Partagez | 
 

 [Début octobre 1942] Première retenue [Joshua]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoey Felipa Oxford
avatar
Préfet de Serpentard
Préfet de Serpentard

Date d'inscription : 20/06/2014
Messages : 334

MessageSujet: [Début octobre 1942] Première retenue [Joshua]   Ven 27 Juin - 1:32

HRP: Si une fille désire répondre je changerais compagnon pour compagne ^^.

Les portes de la grande salle étaient grandes ouvertes. La promesse d'un bon repas était invitante et les derniers retardataires s'empressaient à prendre place afin de se remplir la panse. Zoey les enviait. Elle s'était arrêtée afin de satisfaire son odorat, mais elle ne pouvait s'attarder plus longtemps. Elle replaça son cartable sur son épaule et entreprit l'ascension des escaliers. La jeune fille traîna les pieds jusqu'à son point de rendez-vous.

Tranquillement mais sûrement, la sorcière arriva devant les toilettes des filles du deuxième étage. Elle croyait arriver en retard, mais fut surprise d'être la première arrivée. Zoey n'eut pas à attendre bien longtemps pour entendre des bruits de pas se diriger dans sa direction. C'était le concierge qui poussait un élève devant lui. Il ne le relâcha qu'une fois arriver à la hauteur de la jeune fille.


-Vous avez de la chance Miss Oxford; vous allez avoir de la compagnie pour votre retenue.

L'annonce ne la rendait pas plus heureuse. Avoir un compagnon signifiait qu'elle devrait socialiser. De plus, que ce soit un compagnon pour une retenue signifiait que celui-ci était un blagueur ou un mauvais garçon. Elle fixa l'autre élève avant de reporter son attention sur le concierge.


-Cette toilette a besoin d'un petit rafraîchissement. Vous trouvez à l'intérieur tout ce qu'il vous sera nécessaire pour repeindre les cabines. Vous devez le faire tant a l'extérieur qu'à l'intérieur. Et sans magie. Il posa ses yeux sur Zoey. Cette tâche devrait vous allez comme un gant Miss Oxford.


Le regard de la sorcière se durcit sous la pique. Ce n'était pas elle qui avait lancé un ballon rempli de peinture sur Mme Arrington la bibliothécaire, mais on ne la croyait pas. Toutes ses tentatives pour s’expliquer avec frapper un mur. Les couleurs sur ses doigts et les tubes dans son sac la rendaient coupable du méfait. Elle entra, déposa son cartable dans un coin et enleva sa cape. Par habitude, elle roula ses manches dévoilant le tatouage sur son avant bras et attacha ses longs cheveux bruns à l'aide d'un ruban de soie noir. Elle prit un pinceau et un pot de peinture et ne tarda pas à se mettre au travail. Tout ça, sans avoir dit un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orion Smethwyck
avatar
de Défense contre les forces du mal
de Défense contre les forces du mal

Date d'inscription : 10/04/2014
Messages : 133

MessageSujet: Re: [Début octobre 1942] Première retenue [Joshua]   Jeu 3 Juil - 2:43




           
ft. Zoey Felipa Oxford
Première retenue

Une bruine gelée tombait sur le parc de Poudlard lorsque Joshua quitta les serres, les bras chargés d'un pot contenant une mandragore juvénile, de sacs d'engrais à base de bouse de dragon et de flacons de pus de Bubobulb. Son sac en bandoulière flottait paresseusement derrière lui, maintenu en hauteur par les prunes dirigeables qu'il contenait. Le cou tendu pour essayer de voir au dessus des feuilles de la mandragore le chemin de pavés glissant qu'il empruntait, Joshua avançait a un rythme irrégulier, s'arrêtant de temps en temps pour ré-assurer sa prise sur les flacons qui lui glissaient des mains et lancer des regards furieux au ciel gris qui n'en finissait plus de lui pleuvoir dessus. Lorsqu'il dépassa enfin les statues de sangliers ailés et se retrouva dans le hall d'entrée, Joshua était trempé jusqu'à l'os, sa robe lui collant le dos et ses chaussures chantant d'un son spongieux à chaque pas.

Son regard s'arrêta sur la porte qui menait à la fois vers les cuisines de Poudlard et vers la salle commune de Poufsouffle... Presque. Il y était presque.
Il réajusta sa prise sur ses affaires, secoua sa tête comme s'ébrouerait un chien en envoyant de généreuses portions d'eau de pluie sur les élèves qui le croisaient et prit une dernière inspiration pour se donner le courage d'achever son trajet.

... Il était étrange se hall. Étrangement confortable. Malgré la foule qui s'accumulait autour des portes de la Grande Salle, l'endroit conservait un certain calme... le brouhaha ambiant réduit à un vague murmure, les rires et les appels, guère plus... Joshua avait cette impression absente de se trouver au fond du lac, les oreilles bouchées par la pression de l'eau au dessus de lui et le temps qu'il en découvre l'origine, tout devint subitement étrange dans le hall d'entrée.
Un mouvement de foule ébranla le cortège qui s’agglutinait devant les portes, Joshua pu voir plusieurs élèves porter leurs mains à leurs oreilles mais ils n'étaient qu'une toile de fond pour un spectacle bien plus troublant et beaucoup plus proche de lui. A ses pieds, une élève de Serdaigle venait de s'écrouler comme une masse et partout dans le hall des dizaines d'élèves tombaient à leur tour sans avoir la présence d'esprit d'amortir leur chute avec les mains. Comme des doxy, pensa Joshua qui revoyait sa mère pulvériser une bombe d'insecticide sur les rideaux envahis de fées mordeuses.

Parmi les élèves qui s'étaient bouché les oreilles, plusieurs le dévisageaient et lui criaient des mots qu'il n'entendait pas... Et finalement, comme si une étincelle avait soudain embrasé son esprit; Joshua comprit.
A l'autre bout du hall, le concierge arrivait -mains plaquées sur les oreilles et regard farouche- avec de longues et rapides enjambées. Il avait l'air furieux. Joshua baissa les yeux sur ses affaires et coinça quelques flacons en équilibre sur son sac d'engrais pour libérer l'une de ses mains et la porter à sa tête. Il fut consterné d'y sentir la fourrure humide des cache-oreilles qu'il avait oublié d'enlever et lorsqu'il baissa une seconde fois son regard sur le pot qu'il avait dans les bras, il découvrit -consterné- que la mandragore hurlait à plein poumons, assommant les élèves par son cri.

Et si cette énorme bourde n'avait pas suffit, Joshua eut la bonne idée d'ajouter la bêtise à l'étourderie. De sa main nouvellement libérée, il chercha à atteindre le sac d'engrais pour en saisir une poignée et réchauffer la plante-hurlante. Le concierge se plantait à sa hauteur, furieux, criant lui aussi et son visage déformé était d'autant plus étrange que Joshua -lui- n'entendait aucun son sortir de son immense bouche ouverte. C'est ce moment que choisit la chance qui maintenait tout ce fatras en équilibre précaire pour abandonner Joshua. D'abord le pot de la mandragore sembla lui glisser des bras et dans un mouvement d'urgence, Joshua le rattrapa mais laissa tomber à la fois la bouse de dragon et la plupart des flacons de pus de Bubobulb qui éclatèrent sur le sol et recouvrirent le pantalon du concierge d'une épaisse substance vert-jaunâtre à l'odeur pestilentielle. Dans un effort désespéré pour rattraper le dernier petit flacon, Joshua tendit une main en avant mais non content de rater sa cible, il s’aperçut alors que le pot de la mandragore était beaucoup trop lourd pour être tenu d'une seule main et les deux vinrent éclater sur les pieds du concierge furieux.


... Lorsqu'il jeta un dernier regard désemparé au hall d'entrée, Joshua eut la très nette impression d'avoir provoqué une catastrophe du niveau d'une Lyvie Achenza ou d'une Johan Penney...





Inutile de préciser que le concierge ne l'avait pas laissé diner. Après que la mandragore eut été rempotée, ramenée à la serre numéro trois et les élèves évanouis transportés à l'infirmerie, Joshua avait dû nettoyer le hall armé d'une serpillère moldue puis s'était fait entrainer par un concierge particulièrement sur les nerfs jusqu'aux toilettes du deuxième étage pour y purger une peine plus lourde... Le jeune Poufsouffle n'avait même pas cherché à protester et il arriva le pas trainant et les yeux hagards devant sa camarade d'infortune, ses caches-oreilles pendant autour du cou et son sac de cours garni de prunes dirigeables flottant toujours derrière lui.

-Et n'espérez pas lambiner; je compte bien vous garder ici tous les deux jusqu'à ce que chaque centimètre carré de ces toilettes ait été repeint. Vous y passerez la nuit entière s'il le faut et après ça, vous saurez ce qu'il en coûte de saloper le matériel de l'école.

Après une tirade d'une longueur tout à fait honorable accusant les 'jeunes de nos jours' de ne témoigner aucun respect à la vénérable école et à ses non-moins vénérables employés; le concierge les planta là en promettant de revenir régulièrement pour vérifier l'avancée des travaux. Joshua fixait à présent la jeune fille d'un air bête, clignant des yeux un peu plus souvent qu'il n'aurait dû. Sa tête lui disait vaguement quelque chose mais il n'arrivait plus à mettre un nom dessus, ni a savoir pourquoi il la connaissait. Tandis qu'elle se mettait au travail, il se laissa tomber assis sur un lavabo humide -mais pas plus humide qu'il ne l'était lui-même après sa traversée du parc sous la pluie- et s'autorisa à soupirer pour la première fois depuis une bonne demi-heure.

-Toute la nuit? Est-ce qu'il est sérieux quand il dit... "toute la nuit s'il le faut"...?

Son ton plaintif fut accompagné de la plainte lancinante que poussait son estomac vide sur lequel Joshua baissa un regard désolé.

-'La dalle... -nouveau couinement ventriculaire- Tu crois qu'il s'en rendrait compte si on récupérait des vivres avec un sortilège d'attraction...?

Il avait posé sa question en regardant la nuque de la brunette -une Serpentard d'après son uniforme- qui, contrairement à lui, n'avait pas tardé à se mettre au travail. Un nouveau soupir lui échappa lorsque son regard tomba sur ses propres seau et pinceau...




(c) Gabitch sur AppleSpring


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoey Felipa Oxford
avatar
Préfet de Serpentard
Préfet de Serpentard

Date d'inscription : 20/06/2014
Messages : 334

MessageSujet: Re: [Début octobre 1942] Première retenue [Joshua]   Jeu 3 Juil - 7:35

Spoiler:
 

Non, elle n’allait certainement pas passer la nuit dans les toilettes. Toutefois, à bien regarder l’état des lieux, ils avaient beaucoup de pain sur la planche. Surtout si l’autre restait assis à se tourner les pouces. Zoey jeta un regard par-dessus son épaule afin de voir si son camarade d’infortune avait l’intention de l’aider, mais il ne fit que se plaindre.

-Je crois que oui. Voir deux gâteaux flotter par magie en direction des toilettes est un bon indice.

Sur les entrefaites, son ventre gargouilla. Elle devait avouer que l’idée était tentante. La sorcière repensa à l’alléchante odeur de nourriture et elle en eut l’eau à la bouche. Mieux fallait terminer rapidement la besogne et aller puiser dans ses réserves personnelles plus tard. Elle se mit donc à peindre à grands mouvements. La Serpentard remarqua qu’elle était trop petite pour atteindre le haut des «colonnes». Elle se retourna vers le garçon et baissa les yeux vers le seau et le pinceau toujours posés sur le sol.

-Pourrais-tu t’occuper du haut s’il te plait?

Zoey ne put cacher son mal à l’aise. Elle n’avait pas l’habitude de demander de l’aide et surtout pas d’un garçon qu’elle connaissait peu. Elle le savait une année plus âgé qu’elle, mais c’était tout.

Très rapidement, ses mains furent recouvertes de vert foncé. Puis, ce furent ses bras et, par inadvertance, son visage. Elle s’appliquait peu et faisait vite. La sorcière déposa le seau sur le sol afin de reposer son bras, mais elle en oublia vite sa présence. Elle se déplaça sur le côté renversant le pot. Zoey voulu le replacer et elle ne fit qu’étendre la peinture. Soudain, elle perdit pied et tenta de se rattraper sur l’objet le plus près : l’élève de Poufsouffle. Elle l’emporta dans sa chute et les deux jeunes gens tombèrent dans la marre verte. La sorcière se retrouva sous lui; son visage tout près du sien. Elle devint toute rouge et elle le repoussa – en laissant la trace de ses mains sur sa chemise – et se releva.

-Je suis trop désolée. Je suis vraiment désolée, dit-elle avant de se mettre à rire.

Le garçon était à moitié couvert de peinture et la fatigue conjuguée à la faim rendait la chose plus comique qu’elle ne l’était. Zoey se tourna vers le miroir et se regarda. Elle vit qu’elle ne valait pas mieux que son compagnon et elle rit de plus belle. Sans doute attiré par les rires, le concierge fit irruption à cet instant.

-Miss Oxford, Monsieur Davis! Que ce passe-t-il ici?

Le sourire sur les lèvres de la Serpentard disparut et elle ne sut que dire. Si elle n’avait pas été couverte de peinture, on aurait remarqué que tout son visage était devenu rouge à nouveau. Elle regarda ses pieds et attendit que ce Davis explique la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orion Smethwyck
avatar
de Défense contre les forces du mal
de Défense contre les forces du mal

Date d'inscription : 10/04/2014
Messages : 133

MessageSujet: Re: [Début octobre 1942] Première retenue [Joshua]   Mer 30 Juil - 17:38




           
ft. Zoey Felipa Oxford
Première retenue

Toujours assis sur le lavabo humide, Joshua essorait tour à tour sa cravate, son chapeau, sa robe de sorcier, jusqu'à ce qu'une petite flaque d'eau recouvre le carrelage en dessous de lui. Il n'en revenait toujours pas d'être coincé ici, envoyé aux travaux forcés avec une Serpentard (comble de l'infamie) alors qu'il avait toujours fait de son mieux pour ne pas s'attirer de problèmes à Poudlard. On ne collait pas des élèves pour leur étourderie! Toute cette histoire n'était qu'un gros mal entendu; un concentré d'inattention et de malchance...! On le colle pas un élève pour sa malchance!
La quatrième année le tira de ses réflexions alors qu'il avait soulevé sa robe jusqu'aux genoux pour l'essorer. Confus d'être resté dans son coin à se lamenter alors qu'elle était déjà au travail, Joshua se laissa glisser au sol -en plein dans la flaque...- en lançant quelques mots d'excuses et s'empressa de se mettre au travail.
Habitué au travail manuel 'façon moldu', il n'éprouva aucune gêne devant le matériel de peinture et se mit promptement au travail, rapide, efficace; il avait beau considérer sa présence ici comme une injustice, il n'en ferait pas moins correctement son travail. Profitant de sa taille pour atteindre les zones qui étaient restées inaccessibles à la Serpentard, Joshua n'accordait plus vraiment d'attention à ce qui se passait en dessous d'un mètre cinquante et les mouvements de sa partenaire d'infortune passèrent inaperçus...

Un instant il était debout dans les toilettes du deuxième étage, le bras tendu pour atteindre un angle élevé, prenant garde à ne pas se couvrir de peinture verte... l'instant suivant, il était à quatre pattes dans une flaque de peinture, son visage à quelques centimètres de celui de la quatrième année, sa robe de sorcier déjà trempée de pluie, à présent couverte de vert-bouteille. La Serpentard s'écarta rapidement de lui en le poussant en arrière et Joshua ne résista pas. Il tenait encore le pinceau dans sa main et plusieurs secondes passèrent avant qu'il ne comprenne vraiment la situation.
Il retomba sur les fesses dans la flaque de peinture, clignant bêtement des yeux en estimant l'ampleur des dégâts: ses pantalons étaient foutus, les toilettes étaient dans un état lamentable et sa chemise tellement trempée qu'on voyait au travers se retrouvait désormais affublée de deux traces de mains à la place de la poitrine qui lui donnaient l'air d'un indien d'Amérique prêt au combat. Devant lui, sa camarade d'infortune n'était guère mieux lotie; tombée sous lui, le dos de sa robe était entièrement couvert de peinture ainsi qu'une bonne partie de ses cheveux qui lui donnaient l'air d'un Être de l'Eau sorti du lac pour patauger dans les toilettes des filles.

Le rire de la jeune fille fit éclater comme une bulle de savon le silence contemplatif qui régnait autour d'eux et il n'en fallut pas plus pour que Joshua éclate à son tour de rire, leurs deux voix résonnant dans les toilettes jusqu'à ce que le concierge fasse irruption.

-Miss Oxford, Monsieur Davis! Que ce passe-t-il ici?
-Ah...! Joshua se sentit rougir légèrement.  Et bien... J'accuserai bien Peeves qui, jaillissant des toilettes, s'est fait un devoir de répandre le chaos avant de replonger dans le siphon; mais vous n'allez pas me croire...
Et en effet, il ne le crut pas. Sans doute le sourire qui flottait sur le visage de garçon était-il un bon indice de son mensonge, toujours est-il que le concierge s'approcha d'eux d'un air furieux, ses bajoues frémissantes de colère et son teint prenant une étonnante couleur violette; il les saisit chacun par le col et les redressa sans ménagement.
Joshua avait beaucoup de peine à tenir debout dans la flaque glissante de peinture mais s'efforça de faire bonne figure devant le concierge sur la tempe duquel une veine palpitait dangereusement.
-Si vous pensez vous en tirer à bon compte en agissant de la sorte vous vous mettez le doigt dans l’œil tous les deux. Il parlait lentement, détachant soigneusement chaque syllabe. Vous allez tout de suite vous rendre à la lingerie chercher des robes de rechange. Pas. De. Détour. Et lorsque vous reviendrez ici, vous prendrez une serpillère chacun et vous me nettoierez ça. Et si ce n'est pas terminé ce soir, on reprendra demain soir, oh oui ça peut durer très longtemps comme ça, très très longtemps.
Le concierge avait l'air si furieux que Joshua ne répondit qu'en hochant difficilement la tête et lorsque la pression sur son col se relâcha, il fila sans perdre de temps dans le couloir en laissant derrière son passage des traces de pas vertes.
-ET VOUS ME FEREZ LE PLAISIR DE NETTOYER LES COULOIRS APRÈS VOTRE PASSAGE!
Joshua se dépêcha de disparaitre à l'angle du couloir avant de s'autoriser à ralentir pour lancer un regard piteux à la Serpentard.
-Cette fois c'est sûr, on en a pour toute la nuit à nettoyer tout ça sans magie...
Et il trainait des pieds lorsqu'il prit le chemin de la lingerie en écoutant son ventre émettre des sons plaintifs.

(c) Gabitch sur AppleSpring


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoey Felipa Oxford
avatar
Préfet de Serpentard
Préfet de Serpentard

Date d'inscription : 20/06/2014
Messages : 334

MessageSujet: Re: [Début octobre 1942] Première retenue [Joshua]   Sam 16 Aoû - 7:04

Hissée sur le bout des orteils, Zoey tentait vaille que vaille de ne pas perdre pied. Tout comme Joshua, le concierge la maintenant par le collet, mais d’une façon qui l’obligeait à s’agrandir diminuant encore plus son équilibre déjà précaire. Elle fut donc soulagée lorsque l’adulte les relâcha. La menace du concierge incita la jeune fille à se précipité derrière son compagnon. Zoey ne pouvait que partager le désarroi du Poufsouffle. Une tâche qui leur aurait pris que quelques heures était devenue une corvée d’une nuit. Tout ça par sa faute.

-Je suis désolée. C’est de ma faute. Je n’ai pas fait attention au pot de peinture.

Il lui en coûtait de s’excuser auprès d’un élève, mais elle le devait au garçon. Après tout, il n’était pas méchant; un peu benêt. Au son que fit le ventre de Joshua, la Serpentard ne put s’empêcher de soupirer. Elle avait une faim de loup et son estomac était en train de s’auto-manger. Ils devaient trouver de la nourriture. Peu lui importait l’interdiction du concierge, elle allait se rendre aux cuisines. Ils arrivèrent au grand hall où tous les chemins se séparaient. À droite, il y avait l’escalier menant à la lingerie et à gauche celui menant aux cuisine. Zoey tira la manche de son compagnon et l’entraîna vers la gauche.

-Viens, on va manger. Cette tête de noise peut pas rendre les choses pires qu’elles ne le sont déjà. De plus, ton ventre fait tellement de bruits qu’il pourrait réveiller un troll.

Ils s’arrêtèrent devant un grand tableau représentant une coupe de fruits en argent. La sorcière s’avança et chatouilla un poire qui se mit à rire et dévoila la porte menant aux cuisines. C’était un des secrets de Poudlard qu’elle avait appris au cours des dernières années. Était-ce Gregor ou Alan? Voire peut-être aucun des deux. Peu importait. Ils entrèrent dans une salle aussi vaste que la grande salle et haute de plafond. À peine la porte fut telle refermer derrière eux qu’une douzaine d’elfes de maison se présenta à eux pour leur souhaiter le bonsoir.

-Est-ce que Monsieur et Madame désire quelque chose à manger? demanda une des créatures au nez proéminant.

Se retournant vers Joshua, Zoey avait un grand sourire aux lèvres. C’était l’heure du festin et personne ne pourrait les priver de la bonne nourriture que leur apporterait les petits cuisiniers.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Début octobre 1942] Première retenue [Joshua]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Le Chaudron Baveur :: Rp Abandonnés-
Sauter vers: