Partagez | 
 

 Edward William Green

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Edward William Green   Mer 18 Juin - 14:40

Edward William Green

“ Laissez-moi contempler votre oeuvre. ”  


Genre :
Masculin
Âge :
19 Ans ; 27 Mars 1925.
Métier :
Homme à tout faire.
Lieu de résidence :
Londres
Personnage ou auteur de l'avatar :
 Shin, de Amnesia.

Familier :
//
Baguette :
//
Patronus :
//
Epouvantard :
Des Moldus, partout, partout, sans aucun sorcier en vue. On pourrait presque entendre un sifflement et des explosions dus aux bombardements. Il a peur qu'ils prennent le contrôle du monde sorcier.
Amortentia :
Une odeur de potions fumantes, de vieux parchemins, et de fleurs.

Taille :
Un mètre soixante-quinze.
Corpulence :
Svelte.
Cheveux :
Bruns, sombres. Il en colore parfois quelques mèches en rouge.
Yeux :
Marrons.
Signes distinctifs :
Il a une petite cicatrice en bas de son dos et le signe des trois reliques, la marque de Grindelwald (une cicatrice faite au couteau) au niveau du bassin, sur sa gauche.
Style vestimentaire :
Sobre et passe-partout, Edward ne porte cependant jamais de robes de sorciers, jugeant ça bien trop réservé aux sorciers pour que lui, le pitoyable cracmol, puisse y prétendre. Il possède quand même un grand manteau noir qui rappelle un peu la forme de leurs robes.

Qualités :
Efficace, Discret, Effacé. Edward est de ceux qui connaissent leur place et ne se permettront pas d'en bouger sauf cas d'urgence. Passionné, Déterminé, Fidèle à l'extrème, il est aussi de ceux qui ne trahiront jamais, dusse-t-il en mourir. Endurant, Têtu et Courageux, il est suffisament obstiné dans ce qu'il décide pour s'acharner à suivre les Sorciers pourtant bien plus puissants que lui, quitte à être bien plus en danger qu'eux. Assez Indépendant, il fait toujours de son mieux pour se débrouiller sans l'aide de personne.
Défauts :
Parfois Insolent ou Colérique, sa fidélité absolue ne peut exclure une certaine forme de rébellion envers le reste du monde. Désinvolte et parfois Délateur - envers le camp adverse - il a une certaine tendance à ne pas admettre ses erreurs. Arrogant et Raciste, il méprise les faibles et les moldus. Violent, il lui arrive de blesser des gens plus ou moins gravement sans qu'il prenne réellement conscience des conséquences de ses actes, dans certains excès de colère. Il est également plutôt jaloux, et voit d'un mauvais oeil qu'on tourne autour de ceux qu'il admire. Son impressionante détermination le rend aussi parfois un peu trop têtu.
Préférences :
Le Silence et la Foule, il aime observer les gens et comprendre leur mode de vie. Il aime la magie et admire les sorts les plus simples. Il a une certaine pitié pour les enfants et les animaux, qu'il aime malgré lui. Il aime aussi son manteau noir et la plupart des - rares - cadeaux qu'on ait pu lui faire. Il aime ses possessions et sa famille. Il aime les sorciers, il aime vivre avec eux. Il aime et admire également Oswin, pour qui il a une loyauté au-dela de toute comparaison - si on ne compte pas Grindelwald.
Antipathies :
Les Moldus et les Ignares. Il n’aime pas qu’on vienne piailler dans ses oreilles pour des conversations sans intérêt. Il déteste le poivre, les gens exubérants. Il déteste qu’on vienne le déconcentrer ou l’empêcher de faire son travail. Il a horreur de se sentir faible, et il ne supporte pas de perdre.

Que pensez-vous de la situation politique actuelle ?
Edward n'a pas d'opinion exprimée et affichée sur la situation politique actuelle. Mr. Lambertson est peut-être compétant, mais le jeune cracmol s'indigne de le voir rester dans ce qu'il appelle l'indécision, rapport à son incapacité à trancher entre lumière et noirceur. Il voudrait une politique plus radicale. Pour lui Grindelwald est le seul à même de faire régner un semblant d'ordre, et de bouter les Moldus et leur dangereuse guerre hors de leurs préoccupations.
Réputation :
Il fait face à une réputation mitigée. Bien souvent pris en pitié, ignoré et méprisé, son statut de Cracmol inspire tout sauf de la sympathie à son égard. Les Sorciers de la lumière l'ignorent tout au plus, et les partisans de Grindelwald s'amusent de son malheur. Les rares qui ont pu voir autre chose en lui que le pitoyable non-sorcier qu'il est de naissance notent et louent son efficacité silencieuse, et ses origines relativement prestigieuses. Cracmol, peut-être, mais Cracmol de Sang-Pur.
Projets :
Son plus grand rêve est d'être reconnu comme un vrai Partisan, d'être accepté par Grindelwald et par ses sbires comme un membre à part entière. Il est entièrement dévoué à la Cause.
Famille  :
Cadet d'une fratrie conséquente, Edward descend d'une famille de Sang-Purs dont les traitres sont exclus. Une soeur aînée et deux petits frères ont formé son enfance. Ses parents sont bien vivants, et d'actifs partisans de Grindelwald. Sa dévotion est d'ailleurs la seule chose qui lui a évité d'être déshérité.
Histoire :
Post Suivant
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Edward William Green   Jeu 19 Juin - 15:38


I was Born that Way

On dit souvent que nous sommes déterminés par notre histoire, notre famille, nos origines. La famille Green est anglaise depuis longtemps, et ses racines sont aussi sombres que pures. Les Green ont toujours été de ceux qui valorisaient leur héritage, s'embourbant dans d'anciennes traditions parfois archaïques, et ne se laissant aller au changement qu'en de très, très rares occasions. Si les épousailles furent toujours arrangées, et la pureté de leur Sang conservée, il serait faux de dire qu'ils ont toujours été une famille aisée et financièrement capable. Certaines mésaventures trahissent, au fil du temps, une certaine instabilité pécunière et immobilière, dont la présente génération souffre allègrement. S'ils sont capable de vivre convenablement, les Green ne sont pas une famille riche ; mais leur valeur se prouve autrement pour eux.

Fidèles serviteurs et combattants plus qu'acceptables, les Green ont toujours suivi une Cause, par conviction et par habitude certainement. Un Green a toujours été de Sang Pur, déterminé, et apte à se défendre. C'était les pré-requis de base à toute entrée dans la famille, et cette éducation a été transmise depuis des temps très anciens. Les Green ne sont pas de ceux qui pensent être supérieurs : ils sont de ceux qui l'affirment et le savent. On dit souvent que nous sommes déterminés par nos origines.

Edward William Green naquit en seconde position dans sa fratrie. Leanne, son aînée, fut toujours l'enfant parfaite dont une telle famille pouvait rêver, et pendant de longues années, elle fut le modèle inaccessible du jeune garçon. Puissante, rusée, débrouillarde, elle était tout ce qu'il n'était pas. Stefan et Ethel, ses deux petits frères ayant respectivement deux et trois ans de moins que lui, prirent également leur unique soeur comme modèle de vie, au moins pendant leur tendre enfance. Si leurs premières années furent aussi normales qu'elles puissent l'être, tout fut détruit bien plus vite qu'on l'aurait pensé. A Sept ans, on annonça à Edward Green qu'il ne serait jamais un Sorcier, mais qu'il vivrait toute sa vie comme une raclure sous un soulier, une tâche sur une chemise propre, qu'il aurait une vie courte et misérable : Edward était un Cracmol.

Ses parents mirent approximativement une semaine pour se remettre de la nouvelle et changer leur façon de voir l'aîné de leurs garçons. De premier héritier mâle, Edward devint rien du tout. Ignoré par ses frères, détesté par sa soeur et méprisé par ses parents, il n'eut d'autre choix que de faire face tout seul à ce qu'allait être sa vie. Il n'eut d'abord que sa jeunesse pour le protéger : touts mages noirs qu'ils étaient, ses parents n'étaient quand même pas d'immondes barbares qui auraient abandonné dehors un gamin de sept ans à peine. Une longue année s'écoula, pendant laquelle rien de ce qu'il pouvait dire ou faire n'avait d'intérêt aux yeux de sa famille. Tantôt « oublié » chez lui quand la famille avait quelque chose à faire, et tantôt trainé derrière la troupe comme un animal de compagnie, Edward devint un enfant amer. Constamment maussade, silencieux mais en colère, il garda toute sa rancoeur pour lui, tous ses sentiments néfastes. Passée la stupéfaction d'être traité comme un moins que rien après sept années d'une vie convenable, il se résigna. Ses parents avaient raison : il n'était qu'un faible cracmol, une petite chose fragile qui allait de toute façon mourir rapidement dans la guerre imminente.

Les années passant, sa soeur allant à Poudlard, il fut encore moins surveillé, comme si ses occupations n'avaient ni intérêt ni utilité. Grandissant envers et contre tous, plusieurs évènements lui donnèrent à penser. Oui, oui ! Il était un Cracmol, une faible petite existence insignifiante ! Mais il était de leur sang ! Son sang était aussi pur que le leur, sa valeur était aussi grande que la leur ! Il allait leur montrer, à tous ! Il allait leur montrer ! A douze ans, il prit sa décision. Lui aussi, il allait devenir fort, à sa façon. Il allait servir la Cause, il allait donner sa vie pour elle s'il le fallait ! Ses ambitions démesurées, par rapport à son état lui valurent quelques brimades, rires et moqueries de sa famille. Comment pouvait-il ne serait-ce que prétendre accepter Grindelwald ? Comment osait-il soutenir sa Cause ? Stefan alla à Poudlard, puis ce fut Ethel. Et il resta seul, démuni. Mais déterminé à prouver sa valeur.

Il y eut divers évènements. Un soir qu'il avait quatorze ans, une telle rage le prit qu'il saisit un couteau et se mutila. Cette douleur exprimée en hurlements était tellement apaisante : il pouvait hurler, il avait raison de hurler. Pourtant il étouffa ses cris dans un morceau de tissus. Les jours suivants, il se sentit faible, puis malade. Mais les mois et les années passant, la marque qu'il s'était lui-même infligée n'avait pas bougé. Là. Ancrée dans sa peau, figée dans son corps. Elle fut la première vague de motivation. La première preuve de sa détermination. Puis virent d'autres actes. Il utilisa d'abord les relations de sa famille pour retrouver des Partisans. Il pouvait partir plusieurs jours d'affilé, parcourant à pied des dizaines et des dizaines de rues, se présentant à eux quand cela lui était possible : il était hors de question qu'il leur attire des ennuis, ou qu'ils soient vus ou entendus. Et il proposa ses services.

Essuyant parfois des refus secs ou amusés, des rires moqueurs voire quelques coups, il ne trouva nulle part son bonheur. Personne ne voulait de lui, pas même pour faire le ménage ou transporter des courriers. Personne n'avait besoin de lui. Mais c'était le sous-estimer que de penser qu'il accepterait cette évidence. Il continua, des semaines, des mois... il pouvait espacer ses tentatives comme les rapprocher, tant et si bien qu'on commença à parler de lui, et de ses pitoyables essais. La communauté des partisans se rit de lui, et se délecta de colpoter de délicieux ragots. Edward jubilait. Plus on parlait de lui, plus il avait de chance d'être repéré. Parfois, Edward pleurait. Enfermé dans sa chambre, il hurlait en silence son désespoir. Quel destin cruel avait pu décider qu'il ne serait rien de toute sa vie ?!

Puis IL vint. Un jour, il débarqua comme une fleur, après tant et tant de tentatives désespérées pour se faire accepter. IL vint le voir, et IL vint lui parler. Pas à ses parents, pas à ses frères, pas à sa soeur, à lui ! Pouvait-il devenir SON serviteur, SON apprenti ? Pouvait-il LE suivre et LUI obéir ? Bien sûr ! Oui ! Il se sentit revivre.

Ce serait mensonge que de dire que la nouvelle fut acceptée par tous le monde, sa famille d'abord, bien que ses parents n'eurent qu'un vague haussement d'épaule en entendant la nouvelle, sa soeur ainée redoubla de haine à son encontre. Les premiers mois furent difficiles, et les suivants pires encore. IL lui apprit tant de chose, IL lui demanda tant de temps ! Mais rien ne pouvait diminuer son dévouement. Rien. Si Grindelwald était l'Unique, le Maitre incontesté de son univers, Oswin était certainement son plus grand modèle, celui qu'Edward admirait et suivrait jusqu'à la fin de ses jours.

A dix-huit ans, Edward se rapprochait déjà de sa deuxième année auprès d'Oswin Foster, et rien ni personne ne pouvait brider l'immense bonheur qui l'emportait à chaque fois qu'il venait à y penser.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Tom Marvolo Riddle
avatar
Fondateur  Etudiant de Serpentard
Fondateur
Etudiant de Serpentard


Date d'inscription : 12/06/2010
Messages : 858

MessageSujet: Re: Edward William Green   Jeu 19 Juin - 20:51





Bonjour, je suis Tom Marvolo Riddle et fondateur. Je suis également responsable de ta validation.

Bon t'es clean mon petit gars. =D Bon par contre, tu n'auras pas de groupe à toi, parce qu'il n'y a pas la place sur le QEEL. D: Mais t'inquiète tu seras différent. =D



Fais gaffe à toi... et ne traîne pas trop dehors, on ne sait jamais sur qui tomber. =D Allez file remplir ton profil et poster ta fiche de relations !  panda

______________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felixdix-neuf.forumactif.org
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Edward William Green   Lun 23 Mar - 15:18

Age modifié et date de naissance ajoutée ! ♥️

Edit Lyrah : Vu <3
Revenir en haut Aller en bas
 
Edward William Green
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Le Chaudron Baveur :: Poubelle :: Poubelle des personnages-
Sauter vers: