Partagez | 
 

 [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nevender Oak
avatar
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

Date d'inscription : 02/02/2015
Messages : 145

MessageSujet: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Lun 10 Avr - 23:58


J'fais rien à fond
donc j'serais qu'à moitié triste

ft.Keira
Comme souvent depuis son investiture, le préfet de Serdaigle avait quitté la Grande Salle parmi les derniers, après le repas du soir, et trainé sa patte récalcitrante par les escaliers, en profitant du moindre nombre de témoins pour souffler un peu à chaque pallier. La journée avait été longue et ses différents cours l'avaient fait crapahuter à tous les niveaux du château, le laissant dans un état de fatigue ébétée. Il n'avait ni la force de grimper jusqu'au sommet de la tour de Serdaigle, ni celle de se farcir les foutues énigmes du heurtoir, ou les gérémiades de Juliette.
Arrivé au cinquième étage, il n'eut pas à réfléchir longtemps avant de se décider à se trainer péniblement jusqu'à la salle de bain des préfets, où un bain chaud, de la mousse parfumée et un silence agréable l'attendaient.

Nevender s'assura qu'il était bel et bien seul dans la salle de bain avant de poser son sac aux pieds d'un banc de pierres lisses, sur lequel il se laissa tomber lourdement. Cinq étages avaient laissé sa jambe engourdie, et c'est avec raideur qu'il attendit résolument qu'elle se réveille et le gratifie de ses élancements familiers. La première vague lui arracha une grimace, puis il entreprit de se débarasser de sa robe encombrante et de sa cravate en feignant héroïquement de ne pas avoir les yeux humides de douleur et de frustration. Le temps qu'il plie soigneusement la robe aux couleurs de sa maison et la dépose à côté de lui, le pire était passé et sa jambe redevint progressivement un simple désagrément incomodant et rabaissant.

A présent qu'il s'était assis, toute la fatigue accumulée dans la journée, la semaine, le mois, sembla tomber lourdement sur ses épaules et Nevender ne fit plus mine de bouger. Il avait les paupières lourdes et les doigts empôtés, si bien qu'il se demanda un moment si on s'appercevrait de son absence, si jamais il décidait de dormir là! En soupirant, il tira sa baguette magique de la poche de sa robe et actionna à distance les multiples robinets qui allimentaient le bain en eau et en mousse. Puis pour une, cinq, dix minutes, il resta assais, adossé au mur, les yeux clos, à écouter l'eau couler en somnolant à moitié.

Il n'ouvrit les yeux que lorsqu'il se sentit prêt à achever de se déshabiller. Tranquillement, il déboutonna sa chemise et déboucla sa ceinture. Une moue amère sur le visage, il entreprit alors de se débarasser, vaille que vaille, de son pantalon. A la vue de sa jambe droite, raide, maigrichonne, il sentit son agacement revenir. Du milieux de sa cuisse jusqu'au mollet s'étendait un enchevêtrement d'épaisses cicatrices roses et boursoufflées qui donnaient à sa jambe l'apparence d'un batton de sucette machouillé. Il détourna les yeux et recommença de tirer sur son pantalon.
Plus tu seras honnête plus on dira que tu simules - prend du recul - comment t'as fait pour devenir aussi nul ?

______________________

J'crois qu'la terre est ronde:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Matthews
avatar
Préfet de Poufsouffle
Préfet de Poufsouffle

Date d'inscription : 28/01/2014
Messages : 309

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Mar 11 Avr - 0:49





J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste
Nevender Oak▼


Merlin que les journées étaient longues. On nous assommait de devoir, de révisions de choses à apprendre, de choses qu'il fallait savoir faire pour les BUSE. Ça plus les week end avec les garçons et mes obligations de préfets, j'avais l'impression de ne plus avoir une seule seconde pour moi... et comme si ça ne suffisait pas, cette journée se finissait par Arithmancie. La pire matière qui soit.. et malgré les efforts d'Aidan et de Yue, ça restait une mission plus qu'impossible.

J'avais la tête sur le point d'exploser et les discutions rythmé de mes camarades de chambres n'arrangeaient pas la situation. En temps normal j'adorais prendre part à leurs potins et ragots, mais ce soir, j'avais surtout envie de tranquillité. Détente et solitude. C'était un bon programme et quand on est préfète, c'était beaucoup trop simple. Après quelques vagues justification lâchées aux filles, je pris la direction de la salle de bain des préfets avec mon sac. Un bain chaud, plein de mousse.. mais surtout le calme. J'en avait fichtrement besoin ! Je me serais presque mis à courir jusque là, emporté par l'impatience, je ne m'étais pas vraiment posé la question la plus importante dans ce genre de situation. Est ce que c'était occupé.

Ça l'était.

Passé la porte, le sourire ravie que j'arborais glissa quasi immédiatement de sur mes lèvre à la vision abominable qui s'offrait à moi. De tout les scénarios possible et imaginables, celui ci était probablement le pire. J'en avait poussé un cris d’effroi qui avait certainement réveillé tout le château et avait peut être fait trembler les fantômes. Mais par Merlin, pourquoi Oak se trouvait il ici ?! Pourquoi maintenant, et pourquoi quasi nu.
J'en avait lâché mon sac, plaquant une main sur mes yeux en espérant ne pas devenir aveugle après une telle vision. Dire que ce que j'avais vus de plus osé c'était le dos des garçons pressé qui se changeaient dans les vestiaires après le Quidditch. Maintenant j'allais devoir vivre avec ça, et c'était entièrement sa faute.

« Mais qu'est ce que j'ai fais pour mériter ça... »

J'espère qu'il allait remettre sa robe, et vite.. et j'espérais bien entendu qu'il déguerpisse au plus vite. Avec de la chance ma présence l'agacera suffisamment pour qu'il se traîne loin d'ici, lui, sa canne et son affreux caractère..
Mais jusqu'ici.. on ne peut pas vraiment dire que j'avais de la chance.







©Etyncelle2014

______________________

 
Sunny one so true.
I love you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nevender Oak
avatar
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

Date d'inscription : 02/02/2015
Messages : 145

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Mar 11 Avr - 14:43


J'fais rien à fond
donc j'serais qu'à moitié triste

ft.Keira
Il entendit l'entrée de la salle de bain s'ouvrir avant d'appercevoir l'intruse, et un vent de panique le submergea aussitôt. Impuissant à prévenir l'humiliation prochaine, il s'accrocha courageusement aux jambes de son pantalon et voulut les ramener sur ses hanches -sans succès-. Nevender avait les joues en feu lorsqu'il leva deux yeux catastrophés vers...
Keira Matthews.
La vie était décidément une vraie croup.

« Dégage, princesse-blaireau, la place est prise! » Cracha-t-il avec force pour couvrir sa honte.

Il profita qu'elle se cachait les yeux pour tirer un peu plus sur le pantalon et le remonter péniblement le long de ses cuisses, mais il y avait bien une raison pour qu'il mette une éternité à s'habiller tous les matins... Rouge de honte et de fureur, Nevender attrapa sa robe et la tira sur ses genoux.

« Ca t'ferait mal de toquer avant d'entrer? Ou de demander aux tableaux si y'a quelqu'un? Ou de juste... Aller te noyer dans le lac? » D'un coup de baguette, Nevender catapulta une savonette aux pieds de la préfette de Poufsouffle. « J'suis sûr que l'eau y est fraiche et ravigorante, qu'est-ce que t'attends? Dégage! »
Plus tu seras honnête plus on dira que tu simules - prend du recul - comment t'as fait pour devenir aussi nul ?

______________________

J'crois qu'la terre est ronde:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Matthews
avatar
Préfet de Poufsouffle
Préfet de Poufsouffle

Date d'inscription : 28/01/2014
Messages : 309

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Mar 11 Avr - 21:17





J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste
Nevender Oak▼


Avec de la chance il allait certainement se prendre les pieds dans sa robe, s’assommer en glissant dans le bain pour s'y noyer lentement. L'envie de l'aider à accomplir cet exploit avait quelque chose d'assez séduisante.. Surtout quand il se mettait à me crier des insultes. C'est vrais que je n'avais pas pris la peine de vérifier que l'endroit était disponible et en temps normal je me serais certainement excusé poliment en sortant d'ici rapidement. Mais pas pour Oak. Non.Certainement pas. Surtout pas après l'attaque de savonnette qu'il venait de me faire subir. La journée avait déjà éreinté ma patience et Oak allait certainement l’achever.

En ouvrant les yeux, je le vis se draper dans sa robe en gardant sa baguette à la main, certainement prêt à m'envoyer toutes les savonnettes de la pièce en plein visage. Mais cette fois j'avais moi aussi ma baguette et il ne pouvait plus compter sur la confusion de la situation pour m'atteindre. Pour une fois que l'acharnement d'Aidan et Glenn à me traîner au entraînement avec son cousin allait me servir à quelque chose.. il faudra que je pense à les remercier.

« Fais gaffe que je t'y lance pas dans le lac ! Ça nous ferait des vacances tiens ! Et si tu t'es savonné avec ce truc garde le ! Beurk ! » 


D'un coup de baguette je lui fit voler le savon en pleine tête histoire de lui rendre la monnaie de son galion. Je voulais pas savoir s'il s'en était servie, ni même ou ça avait traîné... d'ailleurs j'espérais que le préfet ai finit de prendre son bain et soit en train de se rhabiller.. et non l’inverse.. parce que j'avais vraiment envie de me prélassé dans l'eau chaude... C'était difficile de savoir étant donné son accoutrement.
L'eau était à moitié vide, ou à moitié pleine.. Mais il n'avait pas les cheveux mouillés.. C'est bien ma chance..

« Si t'as finit dépêche toi de partir ! Y'a des vrais préfets qui on envie de profiter de la salle de bain... Et ne me dit pas que tu es ici car tu as courus toute la journée et que tu es fatigué...  parce que je ne te croirais pas... »

Bon c'était peut être un brin mesquin. Carrément méchant, mais vus l’énergumène je n'avais presque plus de honte à me moqué de lui et de ses « faiblesses », il le cherchait beaucoup trop..









©Etyncelle2014

______________________

 
Sunny one so true.
I love you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nevender Oak
avatar
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

Date d'inscription : 02/02/2015
Messages : 145

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Mar 11 Avr - 22:07


J'fais rien à fond
donc j'serais qu'à moitié triste

ft.Keira
Sans surprise, Nevender n'avait jamais été particulièrement doué pour les duels de sorciers réactifs et énergiques. Ses points forts étaient la métamorphose, les potions et le baratinage, et aucun ne l'avait préparé à esquiver de savonette, qu'il se prit dans l'oeil en poussant un cri outré.

Il s'apprêtait à hurler des insanités mais la remarque de Keira lui cloua le bec promptement.
Mais pas durablement.

« Tu l'as encore en travers de la gorge hein? Fais toi une raison Matthews, mon badge est pas moins vrai que le tien, j'ai le droit d'être ici et je vais pas m'en priver, même si ça t'emmerde. Surtout si ça t'emmerde. »

Pour souligner sa volonté de rester, il acheva d'arracher le pantalon qui s'accrochait à ses chevilles et, parré de sa seule robe enroulée autour de sa taille, se leva avec précaution pour s'avancer doucement vers le bain.

« Mais par les quatre fondateurs, Matthews, je voudrais pas t'empêcher de profiter d'un bon bain après une journée éreintante passée à danser dans les couloirs, emmerder les gens à grands rappels de règlement et vomir des papillons. »

Il s'arrêta près du bord, regrettant soudain de ne pas avoir sa canne pour l'aider à se baisser.

« Y'a de la place pour deux. » Reprit-il d'un ton dégoulinant d'onctuosité feinte.
« Si t'es mignonne, j'te savonerait le dos. A moins que la princesse tremble à l'idée de partager son eau avec l'éclopé du château. »

Il lui adressa un rictus gras qu'il avait emprunté à Jenkins, mais son esprit était surtout concentré sur la présence du bain à côté de lui. Il avait les mains prises par la robe dont il s'était maladroitement drapée et par la baguette qu'il refusait de lâcher. Sans canne pour l'aider -et tout occupé à assurer un maintient aussi digne que possible- il n'avait que trop conscience du bassin dans son dos et de la précarité de son équilibre.
Elle allait bien se marrer, la sirène du vitrail, quand le boiteux trébucherait tout seul dans sa robe, s'assomerait sur le rebord du bain et irait se noyer dans l'eau mousseuse. Ca, c'était une fin bien naze. Même Geignarde avait réussi à y mettre plus de panache!

« Ben alors, tu t'déshabille pas? »

Il avait mis autant d'agressivité dans ces mots que dans ses précédentes invitations à décamper. Il allait s'arrêter là, mais sa langue enchaina sans son aval;

« Ou bien tu t'es trompée de porte? Maintenant que j'y pense, je me demande si on n'a pas une salle spéciale pour baigner les Sangs de Bourbe... Faudrait pas gâcher d'eau fraiche. »

Elle l'avait pas volée. Bien sûr, il se fichait de son statut de sang comme de l'an quarante, mais Nevender ne laisserait jamais une chose pareille limiter son registre d'insultes.
Plus tu seras honnête plus on dira que tu simules - prend du recul - comment t'as fait pour devenir aussi nul ?

______________________

J'crois qu'la terre est ronde:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Matthews
avatar
Préfet de Poufsouffle
Préfet de Poufsouffle

Date d'inscription : 28/01/2014
Messages : 309

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Jeu 13 Avr - 14:25





J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste
Nevender Oak▼


Évidemment je crois que ça aurait simplement été un peu trop beau que le Serdaigle déguerpisse d'ici en crachant son venin. Non, au lieux de ça il s'était levé, toujours drapé dans sa robe, et s'était dirigé vers le bassin qui se remplissait toujours d'eau. Merlin qu'il pouvait être insupportable, et odieux en plus du reste. Il se moquait encore de moi et de ma bonne humeur .. comme il le faisait toujours, mais cette fois il n'y avait pas Charlie pour calmer la situation et je me senti rougir de colère rien qu'à entendre sa voix nasillarde m'agresse les tympans. Mais le pire restait à venir. Je n'aimais pas du tout ses insinuations à cet idiot et rétorqua furieusement entre mes dents à sa proposition de savonnage.

« Même pour tout l'or de Gringotts je ne te laisserais jamais poser une seul de tes sales mains sur moi... »


Et je tremblais même pas en plus ! J'avais simplement aucune envie de partager quoi que ce soit avec lui, même un bain. Surtout un bain..
Je savais pertinemment que c'était uniquement pour me provoqué qu'il prenait tout son temps à entrer dans le bain en me balançant tout un tas de saloperies. J'en fulminais de rage, les joues certainement aussi rouge que l'écharpe d'un Gryffondor, mais je n'allais pas lui faire le plaisir de sortir d'ici sans avoir pris mon bain, même si je devais le faire sortir d'ici en serviette !

A sa nouvelle provocation, je m'étais contenté de relever la tête d'un air désintéressé pour rejoindre un banc et poser le sac qui m'encombrait et ôta simplement la robe pour plus de confort. Hors de question d'enlever plus que ça de toute façon. J'allais attendre ici qu'il s'en aille, espérant avoir assez de self contrôle pour ne pas le noyer avant.
Ce qui n'était pas gagné étant donné le niveau d'injure qu'il venait tout juste d'atteindre. J'avais un peu de mal à croire ce que j'entendais, mon corps entier s'était figé avant que la colère et l'indignation ne balaye tout autre sentiments.
Il avait osé.

Depuis notre nomination de Préfet Oak s'était toujours monté odieux, mais jamais insultant à ce point. J'imagine que fréquenter Levy finissait par laisser des habitudes déplorables. Ces deux là étaient pire que la peste et on les laissait beaucoup trop faire.

« Je vais t'en donner moi de l'eau fraîche...  Aguamenti ! »

Ma baguette pointé droit sur Oak, un jet d'eau en surgit brutalement pour venir l'asperger de plein fouet alors qu'il peinait à rejoindre le bord en clopinant. La rage nourrit à l'égare du bleu m'avait malheureusement fait perdre mon sang froid... Peut être que ce petit coup de frais allait lui remettre les idées en place. Ou le faire glisser jusque dans le bain. Peut être qu'il se dépêchera un peu comme ça.. Même s'il le méritait, une part de moi espérais simplement qu'il s'en aille sans plus d'incident.








©Etyncelle2014

______________________

 
Sunny one so true.
I love you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nevender Oak
avatar
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

Date d'inscription : 02/02/2015
Messages : 145

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Jeu 13 Avr - 15:26


J'fais rien à fond
donc j'serais qu'à moitié triste

ft.Keira
Fallait-il s'étonner que l'éclopé se casse la figure aussi facilement? Merlin, non! Il suffisait que le vent tourne et emporte sa robe du m'auvais côté, et un peu fort, pour le faire trébucher. Lorsque c'était le cas, il plentait vaillament sa canne dans le sol mais, bien sûr, Nevender avait laissé sa canne près du banc, et de toute façon il n'y avait pas de vent dans la salle de bain des préfets. Juste Keira. Nevender pouvait résister au vent avec un peu de volonté, mais si une vraie personne décidait de lui faire perdre l'équilibre, qu'y pouvait-il? Au contact de Lian Jenkins, il avait peu à peu appris à accepter ces petites humiliations avec un flegme digne de Kent lui même.
Alors lorsque l'aguamenti l'atteingnit en pleine face, lorsque ses réflexes lui firent lever les bras et perdre l'équilibre, lorsqu'il sentit qu'il perdait pied et glissait en arrière tout ce qu'il lui vint à l'esprit fut un « Oh! » comique, suivit d'une pensé; ah ben celle là, je l'aie surement pas volée!

Il eut au moins la présence d'esprit d'inspirer un grand coup avant d'atteindre la surface et de s'enfoncer dans l'eau chaude. La robe qui avait à peu près protégé sa pudeur lui nouait les jambes et le bras, le maintenant sous la surface. C'aurait été le moment idéal pour s'exercer à lancer des sortilèges informulés pour se libérer, ou s'entourer d'un sort de têtenbulle, mais il s'agrippa à sa baguette sans faire mine de s'en servir.
Les pensés se succédèrent rapidement: était-il possible de se noyer dans un bain? Il ne savait pas nager, mais il pouvait flotter pour peu que sa robe le laisse faire. Serait-il le premier sorcier noyé par un vêtement? Serait-il le premier élève de Poudlard assassiné par sa robe? Prends ça, Mimi! Qui s'intéressera encore à ta mort ennuyeuse face à une histoire pareille?!

Il se débattit malgré tout et, plus vite qu'il ne l'aurait cru, refit surface.
Peut-être n'était-il pas aussi inepte qu'il voulait bien le croire.
Nevender cracha, toussa, et cligna de ses yeux aux cils chargés d'eau tout en se tremoussant vaillament pour atteindre le rebord du bain et s'y accrocher. Ses pieds touchaient le fond.

« Keira Matthews attaque les handicapés! » crachouilla-t-il joyeusement en faisant signe à la sirène du vitrail de prêter attention.  « Faut la faire tourner cette info! »

Il voulut rire, mais s'étrangla avec l'eau mousseuse et passa les dix secondes suivantes à cracher et tousser.

« Tout le monde pense qu'elle est parfaite en tout point! Jolie, gentille, serviable, préfète! Tout le monde pense qu'elle est clean- » La barbe! « -mais son truc à Matthews, c'est les handicapés. Elle les insulte ou elle les baise, m'en tout cas ils la laissent pas indifférente! »

Il se frotta les yeux pour en chasser l'eau savoneuse qui menaçait de les irriter.

« Quelle emmerdeuse! »
Plus tu seras honnête plus on dira que tu simules - prend du recul - comment t'as fait pour devenir aussi nul ?

______________________

J'crois qu'la terre est ronde:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Matthews
avatar
Préfet de Poufsouffle
Préfet de Poufsouffle

Date d'inscription : 28/01/2014
Messages : 309

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Mer 19 Avr - 17:01





J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste
Nevender Oak▼


Le Serdaigle glissa, virevolta, s'agita en s’accrochant à l'équilibre précaire que lui laissait mon sort. Ça n’avait pas manqué, il était tombé dans le bain. Le voir tournoyer devant mes yeux pour atterrir en plein dans l'eau aurait certainement dû m'enchanter.. et c'était le cas, du moins, en parti.. j'avais tout de même une pointe de remord à l'avoir fait tombé. S'il s'était fait mal ? Ou s'il n'arrivait pas à nager ? Moi même je n'étais pas très douée et pourtant j'avais deux jambes valides..  La grande baignoire n'était pas si profonde que ça... Mais s'il n'était pas capable de se relever correctement ?

La panique qu'engendraient toutes ces question me fit tantôt avancer tantôt reculer, incapable de prendre la décision de l'aider ou non. Je m'étais approché du bord, les yeux rivés sur le sorcier qui se débattait dans son  vêtement  mouillé. Il allait s'étouffer avec si ça continue.. peut être qu'il fallait réellement l'aider.. J'allais tendre la main pour l'aider d'un sort, n'importe quoi, mais il avait finit par se défaire de l'entrave qu'était l'eau et le tissu , se hissant à la surface pour brailler encore quelques injures.
Après être passé au blanc sous le coup de peur, mon visage repris une couleur rouge.. cette fois il risquait pas de la perdre.

« N'importe quoi ! »

La réplique manquait de piquant.. et techniquement.. c'est vrais qu'Oak est handicapé, mais ça ne lui donnait pas tout les droit et je l'aurais fait quelque soit son état ! Rouge de colère et de frustration, je n'osais plus lui lancer de sort après son plongeons et ses accusations. De toute façon il était déjà dans l'eau... Et il méritait d'y rester. La vulgarité et le manque de respect évident dont il faisait preuve me donnait une furieuse envie de lui clouer le bec d'un nouveau jet d'eau.. mais cette fois il allait vraiment finir par se noyer. Je me contentais d'un regard courroucé en serrant la main autour de ma baguette.

« Tais toi ! Tu devrais avoir honte de parler comme ça ! T'es encore plus méprisable que t'en a l'air ! »

Dire que je m'en voulais de l'avoir un peu brusquer.. Lui s'en privait pas. Franchement, je me demandais vraiment comment le monde entier faisait pour le supporter. Aprés un dernier regard noir, je fis demis tour, la tête haute et le nez en l'air et regagna le banc plus loin. Pas question que je sorte maintenant, il allait encore s'imaginer qu'il avait gagné et fanfaronner comme une petite teigne insupportable !

«  Je vais rester là et attendre que tu coule. J'vois pas trop qui ta disparition pourrait chagriner. »

C'était méchant, totalement gratuit, et au moins aussi bas que ce qu'il avait l'habitude de me sortir. A la différence prêt que je n'étais pas certaine que ça l'affecte autant que moi.







©Etyncelle2014

______________________

 
Sunny one so true.
I love you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nevender Oak
avatar
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

Date d'inscription : 02/02/2015
Messages : 145

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Mer 26 Avr - 15:37


J'fais rien à fond
donc j'serais qu'à moitié triste

ft.Keira
Nevender accueillit la réponse incipide de Keira avec un sourire satisfait: il lui avait cloué le bec! Elle l'avait pas volé!
Elle s'était rapprochée du bassin, sans doute pour le regarder couler, et s'éloignait à présent d'un air furieux qui ragaillardit le préfet mouillé.
Fier de lui, Nevender se cala contre le rebord du bassin et entreprit de se débarasser définitivement de la robe qui l'entravait. Il s'attendait à ce que Matthews quitte la pièce, vaincue et misérable, et savourait sa victoire. D'un coup de baguette, il actionna l'un des robinets du bassin qui fit tomber une cascade de bulles roses et parfumées à la surface de l'eau: il avait bien mérité son repos.
Mais Keira Matthews n'abandonnait pas. La préfète s'était emparée du banc que Nevender venait d'abandonner, proclamant dignement sa volonté de rester. Le garçon grimaça en guise de réponse, les sourcils froncés et les lèvres tordues. Elle ne savait donc pas quand s'avouer vaincue? Il fit claquer sa langue de mécontentement tout en roulant en boule sa robe trempée qu'il posa près du bord. Il avait été naïf d'espérer la faire partir; il s'agissait de Keira Matthews après tout, la sacro-sainte emmerdeuse en chef de Poufsouffle.

« Et tu vas juste rester là, uh? Si t'espères récupérer la place rapidement tu vas vite déchanter. » Il avait déjà l'habitude de prendre des bains interminables, mais comptait bien repousser son record personnel juste pour l'embêter.  « Tiens! »

Se contorsionant vaillament sous la surface de l'eau, Nevender enleva son caleçon dégoulinant d'eau et de savon, et le jeta aux pieds de la préfète, avant de répéter l'opération avec sa robe.

« Rends-toi utile puisque t'as décidé de rester, t'as qu'à sécher mes affaires! »

Il rabatit ses cheveux mouillés en arrière et s'acouda au rebord du bassin, pour faire crânement face à la préfète.

« Ou alors tu remballes les tiennes, et retournes te terrer dans les cuisines avec le reste de ta Maison de tocards. Je sais même pas pourquoi t'insistes: tu peux pas m'sentir, j'peux pas t'sentir... Clairement, te barrer c'est encore c'que tu peux faire de mieux pour nous simplifier la vie à tous les deux!»
Plus tu seras honnête plus on dira que tu simules - prend du recul - comment t'as fait pour devenir aussi nul ?

______________________

J'crois qu'la terre est ronde:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Matthews
avatar
Préfet de Poufsouffle
Préfet de Poufsouffle

Date d'inscription : 28/01/2014
Messages : 309

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Dim 30 Avr - 18:08





J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste
Nevender Oak▼


Est ce que j'allais vraiment rester là ?
Après tout, je savais pertinemment qu'Oak allait prendre tout son temps pour se prélasser tranquillement dans la grande baignoire en attendant que je capitule. Me voir sortir d'ici le dos courbé et sans avoir posé le petit orteil dans l'eau lui ferait certainement beaucoup trop plaisir. Si je faisais ça c'est certain qu'il n'allait pas se gêner pour être encore plus insupportable par la suite. Il l'était déjà suffisamment avec un peu de résistance.. mais si je lui montrais qu'il pouvait avoir le dessus les prochains moins allaient être compliqué.

Résolue à resté là ou j'étais. Je fis abstraction de ses remarques jusqu'à ce qu'il me lance ses vêtements presque au visage. Son caleçon mouillé et sa robe gisaient à mes pieds et je ne me privais pas d'afficher une moue disgracieuse à la vue des frusques. Évidement il trouva encore le moyen de se montrer désagréable en me comparant à sa bonniche. Il n'était jamais à cour d'idée. Bien evidement vexé par ses propos, ce n'est pas l'envie de partir qui me manquait, mais le désir de lui rendre la soirée aussi désagréable que possible fut bien plus forte que le reste. Il était là, nu dans l'eau à me fixer de ses yeux froids en espérant me voir tourner les talons.
Je m'était bien levé. Mais certainement pas pour partir.

D'un coup de baguette je fis léviter les vêtement pour me diriger vers les serviettes mises à disposition pour les préfets. Mais à coté des serviettes se trouvaient les grands rideaux de laine blanches, et derrière ces rideaux les fenêtres. Fenêtre par laquelle ses vêtements mouillés venaient de voler. Dégringolant les étages jusqu'à finir je ne sais ou.
Demain matin un caleçon décorera les buisson.

« Excuse moi .. mais j'ai plutôt envie de te pourrir la vie en ce moment... »

Il en avait certainement d'autres dans son sac, sinon il n'aurait jamais pris le risque de me les lancer au visage... ou peut être qu'il ne s'imaginait pas que je puisse faire ça. Peut être que fréquenter Glenn, Aidan et Yue m'avait rendu un peu plus audacieuse, ces trois là avaient un potentiel d'enquiquinage impressionnant quand ils sont contrariés ! Sinon tant pis pour lui ! L'idée de le savoir trottinant en serviette avec sa canne me rendit le sourire et chassa un peu la frustration. De retour au banc, je pris une serviette au passage avant de me débarrasser de ma robe à mon tour en tournant le dos au préfet dans son bain.

«  C'est pour ça que je vais rester ici. Et prendre mon bain. C'est assez grand pour deux. »

Je vois pas pourquoi je m'en priverait. Mais c'était pas question que je me montre nue devant lui ! J'avais un minimum de dignité et de pudeur. En sous vêtement, bien enroulé dans une serviette, je pris soins de ranger mes affaires à l’abri dans mon sac avant d'approcher du grand bain. Si je m’asseyais à l'autre bout, j'étais suffisamment loin d'Oak pour m'évitait quoi que ce soit de gênant. Malgrés tout la situation était plutôt inhabituel et l'idée de tremper dans l'eau à coté d'un garçon nu comme un vers ne me mettait pas franchement à l'aise. J'étais certaine d'en rougir mais je pouvais toujours accusé l'eau chaude..
Et puis il suffisait de se dire qu'Oak n'était pas vraiment un homme, ce qui n'était pas franchement difficile.









©Etyncelle2014

______________________

 
Sunny one so true.
I love you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nevender Oak
avatar
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

Date d'inscription : 02/02/2015
Messages : 145

MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   Mar 6 Juin - 19:21


J'fais rien à fond
donc j'serais qu'à moitié triste

ft.Keira
Matthews se leva et un sourire victorieux se dessina immédiatement sur le visage crâneur de Nevender. Il admira, incrédule, la préfète qui emportait ses vêtements pour les... pour les... le sourire mourut sur son visage.

« Hé! Qu'est-ce que tu fous?! Matthews! Matthews déconne pas arrête! »

Trop tard. Ses vêtements venaient de passer par dessus le rebord de la fenêtre  pour une chute de plusieurs étages qui les mènerait dans le parc de l'école, où le vent se dépêcherait de les disperser ailleurs. A l'idée de devoir partir à la chasse au caleçon dans le parc en pleine nuit, Nevender sentit un rouge honteux et furieux lui colorer les joues.

« Mais... mais... Mais quelle conne! »

Les yeux arrondis de stupeur, Nevender regarda la préfète se préparer à se baigner, incapable d'articuler une insulte à la hauteur de l'outrage.
S'il n'avait pas été la victime directe de son geste, Nevender en aurait presque pu admirer l'audace de la préfète.
Keira vint s'installer à l'autre bout du bain comme si rien ne s'était passé. Comme s'il n'était même pas là. Le dédain impérieux qu'elle affichait laissait Nevender pantois et il ne trouva pas les mots pour la chasser.
La garce!
Fallait-il qu'il quitte le bain? S'il ne se dépêchait pas d'aller à la fenêtre pour lancer un accio, sa robe et son caleçon risquaient d'être emportés plus loin par le vent, hors d'atteinte de sa baguette, ou même de se coincer dans un buisson.
Il n'avait vraiment, vraiment pas envie de parcourir le parc du château à poil à la recherche de ses vêtements... mais sortir du bain ressemblait trop à une défaite.

« Putain...! Accio serviette! »

Il avait fini par s'y résoudre. Se drapant fièrement dans une serviette de bain propre, Nevender se hissa valeureusement hors du bain en fulminant. Il boitilla vivement en direction de la fenêtre, serrant les dents et priant en silence pour ne pas glisser sur le carrelage humide. Il se rattrapa au rebord avec soulagement et se pencha vers l'extérieur. La masse informe et noire de sa robe était visible sur l'herbe en contrebas et il s'empressa de pointer sa baguette dans sa direction.

« Accio robe! Accio caleçon! Accio vêtements bordel de merde! Tu vas m'le payer Matthews! Tu vas vraiment m'le payer! »

La robe alourdie d'eau grimpa doucement à la rencontre de sa baguette et Nevender se pencha un peu plus par la fenêtre, un bras tendu pour l'attraper, l'autre retenant la serviette qui défendait sa pudeur.
S'il mourrait comme ça en tombant, nu comme un vers, dans le parc de Poudlard, la honte le poursuivrait à coup sûr dans l'au-delà. Heureusement pour lui, il ne tomba pas et ramena bientôt la robe à l'intérieur.
Le caleçon, en revanche, manquait à l'appel. Il songeait sombrement qu'il avait dû se coincer dans un buisson et qu'il lui faudrait descendre le chercher, lorsqu'une forme disgracieuse traversa la pelouse pour aller se cacher dans un bosquet.
Un gnome. Mon slip a été volé par un gnome. Un gnome bordel de merde.
Nevender se retourna vivement vers Keira, jouant avec talent la dignité heurtée.

« T'es fière de toi? T'es, t'es... » Il pointa sa baguette sur le sac de classe de la préfète, sans savoir ce qu'il comptait faire. « Uh... Oppugno! »

Il pointa vivement sa baguette vers le bassin, entrainant le sac avec elle qui alla s'esclaffer à la surface de l'eau en aspergeant sa propriétaire au passage.
Nevender regarda les affaires de Keira couler d'un air mécontent, conscient qu'elle pourrait les sécher sans problème et déçu de n'avoir pas trouvé mieux. Il était encore temps d'improviser autre chose, cependant. Il ne comptait pas quitter cette salle de bain sur une défaite!

Plus tu seras honnête plus on dira que tu simules - prend du recul - comment t'as fait pour devenir aussi nul ?

______________________

J'crois qu'la terre est ronde:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[mars 1944] J'fais rien à fond donc j'serais qu'à moitié triste (Keira)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Poudlard :: Cinquième étage :: Salle de Bain des préfets-
Sauter vers: