Partagez | 
 

 [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Owen R. Quinzel
avatar
Etudiant de Serpentard
Etudiant de Serpentard

Date d'inscription : 26/09/2016
Messages : 31

MessageSujet: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Lun 10 Oct - 10:37


Les looney toons n'ont rien inventé
Feat Fae MacKenzie


« Oh, c'est pas vrai... »

Livide, le serpentard défit vigoureusement sa valise et son lit, cherchant désespérément du regard la trace de ce qui aurait pourtant dû se trouver là. Quelque chose aurait pourtant dû attirer son attention, maintenant qu'il y pensait. Personne ne s'était plaint et il n'avait pas vu d'éclair brun chercher à faire une seule bouchée d'un quelconque rongeur passant malencontreusement par là. Ces signes avant-coureurs étaient suffisamment alarmants pour qu'il garde un œil ouvert, mais il avait visiblement laissé son cerveau au même endroit que son sens des priorités. Il ne parvenait que seulement maintenant à réaliser qu'Archibald avait disparu, et il y avait quelque chose de relativement terrifiant dans cette phrase, mine de rien. Vu la capacité phénoménale du chat à rapporter des ennuis à son maître, Owen avait donc toutes ses raisons de s'inquiéter. La catastrophe Archie a mangé le serpent de quelqu'un d'autre' d'il y cinq ans lui avait donné assez de retenues comme ça.

Inutile de remuer éternellement les dortoirs, néanmoins : hormis énerver ses camarades, il ne provoquerait rien de bon. Dans un grognement ma foi inhabituel pour lui, il entreprit de quitter la salle commune ; cette petite fouine avait sans doute profité d'un instant d’inattention pour se glisser dans les escaliers. Le désir de liberté et d'espace du matou étant souvent réprimé par la porte le coupant du reste du château, il n'y aurait rien d'étonnant à ce qu'il ait sauté sur l'occasion pour fuir. Owen pouvait comprendre, mais les règles étaient les règles.

« Archie ! Archibald, si je te retrouve... »

… Je sais pas mais j'ai intérêt à avoir une menace crédible.
Il ne pourrait pas faire comme à la maison et lui jeter l'eau sale des pots de plantes de sa mère ou les eaux usagées qui traînaient au fond des chaudrons après qu'ils aient été nettoyé. Ce n'était pas comme si il arriverait à le faire écouter de cette manière, mais le chat aurait peut-être réfléchi une seconde... Mouais, non. C'était juste pour se persuader qu'il avait au moins un peu d'autorité, en fait.
Néanmoins, rien à faire. Même si il était relativement tôt et qu'en fin de semaine, peu passaient leur temps à arpenter les escaliers cette heure, le rouquin ne voyait rien qui ressemblait de près ou de loin à un félin. Un geignement de désespoir plus loin, il se dit qu'il ne pouvait néanmoins pas lâcher l'affaire et il pressa le pas.
Erreur qui lui coûterait relativement cher, en tous cas. Alors que ses yeux étaient occupés à chercher Archibald, ils ne se concentraient pas sur ses pieds et le sol, plus précisément. Il aurait pourtant dû, avec l'expérience, savoir que c'était une très, très mauvaise idée, à Poudlard. Ainsi, lorsque les escaliers se mirent à se mouvoir comme ils avaient l'habitude de le faire, son pied s'était posé sur le vide et il avait trébuché dans un cri peu glorieux. Heureusement pour lui et sa survie, ses mains eurent le réflexe se s'accrocher à la rambarde, le sauvant ainsi d'un futur qui l'aurait transformé en pancake bien plat.

Il chercha à se relever par lui-même, mais inutile. Il ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise chose, mais il aperçut une tête féminine passer par là, et il se dit que de toute manière, sa dignité était déjà éclatée en morceaux ; pas besoin de s'embarrasser de sa fierté, là. Il prit donc un ton relativement calme, en dépit de sa position et des quelques traces d'hésitation dans sa voix.

« Euh, excusez-moi ? … Vous pensez que vous pourriez m'aider, s'il vous plaît ? Je crois que je vais rester là longtemps, sinon. »

Même si cela aurait été sûrement très distrayant et amusant pour les autres, il n'était pas si sûr de son intérêt là-dedans.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Sam 22 Oct - 5:08

Franchement, s'il y avait quelqu'un qui manquait de chance dans ce château en cet instant précis, ce n'était certainement pas un grand dadais de Serpentard occupé à jouer les équilibristes sur un escalier de Poudlard. Non, c'était une jeune Poufsouffle aux yeux encore collés de sommeil et qui avait dû quitter son douillet duvet à une heure indue pour une colle à faire avant même le début officiel de la journée de classe. Ça, du point de vue de Fae, c'était de la torture, et elle n'imaginait pas que c'était encore permis au 20e siècle dans une école aussi magique que Poudlard. Elle qui rêvait depuis des années de commencer ses études et dont le premier trimestre avait été digne des lus magnifiques scénarios qu'elle avait pu s'imaginer... elle avait carrément déchanter depuis le retour des Fêtes.

Retenue sur retenue sur retenue. Ses professeurs n'avaient décidément aucun humour et aucune ouverture d'esprit sur ce qu'elle pouvait leur présenter. Dire que la semaine suivante, il y aurait un important exercice pratique en potion...

En chemin pour sa retenue en botanique (pour quelques fleurs écrasées!), elle croisa le drôle de tableau formé par un grand de cinquième ou sixième au moins mais qu'elle ne se connaissait pas, se balançant dans le vide au bout d'un escalier, qui s'était visiblement arrêté en plein transfert. Pendant une seconde, Fae se demanda s'il s'agissait là d'un nouveau sport extrême parmi les garçons de Poudlard, qui aimaient bien se montrer en spectacle, mais force lui fut de constater que le garçon paraissait en mauvaise posture. Lequel confirma vite cette impression lorsqu'il s'adressa à elle.

La solution logique aurait probablement été d'appeler un professeur pour venir en aide à l'élève, mais Fae n'était pas toujours très logique, préférant les solutions plus amusantes ou excitantes. En plus, il s'agissait d'un grand, sûrement qu'il préférait que les adultes ne s'en mêlent pas.

« T'as essayé de te balancer pour faire bouger l'escalier? Avec Fark, une fois, on est restés coincés deux heures sur un escalier et il a fallu sauter sur place pendant 10 minutes pour que l'escalier se remette à bouger! »

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Owen R. Quinzel
avatar
Etudiant de Serpentard
Etudiant de Serpentard

Date d'inscription : 26/09/2016
Messages : 31

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Jeu 27 Oct - 13:29


Les looney toons n'ont rien inventé
Feat Fae MacKenzie


Pour être tout à fait honnête, il n'aurait pas pu dire exactement si il était heureux d'être tombé sur quelqu'un pour l'instant. Évidemment, il valait mieux être un peu embarrassé que de tomber aussi brutalement que fatalement vers un sol qui ne lui ferait pas l'obligeance de lui laisser une seconde chance. De plus, il ne pourrait pas rattraper Archie en s'écrasant magistralement, c'était un fait. Mais plus la jeune fille parlait, plus il se rendait compte qu'il n'allait peut-être pas se dégager tout de suite de sa situation. Perplexe devant ce qu'il entendait, il fit sa plus belle tête de confusion, pas vraiment sûr de ce qu'il entendait. Il ne risquait rien à tenter le coup évidemment, hormis se rendre davantage ridicule, mais ce n'était pas ça qui le retenait d'ordinaire.

« Ah, euh. Pas sûr, mais pourquoi pas, si tu le dis ! »

On aurait pu contester que mettre à se balancer alors qu'il était dans une position aussi dangereuse n'était pas la meilleure des solutions, vraiment, mais cela se saurait si Owen était du genre terre à terre. N'ayant apparemment pas beaucoup d'amour pour sa propre vie, le rouquin se mit à dandiner du popotin, espérant que si les escaliers comprendraient sa supplique et le laisseraient survivre. Enfin, si ces choses avaient une conscience. Mais les contemplations philosophiques n'étaient pas vraiment à l'ordre du jour.
Malheureusement pour lui, et peu importe à quel point il démontrait ses capacités à dandiner comme un spaghetti qu'on essayerait de décrocher du fond de sa casserole, rien ne semblait aller dans son sens. Un peu lassé, Owen se permit un soupir exaspéré. Néanmoins, son mécontentement parut disparaître en une seconde lorsqu'il aperçut un éclair brun détaler à toute vitesse vers les étages supérieures. Quelques miaulements agressifs qu'il ne connaissait que trop bien parvinrent à ses oreilles, visiblement destinés à une pauvre petite souris qui allait sûrement regretter son passage devant la bête.

« Archie ! Reviens là ! »

Ayant retrouvé une source de motivation et d'énergie qu'il ne se savait pas posséder, le serpentard se mit à gesticuler dans tous les sens, déterminé à se tirer de son pétrin. Par un miracle que nous attribuerons (sans honte) à l'adrénaline et bibidi bobidi boo, il parvint à se relever peu à peu pour se hisser par dessus la rampe... Au moment même où les escaliers avaient enfin décidé à se déplacer. Il poussa donc un petit cri paniqué, pas franchement rassuré, et s'accrocha hermétiquement à sa rampe. Après moins d'une petite minute à geindre, il se laissa tomber du côté de marches, sans avoir nécessairement la force de s'en sortir. Expirant et inspirant régulièrement pour tenter de retrouver une respiration correcte, il releva un regard fatigué vers la jeune fille.

« Argh, erf... Dis-moi, tu ne saurais pas où est passé le... Enfin le chat qui vient de passer ? C'est le mien, et si je ne le rattrape pas, hé bien... Disons qu'il risque de faire quelques grosses bêtises. »

Ouais, il aurait plutôt dû parler « d'énormes conneries », mais ses parents ne lui avaient pas appris à être vulgaire face aux autres, et surtout pas ses cadets.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Ven 25 Nov - 22:33

Si elle avait su qu’un véritable spectacle d’acrobatie aérienne l’attendait sur son chemin pour les serres, Fae aurait sûrement démontré un peu plus d’énergie et de motivation à se lever. Ce n’était pas tous les jours qu’on avait l’occasion d’assister au jeu d’équilibriste d’un grand de Serpentard, pendu à plusieurs mètres au-dessus d’une mort certaine. De ce qu’elle avait pu constater et si l’on se fiait à ce qui se racontait dans la salle commune de Poufsouffle, il était même plutôt rare d’observer un Serpentard en position de faiblesse. Quelque part, Fae se sentit honorée et nota mentalement de raconter l’événement dans une longue lettre adressée à son frère. Quant au benêt de Fark, il serait jaloux d’avoir loupé ça!
C’est donc les yeux ronds que la petite de première année suivit les mouvements de balancier du jeune garçon. Pour une fois qu’on écoutait ses conseils! Malheureusement pour les deux élèves, l’escalier ne semblait pas intéressé à jouer dans la même équipe et s’entêtait à demeurer immobile.

Toute concentrée qu’elle était sur le balancier humain, elle ne remarqua pas la bête poilue qui tentait de filer à l’anglaise. Des miaulements attirèrent néanmoins son attention. En relevant les yeux, elle aperçut une tache fauve disparaître à l’étage supérieur. Elle reporta son regard sur le Serpentard. « C’est ton ch… », commença-t-elle, mais elle s’interrompit d’elle-même en voyant le soudain regain d’énergie qui agitait le pauvre pendu.

Elle dut se mordiller l’intérieur des joues pour ne pas éclater de rire, mais l’hilarité remporta rapidement le combat sans grande opposition. Le rire de Fae rebondit contre les murs. Impossible de le retenir tant les gigotements du garçon lui donnaient une allure ridicule. En l’absence d’autre public, elle prit à témoin les personnages des tableaux autour d’elle : un chevalier sur un âne, deux docteurs en médecine à l’air pincé et qui levèrent le nez, et une sorcière sur son balai, qui s’empressa d’aller prévenir ses amies qu’elles manquaient tout un spectacle. Fae, pour sa part, se mit à encourager les efforts du garçon avec grande énergie.

«T’Y ES PRESQUE! VAS-Y! ENCORE UN PEU PLUS HAUT! WOUHOUUUUU! », lâcha-t-elle finalement en voyant l’infortuné Serpentard se hisser par-dessus la rampe. Encouragement sonore qui s’interrompit net quand l’escalier se remit à bouger avant de reprendre encore plus fort, accompagné d’applaudissements appréciatifs et même d’un sifflement que Fae était très fière de pouvoir réaliser à deux doigts.

Le rescapé atterrit pour ainsi dire à ses pieds. « Oh oui, le fauve! Je l’ai vu! Il est parti par là! » fit-elle, admirative, en pointant vaguement dans une direction. « C’était incroyable! J’te donne un Optimal! Tu fais du Quidditch? Tu pourrais faire des acrobaties dans les airs comme ça woooosh! Et je suis sûre que t’aurais plein de public et même que tu pourrais jongler en même temps! »

Envolée, la mauvaise humeur. Oubliée, la retenue.

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Owen R. Quinzel
avatar
Etudiant de Serpentard
Etudiant de Serpentard

Date d'inscription : 26/09/2016
Messages : 31

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Ven 16 Déc - 20:40


Les looney toons n'ont rien inventé
Feat Fae MacKenzie


Si les encouragements lui mettaient du baume au cœur, la peur de mourir était tout de même suffisamment motivante pour qu'il arrive à faire quelque chose de ses grandes jambes, pour une fois. Aussi insouciant qu'il soit, il n'était tout de même pas très friand de l'idée de finir dans une boîte en bois alors qu'il n'avait que dix-sept ans. Encore plus en se disant qu'Archibald serait alors libre de terroriser qui il voudrait, ce qui ma foi, lui aurait causé quelques remous dans l'outre-monde si jamais celui-ci existait. Et même si ses muscles commençaient à se plaindre de la maltraitance qu'il leur infligeait, il ne pouvait pas se permettre de s'en inquiéter.
En parlant d'Archibald, la jeune fille semblait disposer de quelques informations à son sujet, ce qui l'aurait presque rassuré si son cœur ne battait pas encore la chamade. Sa respiration était encore rapide, et il se tenait à la rambarde des escaliers comme à la vie, craintif qu'elle ne recommence à partir. Ses pieds, maintenant qu'ils étaient bien au sol, il ne demandait qu'à les garder là.

Au moins, ses frasques acrobatiques avaient emballé quelqu'un. La poufsouffle paraissait en effet partie dans des exclamations sincères, et totalement admiratives, pour le petit spectacle qu'il avait pratiqué sous ses yeux. Un peu étonné de tant d'enthousiasme pour ce qui n'était au final qu'un large et gigantesque ratage, il cligna des yeux, perplexe. Néanmoins, la voir ainsi s'agiter sur quelque chose d'aussi simple le fit rire, car après tout qu'est-ce qui ne le faisait pas rire, et il se mit à glousser stupidement. Eh. Vrai qu'il aimait bien le quidditch, mais il n'avait jamais vraiment pensé à s'y inscrire, se disant qu'avec sa maladresse, il ne ferait sûrement qu'être la cause de la création d'un nouveau record mondial de gaucherie. Il se releva un peu péniblement, tanguant à moitié alors qu'il cherchait à récupérer son équilibre.

« Euh, j'suis pas si sûr, vraiment ! Je serais capable de jeter le souaffle dans mon propre camp, me connaissant ! L'adresse, ce n'est pas vraiment mon truc. »

Et vu le nombre de clauses que ses parents avaient pris soin d'inscrire dans leur assurance, il n'y avait pas que lui qui en était persuadé. De toute manière, il continuait bien, chaque matin, de mettre ses pinceaux et autres crayons dans ses tasses de thé. Sur ça, les années ne l'avaient pas du tout aidé à s'améliorer. Il s'essaya donc à un sourire qui se voulait assuré alors qu'il se massait la nuque.

« Enfin, e-euh, par là... Tu veux dire où, exactement ? Tu veux bien me montrer ? Pas de soucis si tu as autre chose à faire, hein, juste que j'ai un peu peur qu'il se blesse ou qu'il ne fasse une bêtise, pour dire vrai. »

Ou qu'il ne mange quelqu'un. Parce que je suis persuadé qu'il en est capable, ce démon.
Il était un peu pathétique à l'instant, à demander de l'aide à quelqu'un qui devait avoir au moins quatre ou cinq années de moins que lui. Mais là, au vu de sa situation désespérée et de sa crainte de recevoir la plus grande punition du monde suite à un accident malheureux causé par ce satané matou, il était plus ou moins près à tout. Alors qu'il s'apprêtait à dire quelque chose, un éclair brun passa près d'eux, attirant le regard du rouquin. Celui-ci tenta, dans un élan très inspiré, de courir en sa direction. Malheureusement, il en oublia les marches et s'étala de tout son long dur le sol, en poussant quelques geignements de douleur.
Ouïlle. Encore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Sam 24 Déc - 5:08

Pour Fae, quiconque riait avec elle devenait automatiquement un ami. Peut-être pas LE meilleur ami, parce que ce titre était pour l'instant réservé à Fark, si ce buté de Gryffondor voulait bien revenir à de meilleures dispositions à son égard. Elle rit de bon coeur avec Owen, son rire sonore rebondissant sur quelques tableaux, dont les résidents jetèrent, qui un regard indigné, qui une œillade complice. Fae ne leur prêtait pas du tout attention; elle observait les étranges mouvements du Serpentard.

Ce garçon était décidément très étrange. Elle s'étonnait elle-même de ne pas l'avoir remarqué depuis la rentrée. Il y avait quelque chose dans ses gestes, dans sa manière de se tenir... comme si son corps ne lui appartenait pas vraiment ou qu'il avait emprunté celui d'un autre. On aurait dit qu'il portait une chemise trop grande, mais que la chemise était son corps. Voilà, il flottait dans son propre corps. Pas étonnant alors qu'il se soit retrouvé pendu au bout d'un escalier rétif, à se balancer les pieds dans le vide.

« Moi, ça me dérange pas si tu jettes le souaffle dans les anneaux de Serpentard, surtout pendant un match contre Poufsouffle! » s'exclama-t-elle, taquine, une étincelle dans les yeux. Elle continua de rire parce que la situation l'amusait drôlement. La retenue à laquelle elle était pourtant attendue s'était pour ainsi dire désartibulé de son esprit.

« Oh oui, je peux t'aider! Je suis une super chasseuse, c'est mon frère qui me l'a dit! Je te parie qu'on pourrait attraper ton chat en l'attirant avec de la nourriture. Ça marche très bien, tu sais. Ma mère a une ménagerie pour les animaux malades ou blessés. Peut-être que tu connais, c'est sur le Chemin de traverse. »

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Owen R. Quinzel
avatar
Etudiant de Serpentard
Etudiant de Serpentard

Date d'inscription : 26/09/2016
Messages : 31

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Dim 15 Jan - 21:43


Les looney toons n'ont rien inventé
Feat Fae MacKenzie


Même si Iris s'était souvent exaspérée de la tendance de son frère à ne pas faire vraiment attention au danger quand il s'agissait de monter à balai, cela n'avait jamais poussé le vert à faire plus attention. Pour autant, il n'était pas irréaliste quant à ses capacités ; si il s'amusait, il savait bien qu'il n'avait nullement le talent pour participer à un match. Sans doute qu'avec ses jambes trop grandes et ses bras trop maladroits, il finirait par perdre l'équilibre tout seul et finirait par un magnifique piqué qui lui vaudrait au moins l'honneur d'un fail remarquable. Comme il venait de le faire maintenant, en s'écrasant de nouveau au sol comme la blague vivante qu'il était.Il ne put donc que rire honnêtement face à ce que lui disait la plus jeune, pouffant bêtement, un grand sourire stupide sur son visage en imaginant la tête de ses coéquipiers imaginaires si il commettait une erreur aussi grossière. Vrai que, pour le coup, il aurait tout à fait été capable de le faire, voir même d'en être fier et de ne saisir qu'au bout d'une vingtaine de minutes qu'il en était responsable.  Mais bon.

« Bah, je doute de survivre après le match, en revanche ! »

Finir la tête dans les toilettes n'était pas vraiment son plan, à vrai dire. Si sa grande taille lui permettait généralement de ne pas être trop embêté physiquement (en dehors des moqueries qu'il recevait), la magie permettait à certains de se croire plus fort que d'autres. Mais bon, même dans ce cas-là, il aurait sûrement rigolé.
Attirer Archie avec de la nourriture n'était pas une si mauvaise idée que ça, vu que ce vieux balourd n'aimait que deux choses ; dormir et se baffrer jusqu'à ce son estomac n'en puisse plus. Se sentant bête de ne pas y avoir pensé plus tôt, il sourit d'un air gêné. Pour le coup, il avait eu de la chance d'être tombé sur quelqu'un d'un peu plus malin que lui, et qui s'y connaissait sûrement mieux avec les animaux. Non parce que à dire vrai, il n'était pas un spécialiste. Hormis ce qu'il avait retenu de ses cours (c'est-à-dire pas grand chose, passés les examens), il ne pouvait pas se prévaloir d'être doué avec les créatures, qu'elles soient magiques ou non.
Il cligna d'ailleurs des yeux en apprenant que la mère de la jeune fille était la propriétaire d'une ménagerie sur le Chemin de traverse. En fouillant dans ses souvenirs, arborant d'ailleurs une expression un peu loufoque sur les traits de son visage qui se tordaient en essayant de retrouver une information semblable, ce qui donnait l'impression qu'il allait éternuer d'une seconde à l'autre, il dû avouer ne rien parvenir à trouver.

« Ah, vraiment ? Peut-être que je l'ai déjà visité, mais, euh... J'suis pas très bon pour remémorer les noms, à vrai dire. Et puis souvent, je ne fais que regarder. Je ne suis pas très bon avec les animaux, à vrai dire... »

Pas du tout, même. La preuve, au vu du fait qu'il n'arrivait pas à tenir Archibald, et que le vieux matou passait sa vie à rendre la sienne impossible. Il pouvait au moins se dire que si il n'était pas doué, Fae serait sans doute plus talentueuse que lui. Ce n'était pas si difficile que ça de toute manière. Mais il fallait d'abord trouver un moyen de mettre son plan en application. Le Quinzell prit un air pensif en faisant la moue.

« Du coup... Archie risque de voir venir le piège, si l'on utilise la nourriture que je lui donne habituellement. Il faudrait trouver quelque chose pour l'amadouer, non ? … On pourrait essayer d'attraper une souris, tiens ! »

Il tapa d'une main sur son autre paume, fière de son idée qui n'était pas si géniale que ça, vraiment. Mais c'était déjà bien pour ses neurones. Bon, après, il ne préconisait pas de courir après le rongeur comme des moldus ; il fallait bien que la magie serve à quelque chose, parfois. Il n'était pas particulièrement adepte du fait d'utiliser des sorts pour la moindre petite chose, préférant pour une raison quelque peu lâche de s'en tenir aux efforts manuels, mais il ne se sentait pas capable de poursuivre une souris dans tout Poudlard. Quoique cela aurait au moins eu le mérite d'amuser les élèves qui passeraient par là.

« Mais à vrai dire, je ne sais pas trop où on pourrait en trouver... Près des cachots, peut-être ? »

M'enfin, en tout, ils étaient quand même mal barrés pour l'instant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Dim 26 Fév - 1:20

Décidément, ce Serpentard lui plaisait beaucoup! Il n'avait rien à voir avec les autres grands de cette maison, toujours désagréables, toujours à regarder les élèves des autres maisons de haut et surtout, toujours à rire des autres. Celui-ci s'était montré des plus maladroits, se moquait de ses erreurs et, tout simplement, lui parlait d'égal à égal, comme quoi les Poufsouffle avaient bien raison de croire que tout le monde pouvait cacher un bon fond.

« C'est pas grave!» pépia joyeusement Fae quand le garçon lui avoua ne pas se souvenir de la ménagerie familiale et ne pas être très doué avec les animaux. Elle se permit cependant de rire un peu quand il suggéra d'attraper une souris.

« Attraper une souris? C'est encore plus difficile que d'attraper un chat! Sauf si tu connais un bon sort. Nous, on fait juste l'accio sur des plumes! » Les cours de magie s'étaient révélés moins palpitants qu'elle les imaginait avant d'arriver à Poudlard, surtout passé l'émerveillement du début. Elle aurait voulu balancer plein de sorts dans les couloirs!

« Le meilleur moyen d'attirer ton chat, c'est avec de l'herbe à chat ou des sardines séchées! » Le genre d'ingrédients qui se trouvaient en plus très facilement dans une école de sorcellerie, où les ingrédients bizarres étaient légion. « Et pour le faire sortir de sa cachette, il faut une lumière qui bouge. Tu connais un sort pour faire ça? Ou si tu as un miroir et que tu fais un lumos, ça pourrait marcher », ajouta Fae en réfléchissant à voix haute.

Quelque part à l'autre bout de l'école, un professeur tapait du pied férocement en regardant l'horloge au mur de sa classe de botanique. Encore quelques minutes et de la fumée allait probablement lui sortir par les oreilles. Fae, de son côté, ayant tout oublié de sa retenue matinale avait l'esprit serein du bon samaritain en train de sauver la vie à un inconnu.

« Il est sûrement pas loin, ton chat, viens! » Elle se dirigeait déjà, le pas décidé, vers le couloir où elle avait précédemment vu disparaître le fauve.

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Owen R. Quinzel
avatar
Etudiant de Serpentard
Etudiant de Serpentard

Date d'inscription : 26/09/2016
Messages : 31

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Mer 15 Mar - 19:48


Les looney toons n'ont rien inventé
Feat Fae MacKenzie


Mouais, ce plan n'était définitivement pas l'idée la plus brillante qu'il ait jamais eu, tout compte fait, et il aurait peut-être dû avoir ne serait-ce qu'un peu honte de sa stupidité. Mais non, tout au plus se contenta-t-il de glousser bêtement, amusé par la loufoquerie de sa propre pensée et les remarques de la plus jeune. Elles ravivaient quelque souvenirs, par ailleurs, et il ne pouvait que repenser à l'ennui de ses premiers cours avec un sourire, maintenant qu'il en était loin. Quelquefois, devant la difficulté de ce qu'il avait dorénavant face à lui, il était toutefois nostalgique de cette époque.
Mais en effet, l'herbe à chat ou les sardines semblaient être une bonne idée. Quant à la lumière, toutefois, il n'était pas sûr que cela fonctionnerait. Archibald n'était pas tellement du genre à être très curieux ; tout au plus se contentait-il de dormir et d'observer ce qui se passait avec cette sorte de lassitude pédante qui le caractérisait à ce point. Mais elle marquait un point sur l'attitude à adopter, déjà, contrairement à lui. Et l'enthousiasme semblait de la partie, vu qu'elle se dirigeait déjà vers le couloir.

« Ah, euh ! Pas bête, mais... Je sais pas ou on pourrait trouver tout ça mais... On peut faire un peu de lumière, oui. »

Il la suivit sans plus attendre, ne souhaitant pas perdre de vue la possibilité de retrouver son chat. Non parce que, aussi insupportable qu'il soit, Owen n'avait pas vraiment envie qu'il se blesse. Ou qu'il lui cause d'autres ennuis, car il en était très bien complètement capable. Néanmoins, avec son pelage aux couleurs vivaces, il fut assez aisé de le repérer ; cette sale bête s'amusait actuellement à faire ses griffes sur les murs, sans trop de préoccupation pour ce qui se trouvait autour de lui. Le rouquin grommela un peu, se retenant comme il le pouvait de sauter sur  le félin pour le rattraper.
Sortant sa baguette de la poche de sa robe, il la pointa donc sur un des murs adjacents, perplexe quant à ses chances de réussite. Priant du fond de son âme pour que cela marche, il crut qu'il allait se mettre à remercier Merlin lui-même quand l'animal remarqua la lumière de son Lumos. C'était quelque peu inhabituel, au vue du comportement de celui-ci, mais si il se laissait tomber dans le panneau, Owen n'allait pas se plaindre.
Avec une discrétion qu'il ne se savait pas posséder, il approcha alors de l'animal, et bondit presque dessus pour le saisir. Manque de pot, le félin fut plus agile que lui, et esquiva sans trop de difficulté l'approche de son balourd de maître. Il alla donc dans une direction opposée, c'est-à-dire celle de Fae. Et, à la stupéfaction du rouquin, le chat se mit à la renifler distraitement, n'ayant pas l'air si méfiant que ça face à elle. Il entreprit alors de se frotter à ses jambes en poussant des ronronnements sonores et bruyants, tellement que le plus âgé ne put qu'écarquiller les yeux et observer avec ébahissement (et jalousie).

« J'y crois pas... »

Le Quinzel se releva, perplexe, et tenta une approche lente vers le félin et la jeune fille, sans succès. Dès lors qu'il fit quelques pas, les poils d'Archibald se hérissièrent et il se mit à cracher dans sa direction. Le serpentard grimaça.

« Rah, mais, je sais que tu veux sortir, mais tu exagères, là... »

Un peu gêné, il essaya de croiser le regard de la cadette, un sourire embarrassé sur son visage.

« J'sais pas comment tu fais. Sérieusement. »

Et il aurait bien aimé comprendre, à vrai dire. La possibilité que son chat soit juste un petit emmerdeur prétentieux et rancunier n'était une vaine idée lancée en l'air, néanmoins, même si cela ne lui plaisait pas des masses. Non parce que, pour ça, il ne pourrait jamais rien faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fae MacKenzie
avatar
Etudiant de Poufsouffle
Etudiant de Poufsouffle

Date d'inscription : 01/03/2015
Messages : 69

MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   Dim 2 Avr - 5:13

Qu'un grand de sixième, un Serpentard qui plus est, lui concède la direction des opérations faisait grandir Fae d'au moins cinq bons centimètres. Elle avait redressé la tête, carré les épaules et, pour un peu, se serait hissée sur la pointe des pieds, l'air de rien, pour gagner encore en hauteur. Ces considérations ne l'empêchaient bien sûr nullement de se concentrer sur l'affaire en cours: l'attrapage du chat du dit sixième.

Ils n'avaient pas si tôt mis les pieds dans le couloir où le chat avait précédemment disparu qu'Owen le repérait. Fae suivit des yeux la direction du regard du Serpentard et repéra à son tour l'animal. Celui-ci ne paraissait pas le moins du monde préoccupé par le stress qu'il faisait ressentir à son maître et faisait même tranquillement ses griffes sur les murs de l'école. Surprise de ne pas voir apparaître un elfe de maison furieux pour chasser la bestiole, Fae s'amusa néanmoins quand elle vit que la technique qu'elle avait suggérée à Owen portait fruit. Le chat suivait la lumière de la tête, tandis que son maître s'approchait à pas de loup.

Le bond que fit Owen pour attraper son chat fut admirable (mais après l'avoir vu suspendu à un escalier quelques instants plus tôt, Fae ne doutait plus de ses capacités de gymnaste). Elle en applaudit presque... mais l'animal échappa au piège tendu et se précipita... droit sur elle. Toujours en souriant, elle le laissa l'identifier puis la marquer de son odeur. Elle s'accroupit ensuite tout doucement et entreprit de flatter la belle bête. Le chat se collait contre sa main en ronronnant pour en redemander, ce qu'elle lui accorda de bonne grâce.

«Bonjour Archie. Tu es très beau, tu sais.»

Elle eut un petit rire pas méchant quand Owen échoua à se rapprocher d'eux.

«Il a surtout l'air de te bouder. Qu'est-ce que tu lui as fait?» Puis, elle s'adressa de nouveau au chat, sans cesser de le flatter. «Tu pourrais essayer de lui pardonner, tu sais, je suis sûre qu'il sera très gentil et qu'il t'offrira du thon à volonté aujourd'hui.

______________________


MP à Terrence pour réponse plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profmalva.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[13 février 1944] Les looney toons n'ont rien inventé (Fae)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis 1942 :: Poudlard :: Rez-de-chaussée-
Sauter vers: