Partagez | 
 

 [Début Février 1944] Duel au sommet ! [Ft Iris Quinzel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gail MacKenzie
avatar
Etudiant de Gryffondor
Etudiant de Gryffondor

Date d'inscription : 25/02/2016
Messages : 54

MessageSujet: [Début Février 1944] Duel au sommet ! [Ft Iris Quinzel]   Lun 23 Jan - 20:41


ft. Iris Quinzel

Duel au sommet



Depuis son entretien avec Dorian Lovelace, le professeur de Sortilèges et très bon ami de sa mère, Gail était légèrement irritable, même infecte. Tous ceux qui s'approchaient d'elle d'un peu trop proche se retrouvaient à subir sa colère. Tous sauf ce cher Owen qui, par miracle, était parvenue à la faire rire et à lui faire passer une excellente après midi depuis des mois. L'adolescente avait donc pris l'habitude de se réfugier dans les livres de la bibliothèque, le nez collé contre les pages, afin que personne n'ait envie de la déranger.

Ce jour là, Gail lisait avec le plus d'attention possible le livre de cinquième année concernant les potions, elle prenait de l'avance afin d'être sûre de ne pas être perdue à la rentrée prochaine. Les ingrédients demandés étaient de plus en plus rares à trouvés mais surtout, de plus en plus durs à préparer. La rouquine se rendit rapidement compte que les cours de l'année qui suivait n'allaient pas être de tout repos.

Cependant, au moment où elle commençait à lire la cinquième potion du livre, un visage familier se découpa à l'une des tables proches de la sienne : Iris Quinzel. Sa petite tête de peste donnait à Gail des envies de meurtre, juste de la voir la rendait furieuse. D'autant plus qu'elle avait appris que la Serpentard avait eu de meilleures notes aux trois derniers examens de la semaine. Gail se leva de la table avec force, repoussant sa chaise brutalement, elle rangea le livre dans son sac et décida de quitter la bibliothèque. Cependant au moment où elle passait derrière sa camarade, elle décida de mettre un coup dans sa chaise en lâchant un :

- Han ... prétentieuse ! plein de véhémence et de jalousie.

Au fond d'elle, la rouquine espérait une réaction de sa camarade, cependant, elle ne se voyait pas lui tenir tête sans qu'elle aille trop loin dans ses propos. Elle décida donc de continuer sa route vers les portes de la bibliothèque.
- Adrenalean 2016 pour Epicode.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: [Début Février 1944] Duel au sommet ! [Ft Iris Quinzel]   Jeu 23 Fév - 22:35

Duel au sommet

I  R  I  S & G   A   I   L
J’ai dû relire ces lignes une bonne dizaine de fois. À chaque fois les mêmes mots, la même ponctuation, pourtant je relis comme dans l’appréhension de voir les lettres se désaligner pour en former d’autres, pour former d’autres réalités. Pourtant ils restent, indélébiles, contre le parchemin. Ces mots de fierté qui m’envahissent d’un sentiment contradictoire de crainte et d’une joie probablement bien puérile. Il y a quelques jours, j’ai écrit à mon père afin de lui raconter mon exploit en potions lorsqu’un élève m’a jeté un sort par erreur. En cherchant à me protéger d’un sortilège mesquin, Ethan m’a contaminée d’un bien étrange phénomène. Ma peau s’étant mise à briller fortement, j’ai dû concocter une potion bien plus avancée que mes capacités, trouvée dans le livre de sixième année de l’élève de Poufsouffle, afin de rétablir la situation. Quelques lignes auront suffit pour raconter à mon parent adoptif de façon plutôt réservée d’ailleurs ma réussite. La réponse me laisse encore perplexe mais aussi profondément heureuse, et tous les moments où mon moral s’assombrit, je la tire de mon sac pour la relire une énième fois. «Je suis fier de toi, Iris. Tu as énormément de talent, mais tu travailles aussi plus fort que tous. Je n’ai aucun doute que tu prendras ma place un jour, si tu n’as pas d’ambition plus grande encore.». Je rougis à nouveau de les lire, assise confortablement dans un coin de la bibliothèque, confuse par ce témoignage sincère de respect et d’amour. En sentant quelqu’un s’approcher de moi, je m’empresse de l’enfoncer entre les pages de mon grimoire de potions afin d’éviter qu’on me voit avec la lettre.

Je sursaute brusquement d’ailleurs en sentant ma chaise bousculée. Je redresse la tête, venimeuse mais maîtrisée. Il est nombre d’imprudents qui ne savent pas déambuler dans un lien aussi célèbre et intouchable que cette bibliothèque. Néanmoins, je reconnais rapidement la voix de Gail MacKenzie, empreinte d’envie et de mépris. Prétentieuse? Je la regarde partir, interdite et vaguement insultée. Il n’est guère son genre de m’attaquer ainsi sans bonne raison, mais je ne me pose plus la question à savoir ce qui peut bien lui prendre, du moins en surface. La colère m’anime de plus en plus, dissipant l’excès de joie ressenti à chaque lecture de la lettre. Je me redresse, bouleversée par l’envie de lui demander ce qui lui prend. Je me retiens, bien décidée à ne pas troubler la quiétude de la bibliothèque. Je me dépêche cependant à ranger mes effets dans mon sac avant de lui emboîter le pas rageusement. Je ne mets pas longtemps à la retrouver au détour d’un corridor. La Gryffondor et moi avons toujours entretenu des relations houleuses, teintées de jalousie et de compétition. Gail supporte assez mal que je puisse avoir des résultats supérieurs aux miens. Pour ma part, j’arrive à gérer la pression, mais je ressens toujours énormément de satisfaction à obtenir de meilleures notes qu’elle. Cette fois, par contre, je ne comprends pas l’attaque gratuite. Je l’agrippe par le bras un peu brusquement, le visage brutalement froid.

«Ça suffit Gail MacKenzie, t’as fini d’agir comme une enfant? Tu es jalouse parce que j’ai eu de meilleures notes que toi à nos examens de la semaine? Sérieusement, il va falloir que tu vieillisses un peu.»

Je n’aurais pas dû. Je jetais l’huile sur le feu, en me voilant les yeux, en goûtant aux flammes. Il y a quelque chose à préserver cette fois, quelque chose à protéger de cette compétition inutile. La lettre, les mots de mon père, le sentiment, rare, qu’on peut croire en moi plutôt que de me rabaisser. Non, pas cette fois, Gail.
Revenir en haut Aller en bas
Gail MacKenzie
avatar
Etudiant de Gryffondor
Etudiant de Gryffondor

Date d'inscription : 25/02/2016
Messages : 54

MessageSujet: Re: [Début Février 1944] Duel au sommet ! [Ft Iris Quinzel]   Lun 10 Avr - 10:04


ft. Iris Quinzel

Duel au sommet



Un sourire satisfait au visage, Gail quitta la bibliothèque, sautillant presque, elle se sentait soulagée en fait. Décharger sa colère sur quelqu'un qu'elle n'aimait pas était fabuleusement agréable ! Cependant, des pas pressés commencèrent à raisonner derrière elle alors qu'elle s'avançait dans les couloirs. Une main saisit son bras, arrêté, ce qui l'obligea à se retourner vers la personne qui la retenait. Face à elle se dessina, à nouveau, le visage d'Iris. De toute évidence, elle n'avait pas apprécié de se faire bousculer gratuitement -ce qui se comprenait- et était bien décidée à régler ses comptes avec la rouquine qui avait décidé de jouer la peste qu'elle était au rang maximum.

Iris la traita littéralement de gamine, lui demandant de grandir, et c'était totalement mérité. Mais Gail ne la supportait pas et ne supportait pas qu'elle vienne lui donner des leçons de moral, comme si elle se sentait supérieure à elle. Alors elle se dégagea brusquement le bras et la regarda avec un air mauvais.

- Tu vois ! Tu recommences ! Arrête de prendre tes grands airs de Madame je sais tout et donneurs de leçons ! Tu n'as pas à me dire ce que je dois faire ou non ! Et puis, moi ? Jalouse ? Han, tu te trompes, je sais pertinemment que je suis meilleure de toute façon.

Gail étira un sourire mesquin sur ses lèvres, hautain presque, détestable en somme. Elle rabattit ses cheveux en arrière avec toute la supériorité qu'elle pouvait afficher et regarda la Serpentard dans les yeux avec un air de défis, bien décidée à lui faire prendre la mouche.
- Adrenalean 2016 pour Epicode.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: [Début Février 1944] Duel au sommet ! [Ft Iris Quinzel]   Mar 25 Avr - 23:17

Duel au sommet

I  R  I  S & G   A   I   L
Il me vient souvent à l’esprit que Gail Mackenzie possède un don. Probablement issu dès la naissance, j’en constate la présence plus souvent qu’autrement. Je le décrirais comme une suite de caractéristiques utiles dans le seul objectif de froisser les autres. Plus simplement : la Gryffondor a le don de m’énerver. Sa jalousie me paraît bien vaine en cette instant, tout comme son attitude digne d’une gamine de cinq ou six années. Je me demande bien quelle utilité peut bien servir ce fameux donc. Dans tous les cas elle n’hésite pas à l’utiliser et avec brio une fois de plus car je sens la colère gronder au creux de mon estomac, une sensation désagréable que tâche d’écarter. Plus que tout au monde, mon impassibilité a le don de faire sortir de ses gonds ma rivale. Je ne peux pas céder à l’envie de froncer les sourcils, malgré sa réplique mesquine qui visait évidemment à me frustrer. Eh bien, c’est réussi. Je tâche de conserver mon calme. Mes traits affichent encore aussi peu d’émotions mais ma respiration accélérée me trahit quelque peu. De toute façon, Gail est trop sotte pour remarquer ce genre de détail. Je me demande à quoi rime notre affrontement, ici, dans les couloirs de l’école. Il n’y a qu’en classe que notre compétition m’excite, où j’ai le sentiment d’atteindre mon plein potentiel. Ici je me sens simplement blasée par son attitude.

«Tu peux continuer à tâcher de t’en convaincre. Les résultats prouvent le contraire. Et à l’inverse de toi, je ne me concentre justement que sur les résultats.»

Contrairement à elle, je n’ai pas besoin de sourire pour me montrer insolente. Je me contente de la scruter avec un calme imperturbable, même si l’envie de lui sortir ma baguette sous le nez est forte.

«Je n’aurais pas à jouer les miss je sais tout comme tu le dis si tu agissais autrement. Dans ce monde, il existe des leaders et des chaotiques. Devine à quelle catégorie tu appartiens?»

À l’instar de plusieurs de ses camarades de maison d’ailleurs. Je reconnais chez les Gryffondor des qualités que je ne posséderai jamais, néanmoins j’ai du mal à comprendre cette compétition constante, ce dédain même, entre nos deux maisons. Ici, il ne s’agit pas d’un règlement de comptes entre clans, mais bien l’histoire de deux individus tâchant d’assouvir sa dominance sur l’autre. Peu pour elle, je ne compte pas flancher.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début Février 1944] Duel au sommet ! [Ft Iris Quinzel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Poudlard :: Rez-de-chaussée :: Grande Salle-
Sauter vers: