque chose de positif en ressortait malgré tout. Qu'il n'y avait pas que les horreurs ou la noirceur dans toute cette affaire. Stephan était une lueur d’espoir qui ne demandait qu'à briller un peu plus. Enfin quelqu'un que je pouvais sauver en quelque sorte.. Je m'y accrochais peut être avec un peu d'acharnement, mais j'avais vraiment besoin de me sentir utile, et de constater que j'étais quand même capable d’apporter du bien autour de moi.
Malgré les morts. Malgré les erreurs.

«  Alors je récapitule. Je vais chez les Swanson pour les photos et pour parler des vacances. Je vais ensuite à la banque pour te retirer un peu d'argent et je t’envoies tout dans la semaine. Il ne reste que la convocation pour le procès. Est ce que tu sais déjà.. ce que tu vas dire ? »

Le problème étant qu'il était l'un des principale témoin de cette histoire, ils allaient forcément lui poser tout un tas de questions qui ne manqueront certainement pas de le mettre mal à l'aise ou de le faire paniquer, autant qu'il soit prêt avant, et qu'il sache quoi dire, ou quoi faire.

« Est ce qu'ils t'ont dit si tu passerais comme témoin pour le procès ou non ?... »



codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stephan T. Green
avatar
Capitaine de Poufsouffle
Capitaine de Poufsouffle

Date d'inscription : 06/07/2015
Messages : 219

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Jeu 1 Déc - 20:54

« Héééé ! »

Stephan se déplaça d’une fesse pour s’éloigner de la menaçante main. Ses doigts essayèrent de replacer ses mains folles et malgré son regard courroucé, le Poufsouffle ne pouvait s’empêcher de sourire. Ces petits gestes lui donnait confiance d’avoir trouvé sa place dans ce monde. Avoir trouvé une nouvelle famille. Monsieur Sam agissait de la même manière avec Kentigern et Stephan en ressentait plus de joie qu’il ne pouvait l’exprimer.
A chacun des points récapitulatifs de l’auror, le garçon hochait un coup de la tête. Il en demandait beaucoup, il le savait. Pourtant, il chassa la pointe d’angoisse qui se formait au fond de lui; Monsieur Sam l’aidait parce qu’il le voulait. Aucune obligation, seulement le désir de l’aider.

« Ils vont vouloir mon témoignage. Et que je le dise devant mes parents. Ça sera difficile, mais ils affirment que le magenmagot doit m’entendre le dire. La parole d’Edward ne suffit pas. Après tout, il était lui aussi impliqué avec ce partisan et qu’il vit sa vendetta. Ils m’ont dit que ma parole va sceller leurs destins. C’est une lourde tâche non ? »

Sa main se glissa sur sa nuque et la massa.

« Je crois que… que je vais répondre la vérité à leurs questions ? C’est ce qu’on s’attend de moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel MacKenzie
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 381

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Ven 2 Déc - 15:08




Un bon ami vaut mieux que cent parents.

On peut vivre sans frère, mais pas sans amis


La question était peut être un peu délicate mais fallait bien l'aborder un moment ou un autre. Il le savait, bientôt il allait se retrouver seul devant une assemblé de sorcier prêt à juger le moindre de ses mots. Même pour moi qui était Auror, j'aimais pas ce passage, ça me faisait toujours stressé, pourtant c'était simple. Question. Réponse. Voilà. Mais parfois, certains pouvaient se montrer plutôt mesquin dans leurs questions et Stephan semblait assez ébranlé à l'idée d'être celui qui enverrait probablement ses parents à Azkaban.
Je lui fis un autre sourire, plus réconfortant, essayant d’atténuer son malaise évident et l'angoisse qui allait certainement le ronger un peu plus jusqu'à la date fatidique.

« Oui. On te demande rien d'autre que la vérité de toute manière. Il faut pas avoir peur de parler et pas avoir peur de ce qui se passera ensuite. De toute façon je serais là tu sais, enfin.. dans la salle, alors, pas de soucis. Répond juste ce qui te semble être le plus juste. »

Ça semblait simple dit comme ça, mais ça l'était pas forcément. Une fois devant tout le monde c'était facile de perdre son sang froid et de laisser la panique nous envahir. La tendance que Stephan avait à bafouiller et bégayer allait lui servir, ou lui desservir... Il n'en avait peut être pas conscience ceci dit... je n'étais pas certain de devoir aborder ce sujet. Il allait certainement angoisser encore un peu plus à cette idée... et je ne savais pas tellement quoi faire pour l'aider de toute façon..

«  Tout ira bien je suis certain... Tu t'inquiète j'imagine ? On peut en parler un peu si tu veux »



codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stephan T. Green
avatar
Capitaine de Poufsouffle
Capitaine de Poufsouffle

Date d'inscription : 06/07/2015
Messages : 219

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Ven 2 Déc - 22:43

Silence. Puis un simple hochement de tête servit de réponse à la question de Monsieur Sam. Se retrouver dans la même pièce que ses parents l'inquiétait énormément. Sentir leur regard sur lui, leur dégoût et leur déception. Devoir dire la vérité devant eux, les condamner à Azkaban... Stephan n'était pas certain d'être prêt pour ce dernier affrontement.

« J'ai surtout peur d'entendre leur voix. » Avoua-t-il au bout d'un temps de réflexion. « Et j'ai peur de ne pas être capable de parler. J'ai jamais été doué pour parler devant une foule. J'arrive difficilement à trouver mes mots devant mon équipe juste avant un match. Alors, il arrivera quoi si j'arrive pas à répondre ? Que je bègue. Ils n'ont jamais apprécié m'attendre béguer. Tu sais, mon père m'a déjà jeté un silencio pour ne plus m'entendre bégayer. Là, il pourra pas, je sais, mais j'suis capable d'entre sa remarque. Et si je fais une crise d'anxiété. »

Ses mains se serrèrent sur le tissu de son pantalon.

« Je te dis ça maintenant et tu vas me rassurer... tu seras dans la salle et tout, mais je les connais. Je les entends déjà rire. Ils vont vouloir jouer une dernière fois avec ma tête. J'angoisse de les revoir alors que je vais mieux. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel MacKenzie
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 381

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Sam 3 Déc - 12:01




Un bon ami vaut mieux que cent parents.

On peut vivre sans frère, mais pas sans amis


J'avais peut être un peu sous estimé son angoisse. En réalité c'était difficile d'imaginer à quel point il pouvait être affecté par la présence de ses parents. Il avait peur du blocage c'était naturel, et comme supposé, il avait bien entendu peur de bégayer pendant l’audience. C'était quasi certain que ça arriverait maintenant, autant simplement faire avec... et autant lui donner confiance en lui autant que je pouvais et chasser au possible les mauvais souvenirs traitements infligés par ses parents en espérant que ces derniers ne puissent plus lui nuire comme ils le faisaient depuis toutes ces années.

« Ils ne pourront rien te dire et rien te faire. C'est pas grave si tu bégaye un peu ou si tu bloque sur certains choses... Je suis même pas certain que tes parents soient dans pièce en même temps que toi si ça gêne ton témoignage. »

Ils avaient tous un peu trop envie d'envoyer des mages noir à Azkaban et remplir la Gazettes de titres bien accrocheurs sur l’efficacité hors norme du Ministère. Rassurer tout le monde était devenue une priorité de toute manière. Finalement tout ça c'était surtout pour la galerie et le reste, quoi qu'il arrive les Green ne seront plus jamais libres. Le ministère faisait tout pour. Ils se fichaient bien de savoir dans quel état sera Stephan après tout ça tant qu'il pouvait témoigner ne serait ce qu'en dénonçant quelques fait. Mais c'était tout de même difficile pour lui.
Je pouvais au moins essayer de l'apaiser un minimum. Après tout, ce genre d'anxiété ça me connaissait assez depuis quelques mois.

« Je crois que j'ai encore des philtres de paix chez moi. Je t'en enverrais d'accord ? Ça devrait t'aider pour les prochains jours et avant le procès... et pour le reste.. si tu veux tu peux demander à Ethan de venir avec toi. S'il est là quand tu sort je suis certain que tu te sentira mieux non ? »



codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stephan T. Green
avatar
Capitaine de Poufsouffle
Capitaine de Poufsouffle

Date d'inscription : 06/07/2015
Messages : 219

MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   Mar 13 Déc - 16:36

« Oui, ce sont de bonnes idées. »

Des philtres de paix et Ethan; une recette gagnante pour le calmer. Mais serait-ce suffisant ? L’anxiété n’irait quand croissant d’ici son plaidoyer devant le magenmagot. Jumelée avec celle issue du prochain match de Quidditch et de la Saint Valentin, Stephan craignait qu’il ait besoin de plus qu’un simple philtre de paix. Toutefois, il n’osa pas demander puisque Monsieur Sam faisait déjà beaucoup pour lui. Le garçon préféra prendre une longue gorgée de thé tiède plutôt que d’exposer un peu plus ses angoisses.
Durant un long moment, Stephan resta silencieux fixant le motif du tapis sous ses pieds. Puis, il sembla émergé de ses pensées et regarda l’auror.

« Tout ira bien. Pour toi, comme pour moi. » Un maigre sourire étira ses lèvres. « Cette guerre prendra bientôt fin et on pourra prendre tout notre temps pour panser nos plaies. Et on s’aidera mutuellement, parce que c’est ce que font les familles, pas vrai. Comme pour le tribunal, Ethan et toi serez là pour moi. Et si vous êtes là, je sais que je pourrai compter sur vous. Avant comme après. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[1944 - Février - Le 5] Un bon ami vaut mieux que cent parents. ( Stephan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Le Chaudron Baveur :: Rp Abandonnés-
Sauter vers: