Partagez | 
 

 [Début Mars - 1944] Une fleur calme toutes les peines d'une femme. [ft Zachary]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oscar J. Priest
avatar
Fleuriste
Fleuriste

Date d'inscription : 03/11/2016
Messages : 18

MessageSujet: [Début Mars - 1944] Une fleur calme toutes les peines d'une femme. [ft Zachary]   Mer 23 Nov - 20:32


   

   
A la Fleuristerie
Avec Zachary Ziegler

   
BOOM.

Le lit remua légèrement, le temps que la petite fille atterrisse sur la couette moelleuse et s'accroche au cou de l'homme, encore endormi qui venait d'émettre un grognement.
Oscar n'osa pas ouvrir un oeil tant Lena, son adorable petite dernière, parsemait son visage de baiser enchanté et le sommant de bien vouloir se lever.

- Allez Papa, debout ... Maman est parti il y a déjà une heure pour Pré-Au-Lard et toi tu n'es même pas encore debouuuut ... J'ai faaaaaim ... Papaaaaa

Effectivement, ce matin là, Isadora s'était levée très tôt afin de se rendre à Pré-Au-Lard pour quelques courses et surtout, revoir ses amies. Oscar se retrouvait donc en tête à tête avec sa petite princesse adorée. Emeth et Emily, ses deux aînés, étaient à Poudlard, et il ne rentrerait pas avant quelques temps étant donné qu'ils venaient de terminer leurs vacances de Février. L'homme se contenterait donc de sa petite dernière. Et favorite.

Rapidement, il se retourna et emprisonna la petite dans ses bras qui ne put s'empêcher de lâcher un cri de surprise. Puis le père, à son tour, se mit à parsemer le corps de sa fille de baisers bruyants, pendant qu'elle hurlait qu'elle mourrait de faim. Et bientôt le papa s'exécuta et se leva du lit.

- Lena, ma chérie, est-ce que tu peux me passer le bandeau qu'il y a juste ici ?

Il indiqua la commode de vêtements sur laquelle était posée un tissu noir et usé pendant qu'il enfilait un pantalon décent, une chemise propre et une veste en laine épaisse. Il attrapa le bandeau que sa fille lui tendait et l'appliqua sur son oeil qui était toujours fermé, barré d'une longue cicatrice. Puis, il prit sa fille par les aisselles et la fit grimper sur ses épaules.

- En avant pour la cuisine !

Le père de famille imitait maintenant un cheval au trot tandis qu'il descendait les escaliers de la maison. Les chambres à coucher des enfants étaient aux troisième étages, celle des parents était au second, avec la bibliothèque, au premier étage se trouvait la cuisine, le rez-de-chaussée abritait la fleuristerie familiale des Priest tandis que le sous-sol hébergeait la fleuristerie dite magique. Autant vous dire qu'il s'agissait d'une grande maison !

Arrivé en bas, Oscar mit, magiquement, ses ustensiles de cuisine pour commencer la préparation d'une pâte à crêpes tandis qu'il allait ouvrir sa boutique en entendant les neuf heures sonner sur la grande horloge, Lena toujours sur ses épaules. Il posa sa petite fille à terre alors qu'il allait déverrouiller la grande porte et changeait le panneau à l'entrée sur "ouvert". Lena, elle, avait les yeux rivés sur les milliers de fleurs qui baignaient dans leurs pots, elle alla sentir les anémones puis éternua bruyamment en inhalant le pollen. Son père la regarda en souriant et lui posa un mouchoir sur le nez.

- Allez, souffle mon ange.

La petite prit une grande inspiration et souffla dans le mouchoir pour éjecter tout ce qu'elle avait dans ses conduits nasaux puis le père rangea le mouchoir dans sa poche.

- Allons faire cuire les crêpes, d'accord ?

La petite famille monta à nouveau les marches et ils se mirent, ensemble, terminer la préparation du petit déjeuner, cette fois là, à la façon des moldus. Mais rapidement, la sonnette de la boutique retentit et Lena, une crêpe à moitié manger dans la main et un morceau dans la bouche courut vers les escaliers :

- Cheu vais fouar Papa ... Fchini les crêpes ...

Et sans qu'il ait pu dire quoi que ce soit, la petite était allée ouvrir au client qui se présentait, avec de la confiture sur le visage et des miettes sur sa robe.

- Bonchour Monchieur ! Bienvenue à la Fleurichterie Priest !

Oscar termina la pâte à crêpe rapidement et, emportant le plat avec lui pour sa fille, rejoignit l'inconnu en bas, le saluant à son tour.

- Belle journée Monsieur, bienvenue à la boutique de fleurs Priest, en quoi puis-je vous aider ?

Oscar afficha son sourire le plus aimable à son nouveau client qu'il n'avait jamais encore vu.

   
© Jibunnie pour  Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary Ziegler
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 159

MessageSujet: Re: [Début Mars - 1944] Une fleur calme toutes les peines d'une femme. [ft Zachary]   Jeu 24 Nov - 19:09

J’avais beaucoup à me faire pardonner. Ces dernières semaines, ces derniers mois, voire la dernière année. La liste des raisons étaient longues alors que celle à qui je devais présenter mes excuses suffisamment courte pour accentuer la proportion d’excuses à faire à chacun. On m’avait déjà arraché Arthur... Non, Arthur m’avait repoussé alors qu’essayait de réparer ce que j’avais brisé. Il me laissait seul avec mon malheur et mes faiblesses. Je sentais que Wolfe s’éloignait toujours plus de moi et que la distance qui nous séparait maintenant serait bientôt infranchissable. Toutefois, ce qu’il me demandait, je ne pouvais le lui offrir. Eden ou lui. Ne pouvais-je pas garder les deux ? J’avais si peu et on me demandait encore plus.  Pourtant, si je ne faisais rien, mon monde se résumerait à moi et moi seul. Plus d’Arthur, plus d’Eden, plus de Wolfe, plus de Penelope. Mes quatre piliers anéantis sans rien pour retenir ma chute.

Évidemment, je devais commencer par une personne et mon choix c’était porté sur Penelope. Pas le plus facile, mais nous dormions trop souvent dans le même lit pour continuer à jouer le gros connard que j’étais. Pour ce faire, je devais déployer le grand jeu si je ne voulais pas la perdre.

« Ziegler ! »

Mon nom claqua me ramenant à la réalité. Le regard glacial de Whitmore – encore plus glacial que ce matin de mars – me fixait attendant que je réponde à sa question. Il réalisa bien que je ne l’écoutai plus depuis un instant et soupira dans son écharpe. Il m’attrapa par l’épaule et me rapprocha de lui.

« Écoute Ziegler. Je suis extrêmement patient avec toi, mais j’ai besoin de ta concentration. J’ai besoin de toi à cent pour cent quand nous sommes sur le terrain. Je dois être en mesure d’avoir confiance en toi. Sinon, c’est retour au bureau. »

Dans mes poches, mes mains ses resserrèrent sur mon paquet de cigarette et mon briquet.

« J’suis là. Juste… que j’ai des problèmes à régler. »

Whitmore raffermit sa prise sur mon bras.

« On a tous nos problèmes. Bon… reste dans les parages, je dois aller voir un ancien collègue pour lui poser des questions. On se rejoint ici dans une heure. »

Sur quoi, il m’abandonna. De mécontentement, je claquai la langue. Au bureau, je devenais fou à rester à mon bureau, même mes voisins s’en plaignaient. Une fois sur le terrain, Whitmore m’abandonnait à mon triste sort. Je voulais entendre ce que l’ancien collègue avait à dire. Je pris alors un cinq minutes pour fumer ma clope et me mis à errer dans le village. Finalement, je m’arrêtai devant un fleuriste et vérifiai qu’il était ouvert avant d’y pénétrer. Une gamine déboula des marches et gambada jusqu’à moi. Je me reculai d’un pas craignant ses mains et sa bouche couvertes de confitures.

« B’jour. » Le père arriva. « Bonjour à vous… j’aimerais avoir des fleurs. Ce qui est tout à fait évident compte tenu que je suis chez un fleuriste. »

J’avançai dans la boutique au milieu des pots jusqu’à me pencher et sentir des fleurs blanches aux pétales longues et courbées. Mon nez se retroussa. Ça sentait les bouquets qu’on offrait lors des enterrements. Je lis l’étiquette : Lys. Je me redressai et regardai l’homme et sa fille.

« J’aimerais avoir un bouquin pour mon amoureuse. Pas de rose, trop classique, elle n’aimera pas. Et un bouquet qui signifie : Pardonne-moi. Vous voyez le genre de bouquet qu’il me faut ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar J. Priest
avatar
Fleuriste
Fleuriste

Date d'inscription : 03/11/2016
Messages : 18

MessageSujet: Re: [Début Mars - 1944] Une fleur calme toutes les peines d'une femme. [ft Zachary]   Mer 14 Déc - 22:29


 

 
A la Fleuristerie
Avec Zachary Ziegler

 
Face au père et à la petite se trouvait un jeune homme, assez charmant, aux cheveux noirs et à l'allure assez sombre. Oscar remarqua rapidement son mouvement de recule face à sa petite dernière qui s'avançait dangereusement vers lui, les mains pleines de sucre qui ne souhaitaient qu'une chose : s'essuyer.

- Vas te laver les mains mon coeur, je vais commencer à m'occuper du monsieur tu veux bien ?

Lena hocha vigoureusement la tête en guise d'affirmation et disparue dans le fond du magasin, gambadant tranquillement dans sa petite robe rose. Le garçon signifia rapidement au fleuriste qu'il souhaitait acheter des fleurs. Oscar ne dit rien de plus, il appréciait les silences qui permettaient aux clients d'être spontanément plus précis dans le choix de leur bouquet.

Le ténébreux s'avança jusqu'au milieu de la boutique, moment où la gamine décida de les rejoindre, enfin débarbouillée, et se mit à sentir les belles et grandes Lys blanches qu'il avait reçu la veille. Puis, il se retourna vers Oscar et son petit ange pour préciser son désir. Il réfléchit un instant en se grattant la barbe et regarda le jeune homme dans les yeux.

- Aucune fleur ne signifie "pardon", cependant, je peux essayer de me rapprocher au plus de se sentiment. Je peux vous proposer plusieurs compositions florales si vous le souhaitez ?

Le père de famille n'attendit pas la réponse de son premier client de la matinée pour commencer à réfléchir à ce qu'il pourrait faire. D'un signe du doigt, il lui montra de le suivre. Il alla jusqu'au comptoir au fond de la boutique, assit Lena sur le tabouret à côté du sien et sortit un grand calepin ainsi qu'un crayon.

- Installez vous Monsieur, je vais essayer de vous concter queqlues choses.

Oscar lui indiquait un tabouret en face du sien. Avec dextérité il se mit rapidement à dessiner un premier bouquet de fleurs. Il était assez grand. En l'espace de quelques minutes le croquis fut terminé, il le montra à l'homme.

- Bien, dites moi ce que vous en pensez. Pour cette première proposition, je partirai sur un bouquet dans les tons roses, je voyais une base en œillets roses qui marquent une relation sincère et durable, j'alternerai quelques magnolias, trois pas plus, qui eux représentent le respect. Au centre j'ajouterai une grande fleur de gardénia qui sublime la beauté féminine. Et en dernier, je rajouterai quelques pétales de lilas violets pour raviver le tout, elles représenteront les premiers émois de la relation, le souvenir.

Lorsqu'Oscar parlait de fleurs, il était si passionné qu'il ne se rendait pas compte que cela faisait beaucoup de signification pour un seul bouquet de fleurs pour s'excuser. Cependant, l'homme avait été précis dans sa requête. Il posa cependant la question pendant que Lena avait attrapé des crayons et coloriait le dessin de son père.

- A moins que vous ne désiriez quelque chose de plus simple ?

Oscar se mit de nouveau à sourire, puis caressa les cheveux de sa petite fille, l'encourageant à continuer son coloriage.

 
© Jibunnie pour  Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary Ziegler
avatar
Auror
Auror

Date d'inscription : 09/09/2014
Messages : 159

MessageSujet: Re: [Début Mars - 1944] Une fleur calme toutes les peines d'une femme. [ft Zachary]   Lun 6 Mar - 22:19

Les mains au fond de mes poches, je suivis l'homme jusqu'au comptoir donnant ainsi mon consentement à sa proposition de me présenter plusieurs compositions florales. Toutefois, je ne m'assis pas immédiatement à son invitation. Je passais beaucoup trop de temps sur mon cul ces derniers mois et je préférai errer non loin de l'homme et de sa fille.

Ses première paroles me revinrent en tête. Aucune fleur ne signifie pardon. Évidemment, ça aurait été beaucoup trop simple. Même la nature nous obligeait à révéler à demi-mots nos sentiments. L'usage de métaphores et autres figures de styles pour dire: « Désolé, j'ai été le pire amoureux de l'année. »

Je revins vers le fleuriste lorsqu'il eu terminé son premier croquis. Ce qu'il me présenta avait son charme, une composition raffiné, mais pas exactement ce que j'avais en tête.

« Ouais, plus simple. Moins raffiné. Elle va croire que j'ai choisi le premier truc joli que pour lui faire plaisir. Peut-être que les roses, c'est pas une si mauvaise idée. C'est classique... »

Ma main meurtrie pianota distraitement le comptoir. Un jour, elle avait bien dû révéler sa fleur préférée... Son parfum sentait les fleurs.

« Vous auriez pas un truc avec du jasmins, des violets,ou des hums... narcisses ? ... je sais même pas à quoi ça ressemble des narcisses. C'est beau ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar J. Priest
avatar
Fleuriste
Fleuriste

Date d'inscription : 03/11/2016
Messages : 18

MessageSujet: Re: [Début Mars - 1944] Une fleur calme toutes les peines d'une femme. [ft Zachary]   Lun 10 Avr - 12:51



A la Fleuristerie
Avec Zachary Ziegler

Le client de la matinée ne s'assit pas, il préféra suivre Oscar, ce qui lui fit relativement plaisir. Il voyait bien la sincérité de cet homme à vouloir se faire pardonner par sa compagne, ce geste plein d'attention fit sourire le père de famille.

La proposition du fleuriste sembla légèrement "effrayer" l'homme qui demanda une composition plus simple. Il lui parla directement des fleurs qu'il aimerait voir. Des jasmins et des narcisses. Oscar hocha la tête.

- Hé bien si, je dois avoir des narcisses, jaunes et blanches, cela ressemble à des jonquilles, enfin à peu de choses prés, c'est ce qui s'en rapproche le plus. Le jasmin est très odorant, c'est très agréable dans un bouquet, je peux vous faire quelque chose comme ça si vous le souhaitez. Par contre, j'ai peur que les violets dénaturent le tout, ça ne vous dérange pas si nous partons seulement avec ces deux là ? Si vous le souhaitez je peux dissimuler deux ou trois roses blanches ou rose clair afin d'ajouter une touche de romantisme ?

En s'excusant il demanda à sa fille de lui rendre le carnet et se mit à dessiner un nouveau bouquet, plus simple, moins imposant et plus délicat. Cela ne lui prit que quelques minutes, quand il eut fini il montra le résultat à son client, avec un sourire.

- Je pense que ce bouquet là fait plus naturel, les couleurs sont plus douces et la forme aussi. Qu'en dites-vous ?

© Jibunnie pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Début Mars - 1944] Une fleur calme toutes les peines d'une femme. [ft Zachary]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Le monde des sorciers :: Loutry Ste Chaspoule-
Sauter vers: