Partagez | 
 

 [Début Janvier 1944] Casper est bien trop mainstream (Iyad)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Owen R. Quinzel
avatar
Etudiant de Serpentard
Etudiant de Serpentard

Date d'inscription : 26/09/2016
Messages : 31

MessageSujet: [Début Janvier 1944] Casper est bien trop mainstream (Iyad)   Mer 15 Mar - 19:54


Casper est bien trop mainstream
Feat Iyad Underwood


« Ouais, enfin, c'est décoré au moins ! Et c'est des jolis cailloux. Ceux-là ils sont moches. Très très moches. Et sales. »

Et oui, il ne voyait absolument pas en quoi ces couleurs glauques ressemblaient à ce qui lui avait servi de lieu de vie pendant des années. Mauvaise foi sûrement, tiens, puisque le serpentard avait toujours trouvé à la salle commune une forme de charme particulier, presque indéfinissable. Elle avait d'ailleurs beaucoup servi d'inspiration à ses dessins, bien qu'il jalousait la tour de Gryffondor pour la vue qu'elle devait offrir. Il avait beau être capricieux, il s'était satisfait de ce qu'il avait. Néanmoins, ce que ses yeux avaient vu dans ce couloir n'était pas vraiment à son coup. Les montagnes, le village à l'horizon, la nature, tout ça lui parlait bien plus ; bien que les grands bâtiments en ruines avaient leur intérêt, ces couloirs en étaient dépourvus.
La pseudo-menace d'Iyad le fit éclater de rire, dans des petits gloussements amusés et moqueur. Ne comprenant nullement le sous-entendu qu'il s'y trouvait, il ne vit là qu'une simple forme d'amusement comme une autre, et il se permit même d'en rajouter un peu.

« Ouais ouais. T'es si terrifiant, j'suis persuadé que tu vas même dire un gros mot, vu que comme un gros caïd, tu te balades sans écharpe alors qu'il fait un peu froid. J'suis persuadé que les aurors vont venir te chercher d'une minute à l'autre. »

Ricanant tout seul, il avança sans trop d'appréhension, le regard posé sur l'édifice rustique et sombre devant eux. Mm. Vrai qu'il avait entendu un bon paquet de vieilles rumeurs sur cette chose, et ce depuis sa première année, mais la voir d'aussi près était une toute autre histoire. Tout au plus ressemblait-elle à cette cabane au fond du jardin de ses parents, qui d’ailleurs devait y pourrir même avant leur arrivée. La provocation de l'autre rouquin, par conséquent, ne lui fit que lever un sourcil.

« Tu parles ! J'parie même que c'est toi qui va te cacher dans un coin et pleurer pour que je te ramène au château, tss ! »

Oui, il n'était pas du tout capable de ne pas relever un défi, et d'y impliquer au moins une petite partie de son ego. Il n'était pas un serpentard pour rien, après tout, et même si il ne savait pas quoi penser de la sûreté de cette expédition, il n'avait pas envie de reculer maintenant. Il força donc la porte avec détermination, sans paraître effrayé une seule seconde. Les toiles d’araignées qui tombèrent manquèrent de le couvrir, sachant qu'il avait en plus de ça était déjà quelque peu surpris par la force du grincement qui avait retenti. Owen haussa les sourcils, partiellement dégoûté. Il se força néanmoins à un sourire confiant.

« Bon ! Me demande ce qu'on va trouver, là-deda-ARGH ! »

Une nuée de petits cris aigus résonnèrent à ses oreilles, et il tomba par terre lorsqu'une nuée de chauve-souris sortirent de leur cachette pour s'enfuir, sûrement effrayées par leur présence. Un peu déconcerté, le jeune homme grimaça et marmonna un « Lumos », dépité par cette prestation minable. La pièce semblait être un vieux salon, ou du moins c'était ce qu'il supposait du mobilier qu'il pouvait voir, mais la femme de ménage n'était définitivement pas passée depuis longtemps déjà. En plissant les yeux, il s'aventura sans grandes précautions, jetant des coups d’œil curieux un peu partout. Toutefois, en remarquant quelque chose, il sursauta brusquement et fit un peu en arrière.

« Euhm, c'est moi où le tableau vient de bouger, là... ? »

Ce n'était pas si inhabituel que ça dans le monde sorcier, certes. Mais Owen n'avait jamais été très à l'aise avec ces peintures, et Merlin seul savait le genre de histoires que celles qui résidaient ici devaient avoir...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyad Underwood
avatar
Etudiant de Serdaigle
Etudiant de Serdaigle

Date d'inscription : 02/03/2015
Messages : 283

MessageSujet: Re: [Début Janvier 1944] Casper est bien trop mainstream (Iyad)   Dim 26 Mar - 22:53

Casper est bien trop mainstream
« with Owen Quinzel»


La provocation avait fait son petit effet même si le fond lui avait échappé, une fois de plus, son innocence le sauvait, ne laissant qu'un serpentard presque vexé. Je comptais bien sur son ego et sa fierté pour foncer tête baissée dans la vielle baraque grinçante histoire de me prouver qu'il en était capable, peut être même plus que moi. Merlin, je veux bien me raser la tête s'il fallait que ce soit Owen Quinzel qui sorte ma carcasse terrifiée et tremblante de cette maison ! Moi vivant, jamais.

Sans vraiment prendre le temps de m'attendre, il avança a grandes enjambées jusqu'à la vieille baraque miteuse. Elle était encore plus sinistre vue de prés, et peut être un peu plus effrayante également, mais je préférais m’étouffer avec ma propre écharpe que de l'avouer. Le garçon ouvrit la porte un peu brusquement pour nous dévoiler un monde de ténèbres et de poussière. Un nombre inimaginables de toiles d'araignées pendaient un peu partout, m’arrachant une grimace de dégoût au passage ainsi qu'un soupir à peine discret.

« Je suis certain que je vais en avoir plein les cheveux... »

Rien qu'à cette idée j'étais plutôt tenté de faire marche arrière tout de suite histoire de m'éviter un tel calvaire... Mais le vert en serait un peu trop satisfait, après tout, c'est moi qui menais les moqueries jusqu'ici, il n'était pas question d’inverser les rôles. D'un geste de la main, je fis en sorte d'éloigner le plus possible les longues toiles blanches tout en suivant Owen qui se montrait toujours aussi curieux. Curiosité brièvement balayé par une volée de chauves souris stridentes surgit de je ne sais ou. J'eus juste le temps de baisser la tête pour les laisser s'envoler par la porte dans des battement d'ailes furieux. Owen, lui, s'était retrouvé au sol après cette attaque furtive. Je ne me privais pas d'en rire une seconde avant de l'aider à se relever, gardant un petit sourire moqueur au lèvres en époussetant sa robe qui venait de servir de plumeau au sol crasseux.

Il fit mine de rien, chassant l'instant d'un regard vers la pièce en poursuivant comme si rien ne s'était passé. Un Lumos plus tard, la « visite » des lieux se poursuivie, tout était en piteux état, visiblement, personne n'avait mis les pieds ici depuis longtemps. Pas de traces de fantôme ou quoi que ce soit. En même temps, je ne voyais pas tellement pourquoi un fantôme perdrait son temps ici alors que Poudlard n'était qu'à une dizaine de minutes de là.. c'était prèsque décevant.
Presque.
Owen fit un bon en arrière en pointant de sa baguette vers un vieux tableau délabré.

On y voyait pas grand chose, sauf peut être une ombre qui sembla glisser dessus. Quelqu'un venait certainement de le quitter, ou de venir jeter un coup d’œil.. qui sait. Les tableau c'était un peu comme les fantôme, il devait s'ennuyer ici le pauvre. Je fis quelques pas vers lui pour l'observer de plus prêt. Vide.

« Y'a quelqu'un ? .. Hum.. peut être qu'on l'a fait fuir.. Ou qu'il va nous espionner tout le long de notre petite visite.. Je me demande qui ça peut être.. le propriétaire de ce taudis peut être.. »

Un portrait d'un ancêtre, le genre de truc assez glauque qu'on croise chez toutes les familles sorcières. Nous en avions quelques uns à la maison. Ils étaient d'un sinistre déplorable.. ils auraient certainement leurs place ici d'ailleurs ! L'idée me fit sourire, un sourire qui se figea l'espace d'une seconde quand un grincement se fit entendre au dessus de nos tête.

« ... T'as entendu ça... je déconnais avec les épouventards.. mais peut être qu'y'en a vraiment.. c'est tout à fait le genre d'endroit qu'ils aiment... J'espère que tu te souviens de comment on s'en débarrasse.. »

Nous avions eux quelques cours sur le sujet. Je m'en était plutôt pas mal sorti, mais c'était l'année dernière, et surtout, c'était en cours, encadré par un profs et d'autres élèves, on était même pas tous passé.. Ici, dans cette maison lugubre, c'était une toute autre affaire.
Au moins, ça risquait d'être amusant.

« Alors... avant qu'on tombe dessus.. il prendra quelle forme pour toi? »  

Autant être préparé tout de suite à se faire attaqué par une araignée géante ou un vampire.. j'avais aucune idée de ce qui pouvait bien terrifier le vert. Quelque chose de pas si effrayant que ça j'imagine..

© BY LOU'  sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Début Janvier 1944] Casper est bien trop mainstream (Iyad)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Le monde des sorciers :: Pré-au-Lard :: Cabane abandonnée-
Sauter vers: