Partagez | 
 

 Isaac Lawford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isaac Lawford
avatar
d'histoire de la magie
d'histoire de la magie

Date d'inscription : 06/09/2014
Messages : 200

MessageSujet: Isaac Lawford   Sam 6 Sep - 19:06

Isaac Lawford

And since I cannot prove a lover to entertain these fair, well-spoken days, I am determined to be a villain and hate the idle pleasures of these days.


Genre :
Masculin.
Âge :
33 ans (né le 17 décembre 1909).
Métier :
Professeur d’Histoire de la Magie, directeur de Serdaigle – Partisan de Grindelwald.
Lieu de résidence :
Pré-au-Lard en semaine pendant l'année scolaire. Sinon, un cottage douillet non loin du lac Windermere, dans le Comté de Cumbria.
Personnage ou auteur de l'avatar :
Loki Laufeyson, de Marvel Comics.

Familier :
Un croup femelle du nom de Gunhilda.
Baguette :
Orme, plume de phénix, 27,9 cm, plutôt rigide.  
Patronus :
Un lévrier russe.
Epouvantard :
Un Moldu tenant le blason des Lawford souillé et lacéré.
Amortentia :
Scone sortant du four, rose de jardin et parquet ciré.

Taille :
1,78m.
Corpulence :
Fin et élancé.
Cheveux :
Noirs.
Yeux :
Verts.
Signes distinctifs :
Porte en permanence une rose bleue à la boutonnière. Pratique l'occlumencie avec un plutôt bon niveau.
Style vestimentaire :
D’un extrême raffinement. Isaac est riche et, s’il n’aurait jamais le mauvais goût de le montrer en sombrant dans l’ostentation, il lui serait cependant insupportable de ne pas pouvoir porter les soies les plus raffinées et les tissus les plus délicatement brodés. Il frise le dandysme.

Qualités :
Erudition, patience, calme, politesse, discrétion, prudence, grandes capacités d’observation et d’écoute, sait dissimuler à merveille ses véritables sentiments.
Défauts :
Hypocrisie, froideur, égoïsme, sournoiserie, orgueil, couardise, opinions pro-Sang-pur, pratique la magie noire, se complait dans le mensonge et la manipulation.
Préférences :
Le calme, la distinction, la pureté du sang, la chasse au licheur, son croup.
Antipathies :
Lian Jenkins, les Moldus (il les méprise), les Nés-Moldus (il les exècre), les traîtres à leur sang (il rêve d’en faire un génocide), la générosité, Lian Jenkins, le don de soi, la grossièreté, Lian Jenkins, l’exubérance, Lian Jenkins.

Que pensez-vous de la situation actuelle ?
Isaac ne peut que se réjouir de la situation actuelle, tant en Grande-Bretagne qu’en Europe, puisqu’il a en partie contribué à la créer. La confusion qui règne dans son pays depuis la nomination du nouveau ministre ne peut que servir ses plans et ceux de son maître Grindelwald, puisque chacun est trop occupé par ses petits problèmes pour se soucier de ce qui se passe sur le continent. En fait, Isaac a lui-même incité son frère, directeur du Département des Mystères, à soutenir Lambertson, sachant fort bien que ce dernier ne représenterait en rien une menace : soit le ministre se rangera du côté des suprématistes, et grand bien lui fasse, soit il trahira son sang, et, dans ce cas, il ne sera guère difficile de… l’écarter. Quoiqu’il en soit, les Lawford seront gagnants. Non, Isaac sait que, si danger il doit y avoir, celui-ci viendra du Bureau des Aurors, et il garde un œil attentif sur les activités des chasseurs de mages-noirs.
Au niveau international, il se réjouit bien évidemment des succès de Grindelwald et attend maintenant que le « Plus Grand Bien » fasse profiter les îles britanniques de ses largesses…
Réputation :
Le plus grand talent d’Isaac est peut-être sa capacité innée à dissimuler sa véritable nature : alors qu’il est en réalité froid, cruel et égoïste, l’immense majorité des gens qui le connaissent – ou croient le connaître – lui donnerait le bon Dieu sans confession. Ainsi, il y a deux Isaac Lawford : le premier est perçu un professeur exemplaire, attentif, patient, discret, vertueux, toujours prêt à venir en aide aux autres dans la mesure de ses moyens ; le second, le vrai, n’est connu que d’un nombre extrêmement restreint de personnes : c’est un être austère et dangereux dont les rares privilégiés qui le connaissent savent qu’il vaut mieux l’avoir parmi ses amis que parmi ses ennemis. Grindelwald lui-même n’a pas hésité à lui confier une mission de grande importance.
Projets :
Après sa rencontre avec Grindelwald, celui-ci renvoya Isaac en Grande-Bretagne avec une tâche bien précise : se faire engager à Poudlard et entreprendre d’y recruter discrètement de nouveaux partisans parmi les élèves les plus influençables. C’est désormais à cet objectif qu’il consacre la plupart de ses efforts. Cependant, la seule véritable ambition d’Isaac est de redonner à la famille Lawford sa grandeur passée. Grindelwald n’est pour lui qu’un moyen parmi d’autres d’y parvenir, un moyen qui, en passant, mettra les Moldus à genoux et offrira aux sorciers la place qu’ils méritent, ce qui ne peut certes pas faire de mal...
Approfondir sa maîtrise des Arts Noirs fait également partie de ses priorités, et il espère que les secrets de la bibliothèque de Poudlard pourront l’aider en ce domaine.

Famille  :
La famille Lawford est aussi vieille qu’illustre. Pas une seule de goutte de sang Moldu n’est venue souiller les veines bleues de ses membres depuis des siècles, et chaque Lawford a à cœur de préserver cette tradition.
Le père d’Isaac, Aloysius, occupait, avant sa mort, un poste d’importance au ministère ; à vrai dire, tous les Lawford mâles occupent un poste d’importance au ministère. De ce point de vue, Isaac fait figure d’exception. Sa mère, en bonne épouse sang-pure, ne travaillait pas et s’occupait de l’éducation des moutards. Ses deux parents sont décédés.
Isaac n’a qu’un seul frère, Jefferson, de treize ans son aîné. Les deux s’entendent assez bien, et ce malgré le désarroi que les choix de carrière du benjamin ont pu occasionner dans la famille. « Jeff », comme il le surnomme, n’ignore rien des activités clandestines de son petit frère, et s’inquiète des retombées qu’elles pourraient avoir, non seulement sur lui, mais sur tous les Lawford. Aussi essaie-t-il de le convaincre d’agir un peu plus dans la légalité.
Isaac a également un neveu, Alan, le fils de Jefferson, qu’il considère autant comme son « apprenti » que comme un membre de sa famille : il a en effet entrepris d’enseigner à l’adolescent des rudiments de magie noire et de l’ «éduquer » plus avant, c’est-à-dire de lui insuffler le mépris des Moldus et le sentiment de sa propre supériorité. Il ne rate jamais une occasion de le chouchouter, mais essaie de le faire assez discrètement, histoire de ne pas attirer l’attention des autres professeurs.
Enfin, Isaac s'est très récemment (novembre 1943) marié avec Arcania Malfoy, fille unique d'Arcadius Malfoy. Mariage de raison destiné à cimenter l'alliance entre les deux familles, l'union fonctionne étonnamment bien, et une réelle complicité se fait lentement jour entre les époux, non sans quelques heurts inévitables.

Histoire :
Pavey time below, gents.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Lawford
avatar
d'histoire de la magie
d'histoire de la magie

Date d'inscription : 06/09/2014
Messages : 200

MessageSujet: Re: Isaac Lawford   Sam 6 Sep - 19:22

La dignité, Isaac. Tout ce qui compte, c’est la dignité.

Combien de fois ai-je pu l’entendre, cette phrase. « La dignité ». Si je devais me choisir une devise, ce serait celle-ci. Rester digne, tout le temps, en toute circonstance. Ne jamais sombrer dans les travers du vulgaire. Toujours se souvenir du statut princier que procure la pureté du sang. S’en souvenir et s’en montrer… digne.

Jefferson me raconte parfois que, penché au dessus de mon berceau, notre père, déjà à l’époque, répétait cette phrase sans arrêt : « de la dignité, Isaac, de la dignité ». Comme s’il avait voulu que ce soit le premier mot que je prononce. Comme s’il avait voulu la graver dans mon inconscient enfantin. Je crois qu’il y a réussi, d’ailleurs. Je l’espère pour lui, en tout cas, car, vu le peu d’amour qu’il nous a donné, à mon frère et à moi, il est à souhaiter qu’il aura au moins eu la satisfaction de voir ses fils se comporter comme il l’attendait : avec dignité. Toujours, avec dignité.

Quand je repense à mon enfance passée au manoir de Faery Court, dans le Norfolk, je m’aperçois que je n’ai été élevé que dans un seul but : perpétuer le nom et le prestige de la maison Lawford. Jamais l’affection, la tendresse ou même le plus élémentaire des sentiments filiaux n’ont eu de place dans l’esprit de mon père : je n’étais qu’un Lawford de plus, et je ne servais qu’un seul intérêt : celui de pouvoir, le moment venu, assurer la descendance de la famille.

Oh, n’allez pas croire que j’aie souffert de cette situation, non… Je pourrais vous sortir le couplet du pauvre petit enfant délaissé par son père et qui fait un complexe d’infériorité parce qu’il cherche sans cesse à lui prouver sa valeur, mais… ce serait mentir. En vérité, je comprends parfaitement mon père. Je le comprends et je l’approuve ; s’il ne s’était comporté à notre endroit comme il l’a fait, je ne serais pas l’homme que je suis aujourd’hui. Je ne saurais où trouver la force de survivre seul dans ce monde sans pitié pour les faibles. C’est grâce à cela que j’ai pu me cuirasser contre les blessures de la vie. La froideur et la dureté sont les seuls remèdes efficaces contre les plaies du monde. A ce titre, je sais gré à mon père de m’avoir montré le seul  vrai chemin qui soit : celui de l’impitoyabilité. La seule chose sur laquelle un homme peut compter, c’est sa famille. Pas les membres de sa famille, mais sa famille elle-même. Sa maison, sa lignée. Et, à ce titre, il lui doit tout. Le nom de famille est la seule chose qui survit à un être humain.

Et puis, de l’affection, j’en ai eu plus que je n’en demandais de la part de ma mère. A la fin, je ne la supportais même plus. Tout ce sentimentalisme… Ridicule. J’ai été heureux de partir pour Poudlard, cela m’a permis de m’en éloigner. Ma mère était faible, de cette faiblesse des gens qui croient bien faire en répandant autour d’eux une bonté qui n’attend pas de récompense. Ne vous méprenez pas, j’aimais ma mère. Mais je ne l’aimais que parce qu’elle était ma mère. Une telle femme, si elle n’avait pas eu la chance de faire partie de la noble maisonnée des Lawford, aurait vite péri, écrasée par ces rouages inexorables qui engloutissent les pleutres, les idiots et les philanthropes. C’est d’ailleurs sans doute cette faiblesse qui lui valut de mourir d’un accès de dragoncelle alors que j’avais quinze ans.

Parfois, je regarde la façon dont mon frère élève son fils, Alan… Lui passant tout… Cédant à ses moindres caprices… Jamais notre père n’aurait toléré cela, cette complaisance envers la chair de sa chair. Peut-être Jefferson a-t-il plus souffert que moi de la rigueur de notre éducation. C’est possible, je ne sais pas. Jeff est bien plus âgé que moi, il m’a davantage été un père de substitution, un mentor, qu’un frère. J’étais par conséquent trop jeune et trop sous son influence pour voir à quel point il pouvait se sentir délaissé. C’est peut-être pour cette raison qu’il a éprouvé le besoin de marcher sur les traces de notre père, d’entrer au ministère : pour se montrer digne de lui. Alors que moi… Moi, j’ai toujours su que je n’avais rien à prouver à qui que ce soit. Je suis un Lawford. C’est un état qui se suffit à lui-même.

J’étais – je suis encore – le… peut-être pas le mouton noir, cela serait un peu fort, mais, disons… l’ « original » de la famille. En premier lieu, à mon arrivée à Poudlard, venue la cérémonie de répartition, je me retrouve à Serdaigle. Surprise générale et émoi dans la famille. Renseignement pris, je suis le premier Lawford à ne pas être envoyé à Serpentard depuis un certain Elam Lawford, en 1764. Peu me chaut, à vrai dire. Je sais très bien que ce n’est pas la maison à laquelle j’appartiens qui détermine mon degré d’allégeance à ma famille. Déjà à onze ans, je suis au-dessus de cela. Et puis, fréquenter les esprits perpétuellement curieux et avides de connaissances de Serdaigle m’a fait, j’ose le dire, beaucoup de bien. Grâce à eux, j’ai compris qu’il y avait plus d’un moyen de parvenir à ses fins, et qu’un échec pouvait toujours être rattrapé si on avait l’intelligence de comprendre que le coup le plus important… c’est le suivant. D’ailleurs, loin des Serpentards et de leur petite société très fermée de Sangs-Purs, je peux dores-et-déjà m’entraîner à faire semblant de ne pas me soucier de savoir si mon interlocuteur est un Sang-de-Bourbe ou pas. L’exercice est d’abord difficile, mais j’en ressens encore aujourd’hui l’utilité.

Mes excellents résultats scolaires me font pardonner aux yeux de mon père d’avoir été envoyé Serdaigle. Il reprend l’espoir de me voir suivre ses pas et perpétuer la tradition qui veut que tous les Lawford briguent des postes parmi les plus prestigieux au ministère. Mais quand je sors de Poudlard fort de six ASPICS, parmi lesquels des Optimaux en Histoire de la Magie, en Etudes des Runes et en Enchantements, quelle n’est pas sa surprise de me voir annoncer mon départ pour le continent. J’ai en effet décidé d’entreprendre un voyage à travers toute l’Europe, un « Grand Tour », comme disent les Moldus, afin d’approfondir mes connaissances historiques, déjà solides, certes, mais indéniablement affectées par la pauvreté de l’enseignement de l’Histoire de la Magie en Grande-Bretagne. Mon parcours doit me mener des Pays-Bas à la Russie en passant par toutes les grandes bibliothèques et universités magiques d’Europe. Je loge dans diverses hôtelleries, ainsi que chez quelques illustres familles de sorciers pour qui le nom de Lawford et la pureté du sang signifient encore quelque chose. Mon père, cependant, prend assez mal la nouvelle, comprenant que cela sonne le glas des ambitions ministérielles qu’il avait fantasmées pour moi. Quand je prends le Portoloin pour le continent, mon frère est présent pour les adieux, mais mon père a refusé de faire le déplacement. Je ne me doute pas que je ne le reverrai plus de son vivant.

En ce qui concerne les raisons qui me poussent à entreprendre ce périple, il me faut apporter quelques petites précisions : la version officielle (qui n’en est pas moins vraie, d’ailleurs, mais qui n’explique pas tout) est la suivante : je désire me lancer dans une carrière universitaire dans le domaine de l’Histoire de la Magie, et je vais pour cela consulter les documents des centres de culture magiques les plus importants d’Europe. Ca n’a rien d’un mensonge : l’Histoire m’a toujours fasciné. Peut-être faut-il y voir la conséquence de mon intérêt pour la grandeur hélas passée de la maison Lawford, ou bien une simple curiosité intellectuelle, je l’ignore. En tout cas, de bien des points de vue, le passé me semble présenter plus d’attraits que la présent.

Mais que l’on ne s’y trompe pas : ce n’est pas sans arrière-pensée que j’entreprends ce « Grand Tour ». Au-delà de son aspect culturel, il y a une autre motivation qui me pousse à me lancer dans ce voyage : développer ma maîtrise des Arts Noirs. L’un des secrets les mieux gardés de la famille Lawford est en effet que l’on y pratique la Magie Noire de père en fils depuis des siècles (enfin… un secret qui n’en est plus tellement un, tant la réputation de notre maisonnée est aujourd’hui entachée de rumeurs qui veulent que nous nous y adonnions, sans que quoi que soit ait jamais pu être prouvé). Mais l’enseignement familial est forcément limité, d’autant que certaines pratiques ont été perdues au fil des ans et que mon père s’est toujours montré assez timoré dans ce domaine, sans doute par crainte de compromettre sa position au ministère. J’ai donc été obligé de chercher ailleurs, dans des livres ou auprès de 7ème années audacieux, la plupart de mes connaissances en la matière. Mais celle-ci restent, au moment où je pars d’Angleterre, encore trop lacunaires à mon goût. Par conséquent, j’espère profiter de mon passage dans diverses grandes bibliothèques, non seulement pour consulter des livres d’histoire réellement dignes d’intérêt, mais aussi pour dénicher, çà et là, quelque grimoire occulté oublié au sommet d’une étagère ou bien dans les fonds de tiroir d’un libraire miteux. L’entreprise est un succès : à Cologne, je subtilise un Dunkeln Hexen extrêmement rare dans une bibliothèque, et à Cracovie, je mets la main sur un Maleficus Nihilus presque intact chez un bouquiniste du quartier juif. Et ce ne sont là que mes découvertes les plus précieuses. Sans compter que, dans certains des pays que je traverse, la législation sur les Arts Sombres est beaucoup plus souple qu’au Royaume-Uni. Auprès d'un vieux mage noir gallois exilé en Transylvanie, j'apprends des rudiments d'occlumencie. Je me perfectionnerai lentement au fil des ans, sans toutefois atteindre, pour l'instant, l'excellence à laquelle j'aspire. Mais je peux néanmoins protéger mes pensées des legilimens de base, c'est là l'essentiel.

Au bout de quelques années, parviennent jusqu’à moi des rumeurs sur un brillant mage noir allemand, autrichien ou quelque chose dans ce goût-là, personne ne le sait exactement, qui cherche à rassembler autour de lui des sorciers talentueux et partageant son aversion des Moldus afin de constituer, dit-on, un groupe de persécution des Sangs-de-Bourbe et autres Cracmols. Son nom : Gellert Grindelwald.

Diantre. Voilà qui semble fait pour moi. Mais, je dois bien l’avouer, en entendant ces rumeurs, je suis d’abord sceptique. Encore un idiot qui se prend pour Merlin juste parce qu’il est sorti de Durmstrang avec douze Optimaux, me dis-je. Les Aurors auront tôt fait de lui faire ravaler sa morgue. Je décide prudemment de me renseigner avant de contacter cet énigmatique mage noir. Mais tous les rapports que je reçois semblent indiquer que sa réputation n’est pas usurpée ; il aurait même mis la main sur un mystérieux artefact qui lui donnerait une puissance incommensurable. Après avoir longuement pesé le pour et le contre, je me résous finalement à rencontrer ce Grindelwald. Avec le nom qui est le mien, il ne m’est pas difficile d’obtenir une entrevue.

Je ne sais pas ce qui a plu à Grindelwald, chez moi. A-t-il vu en moi un sorcier bourré de talent et de puissance, ou bien simplement le rejeton d’une vieille famille anglaise avec des relations dans les milieux les plus élevés de la sorcellerie britannique ? Je l’ignore et, à vrai dire, peu importe : je lui suis indispensable, et c’est tout ce que j’ai besoin de savoir. C’est l’assurance qu’il ne se débarrassera pas de moi comme d’un vulgaire esclave. Je lui suis trop précieux pour ça. De mon côté, n’allez pas croire que j’aie la moindre affection pour Grindelwald. C’est un fou arrogant et irascible, totalement déconnecté des réalités et qui n’a même l’honnêteté intellectuelle de s’avouer qu’il agit par pure et simple ambition personnelle. Non, au lieu de cela, il se cache derrière ses fadaises de « Plus Grand Bien » et de « Nécessité ». Lamentable. Mais il a deux atouts de taille : une puissance magique comme je n’en ai jamais vu chez personne d’autre, et un plan pour redonner aux sorciers la place qu’ils méritent de plein droit dans le monde. Car, s’il est fou, Grindelwald n’est pas idiot. Il est possible qu’il parvienne à atteindre son but. Ce n’est pas certain, mais c’est possible. Et, dans ce cas, il est évident qu’il vaut mieux pour moi – et pour tous les Lawford - être dans son camp.

Aussi, quand il me fait part des projets très spéciaux qu’il a pour moi, j’accepte sans l’ombre d’une hésitation. Grindelwald fait partie de cette catégorie de gens qu’il vaut mieux éviter de contredire et, de toute façon, son idée me séduit : me faire engager, sous n’importe quel prétexte, à l’école de Poudlard et y surveiller le professeur de Métamorphose, qui semble lui donner bien du souci. Pourquoi Grindelwald éprouve une telle inquiétude au sujet d'Albus Dumbledore est un mystère insondable, que je n'ai pas encore su percer. Mais soit. Cela m'offre l’occasion rêvée de satisfaire mon goût pour la comédie et, surtout, pour la manipulation. Une école entière à ma merci. Que puis-je demander de plus ? Fort de l’entière confiance de l’homme qui sera bientôt le sorcier le plus puissant d’Europe, je prends le chemin du retour et repars pour l’Angleterre.

En arrivant à Faery Court, cependant, je m’aperçois que plusieurs changements m’y attendent : mon père est mort six mois auparavant, miné par ma décision d’abandonner une carrière au ministère, et Jefferson est maintenant seigneur du manoir et patriarche de la famille Lawford. La nouvelle ne m’est pas parvenue plus tôt, car personne ne savait où me trouver. C’est plutôt rassurant : j’ai su effacer mes traces à la perfection. Nul ne saura jamais ce que j’ai fait pendant toutes mes années d’absence.

Le soir de mon arrivée, je me rends sur la tombe de mon père. Il est enterré dans le caveau familial, derrière le lac qui borde le château. Sur sa tombe, il est écrit :

Aloysius Lawford
1872-1938
Car nous n’avons pas de demeure permanente ici-bas,
Mais en cherchons une pour l’avenir


J’aurais pu y ajouter : « a vécu et est mort avec dignité ». Tout aurait été dit.

Il me faut maintenant trouver le moyen de me faire embaucher à Poudlard. La chose n’est guère difficile. Je sais pertinemment qu’avec les connaissances historiques que j’ai accumulées durant mon voyage sur le continent, la direction de l’école serait absolument ravie de m’engager comme professeur d’Histoire de la Magie, d’autant que les candidats ne se bousculent pas au portillon. Il suffit simplement que le poste se… libère. C’est chose faite quand le professeur qui occupe le poste, une certaine Mme Bohannon, une Sang-de-Bourbe, est frappée d’une mystérieuse maladie qui la pousse à dormir la moitié de la journée. Les médicomages sont incapables de trouver un remède, et la pauvre femme doit démissionner. Bien sûr, la Potion de Mort-Vivante que j’ai glissée dans son jus de citrouille n’a pas dû aider… Un moyen peu subtil d’écarter cet obstacle, j’en conviens, mais je suis pressé : il faut que je sois engagé pour la rentrée suivante. Je laisse passer quelques semaines après la publication de la demande de recherche d’un nouveau professeur d’Histoire de la Magie par le conseil des gouverneurs de Poudlard, histoire de ne pas éveiller les soupçons, puis je pose ma candidature. Comme je l’avais prévu, je suis engagé séance tenante. Me voilà admis en toute légalité au sein de Poudlard.

A la rentrée 1938, je suis donc présent à la table des professeurs pour assister à la cérémonie de répartition. Et, même s’il me faut toujours rester prudent, j’ai toutes les raisons d’être optimiste : j’ai commencé à former Alan à la Magie Noire, la riche bibliothèque de l’école et ses ouvrages cachés sur les Arts Sombres me tendent les bras… et je peux m’atteler à la mission que m’a confié Grindelwald. Pour le « Plus Grand Bien », comme il dirait.

Le Plus Grand Bien… Billevesées. Le seul bien qui compte, c’est le mien. Le mien et celui de la maison Lawford.

« De la dignité, Isaac. Toujours de la dignité ». Je crois que mon père serait fier de moi, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Lawford
avatar
d'histoire de la magie
d'histoire de la magie

Date d'inscription : 06/09/2014
Messages : 200

MessageSujet: Re: Isaac Lawford   Mar 24 Mar - 10:30

Date de naissance rajoutée ; pas de modif particulière à faire. Voili voilou !

Aileen : Vu aussi merci ♥

______________________




For it is not glory we seek,
But ourselves.


FAIBLE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Isaac Lawford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Département de l'immigration :: Contrôle des papiers :: Fiches validées-
Sauter vers: