Partagez | 
 

 [28 février 1944] De l'art d'être dérangée (Aidan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth Levy
avatar
Préfète-en-chef
Préfète-en-chef

Date d'inscription : 14/12/2013
Messages : 144

MessageSujet: [28 février 1944] De l'art d'être dérangée (Aidan)   Jeu 22 Déc - 11:05

Elle ne savait pas trop comment ils en étaient arrivés là. En vérité, elle n’était même pas vraiment certaine d’avoir mérité ce qui lui arrivait. Mais force était de constater que Lynch avait débarqué et que ça la mettait dans une position… délicate.

Pour comprendre, il fallait revenir quelques heures en arrière, dès l’instant où elle avait ouvert les yeux et qu’elle s’était sentie d’humeur assez exécrable. Kay, le brave petit Kay lui manquait. Terriblement. D’autant plus aujourd’hui, alors que cela faisait déjà un an qu’il avait disparu de la circulation sans un mot. Dire qu’elle l’exécrait déjà à l’époque étant un euphémisme, mais aujourd’hui… aujourd’hui c’était une haine pure qui l’habitait. Il l’avait abandonnée au final, alors qu’il n’était pas supposé le faire, et elle s’était retrouvée sans personne à faire souffrir du jour au lendemain. Ça laissait véritablement un vide, de ne plus avoir personne à martyriser. Meyers avait été de ces souffre-douleurs qu’on n’oubliait pas, un de ceux qui avaient le profil idéal pour devenir la victime parfaite, la victime ultime.  Ce n’était pas juste le fait qu’il avait été le premier, celui sur lequel elle s’était fait les dents, apprenant à s’arrêter à temps pour le maintenir conscient, repérant les endroits qui ne se voyaient pas pour les marques,… Non, c’était bien plus que ça, le pauvre petit piaf avait été le meilleur parce qu’il avait honte. Une telle honte que même son si puissant papa n’en avait jamais rien su. Et Elizabeth avait adoré ça, elle s’était sentie tellement puissante de lui faire du mal à ce monsieur-foutu-Kay-trop-populaire-trop-intelligent-Meyers au nez et à la barbe de tous. Mais il était parti et jamais personne n’avait retrouvé suffisamment grâce à ses yeux depuis. Alors elle était de mauvaise humeur. Très mauvaise humeur. Et c’est avec ce sentiment de haine qui grondait en elle, lui tordant l’intérieur, qu’elle avait entamé sa journée.

Tout d’abord, elle s’était contenté d’aller dans la grande salle, persuadée qu’un bon petit-déjeuner ne pouvait avoir qu’un effet bénéfique sur son humeur, mais elle avait vite déchanté en voyant l’absence de tarte aux pommes. Et puis il y avait eu ce petit blond qui avait eu le malheur de passer devant elle. Un petit blond qui ressemblait comme deux gouttes à sa crevette de Kay. Les mêmes cheveux doré, les mêmes yeux bleus rêveurs, il était plus jeune, probablement un deuxième, peut-être troisième année, presque le même âge qu’avait Meyers au moment où elle avait commencé à lui en faire baver. Alors elle s’était levée pour aller à sa suite. Elle l’avait suivi de loin pendant un moment d’abord puis, arrivée au deuxième étage, elle s’était dit que c’était l’endroit parfait pour ne pas être vue, alors elle l’avait coincé avec un sourire carnassier. Et il avait été absolument parfait. D’abord le regard perdu puis ensuite une étincelle de compréhension quand elle lui avait tordu le poignet et il avait tenté de fuir. Ça avait été absolument délectable, une sensation véritablement grisante. La lèvre tremblante, les larmes qui menaçaient de poindre, c’était un tableau magnifique. Mais alors qu’elle s’apprêtait à le malmener pour de bon, Lynch était arrivé. Lynch était arrivé pile au moment où elle s’apprêtait un lancer un cracbadaboum, un de ses sortilèges favoris en matière de torture, les incisions sur les bras étaient ses préférées. Et elle l’avait mauvaise du coup. Très mauvaise.

______________________

I love to hate you, Invité  ♥

Parcequ'Aaronm'amenacéeQwQ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Lynch
avatar
Etudiant de Serdaigle
Etudiant de Serdaigle

Date d'inscription : 20/08/2015
Messages : 473

MessageSujet: Re: [28 février 1944] De l'art d'être dérangée (Aidan)   Sam 31 Déc - 16:38

Aidan n'avait pas prévu de jouer les preux chevaliers. Dernièrement, il tentait de faire profil bas : que Yue se soit fait griller par Lovelace alors que lui-même avait porté le blâme pour la tricherie contre Gryffondor n'aidaient pas. Pourtant, il y avait encore quelques cas où heures de colle à l'horizon ou non, il dégainait sa baguette avant de se fendre d'un "RICTUSEMPRA" sonore.

Elizabeth Levy figurait parmi ces élèves qu'on se gardait d'ennuyer. Pas parce qu'elle était riche, ou jolie, ou en septième année. Juste parce que son caractère de merde s'évertuait à se manifester aux dépens des autres, parfois violemment. Comme maintenant, alors que le sort du Serdaigle la heurtait de plein fouet pour la faire se perdre en éclat de rire incontrôlable. Une occasion que le blond sur lequel elle avait jeté son dévolu ne manqua pas pour fuir à toute allure.

"T'es vraiment pas nette, ponctua Aidan à moitié incrédule face à une démonstration de sadisme gratuit, baguette en main alors que l'adrénaline le gardait alerte. Adams a rien fait pour mériter que tu lui tombes dessus comme ça !"

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Levy
avatar
Préfète-en-chef
Préfète-en-chef

Date d'inscription : 14/12/2013
Messages : 144

MessageSujet: Re: [28 février 1944] De l'art d'être dérangée (Aidan)   Jeu 30 Mar - 16:53

Elle avait regardé avec horreur le blond partir en fuyant tandis qu'elle éclatait d'un rire sonore, totalement incontrôlable. Merlin qu'elle détestait ce sortilège, il était tellement... pathétique. Elle était tellement pathétique en cet instant précis. Et elle détestait ça. Elle détestait aussi Aidan. Ce minable petit con avait toujours l'art de venir fourrer son nez dans ses affaires ou celles de ses amis, elle espérait de tout coeur qu'il finisse par être victime d'un incident malheureux. D'un très douloureux incident. Et mortel.

Et ce rire qui ne s'arrêtait pas. Elle avait toujours détesté son rire, il ressemblait trop au cri d'une hyène, il avait quelque chose à la fois de malsain et ridicule. Totalement ridicule. Et s'il y avait bien une chose qu'Elizabeth Levy avait en horreur, c'était le ridicule justement. Et dire qu'elle ne pouvait pas empêcher tout ça d'arriver.

Les cheveux en bataille et totalement pivoine, la Serpentard ne pouvait s'empêcher de regarder la situation avec un effroi grandissant. Elle se sentait détachée de la situation, comme présente hors de son corps, et pouvait parfaitement imaginer le piètre spectacle qu'elle offrait en cet instant. Bon sang, elle voulait s'empêcher de rire, elle devait s'empêcher de rire, après tout que se passerait-il si quelqu'un arrivait, mais pas moyen. Et l'autre tête de piaf qui se permettait de la juger avec son air incrédule à la con, elle allait le tuer. Et pour de bon cette fois ! De quel droit se permettait-il de prendre la défense d'un gosse comme ça ?! De quel droit osait-il ce sale sang-mêlé ?!

- Tu ne perds rien... ahahahaihiiiaaaaaaaah...  pour attendre ! elle avait tenté de mettre autant de venin que possible dans son intonation mais il était terriblement difficile d'avoir l'air méprisant et menaçant quand on riait à gorge déployée...  

______________________

I love to hate you, Invité  ♥

Parcequ'Aaronm'amenacéeQwQ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Lynch
avatar
Etudiant de Serdaigle
Etudiant de Serdaigle

Date d'inscription : 20/08/2015
Messages : 473

MessageSujet: Re: [28 février 1944] De l'art d'être dérangée (Aidan)   Dim 2 Avr - 12:13

"Non, j'imagine bien."

Les mots s'échappèrent dans un souffle alors qu'Aidan regardait la septième année rire à en pleurer, baguette toujours pointée vers elle sans savoir quoi en faire. Il allait prendre cher. En attendant, il fallait faire quelque chose, alors il leva à nouveau le bras et pria pour que ses leçons avec le cousin de Glenn lui servirent à quelque chose.

"Stupefix !"

Edit : Le sort était passé ! Il vit la Serpentard s'écrouler par terre, raide, le rire arrêté tout nette par l'état d'inconscience dans lequel il l'avait plongée. Elle aurait mal sans doute en se réveillant (les chutes sur les dalles de pierre pardonnaient peu), mais Aidan ne parvenait pas à s'en préoccuper. Il la fit plutôt léviter et se mit en route pour l'infirmerie. Le temps qu'elle passerait là-bas serait du temps en moins qu'elle passerait après lui.

Et il faudrait sans doute en parler à Slughorn, aussi.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Métamorphe
avatar
Sorcier
Sorcier

Date d'inscription : 08/12/2013
Messages : 774

MessageSujet: Re: [28 février 1944] De l'art d'être dérangée (Aidan)   Dim 2 Avr - 12:13

Le membre 'Aidan Lynch' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Duel' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[28 février 1944] De l'art d'être dérangée (Aidan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Poudlard :: Deuxième étage :: Couloir vide avec une gargouille-
Sauter vers: