Partagez | 
 

 [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gail MacKenzie
avatar
Etudiant de Gryffondor
Etudiant de Gryffondor

Date d'inscription : 25/02/2016
Messages : 54

MessageSujet: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Mer 3 Aoû - 10:17


 
ft. Fae MacKenzie

 
On va dire que je t'aime un peu.

 
 

La journée de Gail avait été bien remplie ce jour-ci. Tout avait commencé avec un entraînement de balais matinal imposé par Liam qui ne la laissait pas tomber et qui la faisait s'améliorer de jour en jour au Quidditch ce qui ne lui déplaisait pas.

S'en était suivi d'un petit déjeuner léger auprès de tous ses camarades de classe qu'elle trouvait de moins en moins agaçant au fil des jours, peut-être Gail était-elle en train de s'adoucir ? Non certainement pas, elle était légèrement plus tolérante, ou était-ce la fatigue de ses entraînements intensifs qui durait depuis deux mois maintenant ?

La matinée s'était enchaînée sur un cours d'Astronomie puis de Défense contre les forces du mal, classes dans lesquelles la jeune fille excellait, il fallait dire que ce n'était pas différent des autres, mais elle était particulièrement fière des notes qu'elle obtenait dans le cours du professeur Smethwyck qui était loin d'être l'un des plus simples.

Après le repas elle avait eu deux heures de Sortilèges qui s'était là encore plutôt bien passée si on oublie le fait qu'un plaisantin s'était amusé à balader, dans toute la salle de classe, le crapaud d'un Serpentard peu ragoutant ....

Nous retrouvons donc Gail, confortablement installée dans un des fauteuils de la bibliothèque, un livre de divinations entre les doigts. La salle était terriblement vide, la moitié des élèves profitaient des premiers rayons de soleil bien chauds de l'année dehors, et elle, elle préférait réviser, il fallait bien, les BUSES étaient l'année prochaine, autant s'y préparer dès maintenant !

   - Que c'est agréable d'être tranquille, enfin un peu de calme ...

Cependant, un pressentiment la hantait, elle savait que ce moment paisible n'allait pas durer. Seule Isobel, la bibliothécaire était là, et bien que ce n'était certainement pas elle qui la dérangerait, elle savait que quelque chose ... ou quelqu'un viendrait la tirer à ses révisions intenses, et malheur à elle !
 
- Adrenalean 2016 pour Epicode.
 

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Mer 21 Sep - 4:22

[HJ- Oui, j'avais dit que j'essaierais d'être rapide! -_- Pardon!!!]

La vie à Poudlard était quelque chose comme 118 000 fois plus excitante que ce qu'avait pu lui raconter Sam ou son père. Dès son arrivée au château, Fae avait pu l'expérimenter elle-même en subissant le caractère lunatique des escaliers et des tableaux, en ratant quelques potions qui avaient eu des réactions improbables, en se faisant même pourchasser dans tout le jardin jusqu'à la Forêt interdite par de dangereux bonshommes de neige! Rien que des aventures phénoménales qu'elle avait eu tout le loisir de raconter encore et encore à des parents qui ne l'écoutaient plus que d'une oreille et à une petite soeur en admiration, sous les soupirs exaspérés d'une soeur aînée vite soûlée par ses exagérations rocambolesques.

Aussi, les vacances de la Noël avaient eu beau être remplies de cadeaux et de pâtisseries et de visites à la ménagerie magique ou au bazar, Fae n'était pas fâchée de rentrer au château. Au contraire, elle était plus que prête pour la suite de ses aventures! Le mois de janvier n'avait cependant pas été aussi excitant que prévu. Fae avait été ensevelie sous une montagne de devoirs et de travaux et d'heures d'études... ou du moins en avait-elle eu l'impression.

En février, elle avait dû passer d'interminables moments en retenue auprès de professeurs tortionnaires qui ne comprenaient absolument rien à son humour, avaient la mèche trop courte et ne supportaient pas qu'on les contredise en classe. Plusieurs élèves de Poufsouffle l'avaient même ignorée pendant presque une semaine, sorte de punition, lui apprit-on, pour tous les points qu'elle leur avait fait perdre. Comme si c'était sa faute si son chaudron de bubobulb avait explosé en classe! Des élèves de Serpentard, touchés par sa potion ratée avaient entraîné des plus grands avec eux dans une genre de vendetta qui ne semblait pas près de s'arrêter. Si bien que pour une énième fois en dix jours, Fae s'était retrouvée trempée de la tête aux pieds par un soudain déversement d'encre de seiche et d'eau. Sous les huées, mais la tête bien haute, Fae avait traversé le corridor et trouvé refuge dans la bibliothèque, où elle ignorait que sa soeur avait elle-même cherché refuge.

De fait, alors que Fae reculait doucement dans une allée pour éviter que les Serpentard passant la tête par la porte de la biblio ne la repèrent, elle ne remarqua absolument pas la silhouette de Gail, confortablement installée dans un fauteuil derrière elle. Elle ne nota sa présence que lorsqu'elle trébucha contre un pied de table et s'affala très peu gracieusement sur sa soeur, la maculant, ainsi que le livre qu'elle tenait, d'une bonne dose d'encre et d'eau.

"Oups!" lâcha Fae involontairement en tentant de retrouver son équilibre pour s'extirper du fauteuil.

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Gail MacKenzie
avatar
Etudiant de Gryffondor
Etudiant de Gryffondor

Date d'inscription : 25/02/2016
Messages : 54

MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Lun 26 Sep - 11:06


ft. Fae MacKenzie

On va dire que je t'aime un peu.



Comme quoi les pressentiments n'étaient pas que des bêtises. Quelles étaient les chances cependant, sur les quelques centaines d'élèves de l'école, que la personne qui viendrait troubler le calme si agréable de la bibliothèque serait sa soeur ?!

En fait, c'était environ 80% des chances, Fae avait toujours la mauvaise veine d'être au mauvais endroit, au mauvais moment. Surtout quand il s'agissait de Gail. Sa satanée soeur s'était étalée sur elle, renversant un pot, que l'ainée n'avait pas encore reconnu, partout sur ses vêtements, son visage, sa peau et même le livre qu'elle lisait ! Comment pouvait-elle trébucher à l'endroit précis où elle était installée alors que la bibliothèque était vide ? Comment pouvait-on être aussi malchanceux que la benjamine des MacKenzie ?

Le premier réflexe de l'adolescente fut de repousser violemment sa soeur en arrière, peu importe ce  qu'il pouvait y avoir derrière et si elle se faisait mal, pour l'instant, Gail ne pensait qu'à une chose : qu'elle était toujours aussi pénible !

  - Fae ! Tu pourrais faire attention quand même, t'es vraiment pas possible ! Pourquoi c'est toujours moi que tu trouves le moyen d'embêter hein ?!

En se relevant la rouquine remarqua aussi qu'elle était couverte d'encre, rajoutant une couche à son énervement.

  - Oh et puis regarde mon costume ! Encore la cape est noire ... mais ma chemise et ma cravate ! Tu fais vraiment attention à rien ... Comment on peut être soeurs et aussi différentes dis moi ?!

Gail n'arrivait pas à se calmer, Fae l'exaspérait à un point inimaginable, alors dès qu'elle faisait quelque chose, cela déplaisait à la grande. Même si cela n'était pas fait exprès ou même pas dérangeant.

Ce n'est que lorsqu'elle regarda enfin sa soeur qu'elle se rendit compte qu'elle exagérait un peu. Fae, qui malgré tout ce qu'elle aurait pu dire, lui ressemblait, était trempée, et elle aussi couverte d'encre. Gail lui tendit la main pour l'aider à se redresser :

  - Je suis désolée de t'avoir poussée .. Je ne t'ai pas fait mal ?

Orgueilleuse comme elle l'était, elle ravala rapidement son air attristé et sa compassion pour de nouveau la regarder avec dédain, se demandant bien qu'elle bêtise elle avait pu faire pour se retrouver dans cet état, c'était forcément sa faute, elle avait forcément fait quelque chose de mal ! Elle faisait toujours mal les choses de toute façon.

  - Comment tu t'es débrouillé pour finir comme ça n'empêche ? On dirait un petit cochon noir, je ne sais même pas si maman pourra rattraper tes affaires vue l'état dans lequel elles sont !

Gail attrapa un mouchoir et le lui tendit pour qu'elle s’essuie le visage, ajoutant qu'elle pourrait le jeter après, qu'elle n'allait pas demander à leur mère de laver un si petit bout de tissu qui ressortirait sûrement aussi noir que Fae. La jeune fille ferma le livre qu'elle tenait, après avoir essuyé le maximum d'encre, par chance, elle n'était pas pure et s'enlevait assez facilement du papier. Ca n'allait surement pas être la même histoire pour les vêtements malheureusement.
- Adrenalean 2016 pour Epicode.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Mar 11 Oct - 22:26

Dire qu’elle aurait pu tomber sur n’importe qui, n’importe lequel de ses amis de première année, par exemple, qui aurait pu trouver la situation loufoque. Fae aurait pu rire avec lui et voilà, fin de l’histoire. Mais il avait fallu qu’entre toutes les personnes sur lesquelles Fae ne voulait pas tomber, ce soit précisément son irritante grande sœur qui n’avait sûrement jamais ri d’une seule de ses blagues ou histoires. Autant dire que Fae jouait terriblement de malchance depuis le retour des vacances. Entre Echlin qui lui faisait la tête pour elle ne savait plus quelle raison (et lui non plus, sans aucun doute) et Sam, qui n’avait répondu à aucune de ses 10 dernières lettres, Fae en était rendu à se demander si elle n’avait pas par accident casser les pieds à une vieille sorcière qui lui aurait jeté un mauvais sort.

Il faudrait qu’elle interroge le professeur de divination à ce sujet.

Pour l’heure, Fae était trop occupée à tenter de se relever sans étaler encore plus d’encre autour d’elle pour y accorder une seule pensée. Repoussée par sa sœur, elle s’était peu gracieusement étalée au sol, mais sans se faire mal. Le fait que Gail la disputait n’avait rien pour arranger l’état émotif dans lequel se trouvait déjà la jeune Poufsouffle. Elle dédaigna la main tendue par sa soeur et se remit sur ses pieds, qu’elle fixa obstinément pour éviter de la regarder. Les taches d’encre sur sa robe, ses bras… ça passait encore. Maman ne la disputerait sûrement pas si fort pour ça, mais la tension des dernières semaines avait soudain eu raison de la bonne humeur habituelle de la fillette. Tandis que l’encre coulait lentement de ses cheveux dans son cou, comme une couleuvre froide, Fae se mit à renifler sans pouvoir se retenir. Elle attrapa le mouchoir tendu par Gail, mais, plutôt que de s’essuyer avec se moucha bruyamment.

« Je suis désolée… c’était un accident… j’ai pas fait…. exp… exprès pour la potion » fit-elle en hoquetant, toujours en regardant ses pieds. Douze ans et la voilà qui pleurait comme un bébé! Quelle humiliation, et devant sa sœur qui la détestait!

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Gail MacKenzie
avatar
Etudiant de Gryffondor
Etudiant de Gryffondor

Date d'inscription : 25/02/2016
Messages : 54

MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Lun 12 Déc - 16:48


ft. Fae MacKenzie

On va dire que je t'aime un peu.



Quand Fae se moucha, Gail ne put s'empêcher d'afficher une mine de dégoût, cependant, cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu pleurer sa soeur de la sorte, il fallait dire qu'elle était toujours bruyante et heureuse, elle passe plus de temps à rire qu'à dormir très sûrement ! Alors la voir dans cet état était quelque peu déstabilisant ... Gail se sentit presque coupable, et son humeur changea soudain, s'adoucissant nettement. Tout comme son ton.

 - C'est pas bien grave ... Je trouverai bien un sortilège dans un bouquin qui nettoiera tout ça.

La rousse regarda sa petite soeur et lui mit une main sur l'épaule. Décidément, heureusement que Fae n'était que rarement dans cet état, sinon Gail se mettrait à l'apprécier bien plus que ce qu'elle méritait ! Elle se repassa la scène rapidement dans sa tête et nota que la petite lui était tombée dessus parce qu'elle reculait ... C'était bizarre de marcher à reculons dans une bibliothèque avec un pot d'encre ...

 - Mais dis moi Fae, toi qui n'es pas bien souvent dans la bibliothèque, qu'est-ce que tu fais là ? Tu t'es encore attiré les foudre de quelqu'un ?

Gail retira ses mains de sur l'épaule de sa soeur et croisa sévèrement les bras sous sa petite poitrine, reprenant un air qu'on lui connaissait mieux. Elle attendait une réponse de sa soeur, tapotant son pied de façon plus qu'agaçante sur le sol en pierre de la grande salle.
- Adrenalean 2016 pour Epicode.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Sam 24 Déc - 4:50

Voilà que sa soeur se remettait à taper du pied de cette façon agaçante dont elle avait le secret... En temps normal, Fae en aurait profité pour lui jeter des confettis de papier dans les cheveux ou lui faire tout autre type de blagues hilarantes (du moins de son point de vue de gamine de 12 ans), mais la sollicitude soudaine dont faisait preuve Gail la désarma autant que ses pleurs désarmaient la Gryffondor.

Elles formaient un beau tableau toutes les deux, tiens! De loin, un observateur non attentif aurait sans doute pensé que les deux MacKenzie s'entendaient à merveille.

Pour une fois, Fae était reconnaissante envers sa grande soeur, la sensation était nouvelle... et pas tout à fait confortable. Mais elle ne parvenait pas à réprimer ses sanglots, c'était comme si toute la pression des derniers jours débordait tout d'un coup. Fallait-il raconter à Gail les vengeances mesquines de certains Serpentard? Les jours de silence imposés par les gens de sa propre maison? Les professeurs qui ne comprenaient rien à rien à la pédagogie et s'obstinaient à lui coller des retenues? Si Gail avait été Sam, Fae aurait certainement tout déballé. Ce n'était pas l'envie qui manquait, mais quelque chose la retenait de trop s'ouvrir à sa soeur. Elle opta pour une demi-vérité ou deux.

« Non, non, juste... deux ou trois Serpentard qui me font des mauvais tours. »

Fae fixa le mouchoir du regard. Il était à présent maculé de morve et d'encre de seiche. Elle se mordilla les lèvres, tout de même un peu embêtée par l'état du mouchoir de sa soeur. Elle sortit sa baguette, l'air déterminé.

« Je te le nettoie! »

Elle n'eut pas le temps de chercher dans sa mémoire un sort adéquat qu'une autre pensée chassa la première.

« Et t'as des nouvelles de Sam? »

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Gail MacKenzie
avatar
Etudiant de Gryffondor
Etudiant de Gryffondor

Date d'inscription : 25/02/2016
Messages : 54

MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Ven 13 Jan - 9:11


ft. Fae MacKenzie

On va dire que je t'aime un peu.



Fae, après la question de Gail, s'était soudain tu pendant quelques secondes, pour réfléchir certainement, mais ce n'était pas dans les habitudes de sa petite soeur que de choisir ses mots. Ce qui mit donc la puce à l'oreille de l'aînée qu'elle lui cachait certainement quelque chose. Même si sa réponse était tout à fait plausible. Des ennuis avec des Serpentard, c'était bien une chose facile à s'attirer pour la gamine. La plus vieille des deux rousses se racla à nouveau la gorge et lâcha un soupir.

- Et qu'est-ce que tu as fait cette fois-ci ? Allez, dis le moi, je peux peut-être ... t'aider ?

Le mot sembla douloureux à prononcer pour Gail, elle n'avait pas tellement l'habitude de se montrer aidante avec la petite, ça c'était plutôt le rôle de Sam, leur grand frère. Mais il n'était pas là, et pour une fois, elle pouvait bien se montrer compliante avec sa soeur.

Mais soudain, la petite changea de sujet. Elle parla justement de leur grand frère, demandant à sa soeur si elle avait de ses nouvelles. Le visage de Gail sembla tout de suite plus attristé, elle baissa les yeux et soupira silencieusement, hochant la tête de gauche à droite.

- Non pas depuis un certain temps .. et toi ? J'espère qu'il va bien .. il me manque ...

- Adrenalean 2016 pour Epicode.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Dim 15 Jan - 1:19

« Moi non plus... » glissa la jeune Fae en baissant les yeux sur le mouchoir taché d'encre de sa grande soeur. Sam n'avait pas l'habitude d'être si silencieux, surtout pas avec elle. Depuis qu'elle était née qu'ils s'échangeaient des messages! Enfin, peut-être pas depuis sa naissance parce que Fae ne savait évidemment pas parler ni encore moins écrire à cette époque et que Sam aussi était trop jeune, mais du plus loin qu'elle se souvienne, Sam et elle avaient toujours été proches. Ce silence lui rappelait douloureusement les semaines entourant la mort d'Eleanor.

« Tu crois qu'on devrait en parler à Dorian? » C'était lui qui lui avait annoncé la mort d'Eleanor après tout. Pas très observatrice sur ce plan, elle n'avait rien remarqué du penchant de sa soeur pour le vieil ami de la famille. Tout ce qu'elle savait c'est que son parrain avait toujours eu le chic pour lui remonter le moral. C'est d'ailleurs à lui qu'elle aurait dû ou pu se confier au sujet du harcèlement dont elle était victime, mais quelque chose la retenait. À problème d'élève, réponse d'élève?

C'était bien la première fois à son souvenir qu'elle voyait sa soeur lui proposer son aide. Fae s'en sentit touchée. Contrairement à d'autres qui entretenaient une bien mauvaise relation avec leurs frères ou leurs soeurs dans l'école, Fae ne détestait pas Gail, même si elle cherchait parfois sciemment à l'énerver. Simplement, elles ne partageaient pas les mêmes intérêts et leurs personnalités n'étaient guère compatibles. Alors pour cette fois, juste pour cette fois, et parce que Fark lui faisait encore la tête, elle choisit d'accepter un peu d'aide de sa grande soeur.

« C'est pas ma faute, j'ai raté un truc et ma potion a UN PEU explosé. Et des Serpentard de la classe sont allés en parler aux plus vieux et... et voilà. Mais ils ont eu ce qu'ils voulaient maintenant alors ils vont se calmer, c'est sûr. » Elle l'espérait.

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Gail MacKenzie
avatar
Etudiant de Gryffondor
Etudiant de Gryffondor

Date d'inscription : 25/02/2016
Messages : 54

MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   Lun 10 Avr - 9:52


ft. Fae MacKenzie

On va dire que je t'aime un peu.



Gail était étonnée de retrouver sa petite soeur, jamais elles n'avaient été aussi complices qu'aujourd'hui. L'ainée sentit l'inquiétude de la cadette et ne put s'empêcher de la partager, elle aussi était inquiète du silence de leur frère ainé.

Fae proposa d'en parler à Dorian directement. L'idée ne gênait pas Gail, au contraire, il aurait pu être d'une aide certaine et étant donné que désormais, leurs relations étaient au clair (enfin, cela l'avait toujours été, sauf pour la rouquine en fait.), elle ne deviendrait pas pivoine en essayant de communiquer avec lui. Mais elle sentit bien que quelque chose retenait sa soeur. D'ailleurs, elle n'eut pas le temps de lui dire que ce ne serait pas la peine, Fae lui parlait directement de son problème.

Gail se rassit sur le siège, en faisant en venir un second magiquement pour sa soeur et se gratta le menton. Elle réfléchit un instant et parla :

- Je t'avoue que contre les serpentards, je peux pas faire grand chose, je suis pas sûre de pouvoir leur tenir tête ... Un combat par mois avec un de ces verts me suffit.

Son petit duel avec Quinzel remonta à son esprit et elle ne put s'empêcher de lâcher un petit grognement plein de rage.

- Néanmoins, je peux t'aider pour la potion, histoire que tu recommences pas, ça te dit ?

Un sourire à la limite de la gentillesse se dessina sur les lèvres de Gail, elle paraissait presque sympathique et bienveillante vis-à-vis de sa petite soeur. Un évènement qui ne manquerait certainement pas de changer leur relation pour le reste de leur vie. Gail gagnait en maturité, peut-être grâce au râteau le plus mémorable de sa vie ? Surement !

- Adrenalean 2016 pour Epicode.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fin Février 1944] On va dire que je t'aime un peu. [Ft Fae MacKenzie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Poudlard :: Cachots et Sous-sols :: Salle de classe de potion-
Sauter vers: